En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Prélèvement pour mesurer le RSH Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Fertilisation azotée du blé : quelques rappels sur le Reliquat Sortie d’Hiver

21 janvier 2021

Le reliquat de sortie d’hiver (RSH) est déterminant dans le calcul des besoins en azote des cultures. Le point sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour le mesurer.

A quoi sert de connaître le reliquat d’azote du sol à la sortie de l’hiver ?

Au-delà d’être une contrainte réglementaire dans les zones vulnérables, le reliquat de sortie d’hiver permet d’estimer l’azote minéral disponible pour la culture. La valeur du reliquat est calculée à partir des quantités de nitrate (NO3-) et d’ammonium (NH4+) présentes dans les horizons 0-30 cm, 30-60 cm et 60-90 cm. La profondeur de prélèvement dépend donc de la profondeur du sol.

Les plantes absorbent principalement de l’azote sous forme de nitrate et, dans une moindre mesure, sous forme ammonium.

Tableau 1 : Utilisation normalisée des formes d’azote minéral mesurées dans le Reliquat Sortie Hiver

Cette mesure permet de calculer au plus juste la dose d’engrais totale à apporter a priori au cours de la campagne. La valeur du RSH est variable d’une parcelle à l’autre et d’une année à l’autre. Elle résulte du reliquat présent à la récolte du précédent, de la minéralisation ou de l’organisation pendant l’automne (humus, résidus de culture, couvert, effluent), de la consommation d’azote par la céréale et de la lixiviation éventuelle avec le drainage hivernal.

Quelle tendance attendre sur les niveaux de reliquats cette année ?

Il est encore trop tôt pour donner de réelles tendances aux valeurs de reliquats de cette année, mais l’analyse climatique de l’automne et de l’hiver peut fournir quelques indications.

Les cumuls de pluies enregistrés depuis le 1er septembre sont aujourd’hui en dessous de la moyenne régionale. Malgré un mois de décembre arrosé, les cumuls restent faibles avec notamment un mois de novembre sans pluie. Cela penche pour des niveaux de reliquats élevés. La non attente de l’objectif de rendement du précédent en cas d’accident sur la culture (ex : JNO) peut renforcer cette tendance.

Mais, il est plus difficile d’évaluer aujourd’hui les postes de minéralisation et d’organisation de l’azote dans le sol. Seuls les premiers retours d’analyses de reliquats nous donneront des estimations fiables du niveau de l’année.

Un prélèvement à soigner pour assurer sa fiabilité

Plusieurs éléments de méthodologie doivent être suivis afin d’assurer la fiabilité de la mesure du reliquat de sortie d’hiver. Cette fiabilité est primordiale pour le calcul de la bonne dose d’azote à prévoir sur les cultures. Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’article « Reliquats azotés : soigner les prélèvements de terre ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10