En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Contamination des céréales par les sclérotes Les vrai/faux de l'ergot

Oui, l’entretien des bords de champs permet de limiter le risque

14 avril 2021

Les contaminations des cultures par l’ergot peuvent provenir des graminées présentes en bord de champs.

Les graminées dans et aux abords des parcelles peuvent être des formes de conservation et relais de la maladie. 

La floraison précoce et étalée dans le temps des graminées favorise les contaminations par l’ergot, pouvant ensuite infecter les céréales en floraison dans les parcelles.

La dispersion des spores est possible sur 20 mètres environ.


Dans les secteurs avec présence d'ergot, faucher les bords de champs avec des graminées à floraison réduit le risque ergot de 10 %.

Pensez à vérifier les réglementations en vigueur dans votre département.

Source : enquêtes au champ ARVALIS 2012-2014 toutes cultures, 2060 parcelles

100 organismes de collecte sont engagés dans le plan d’action national sur l’ergot animé par ARVALIS

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 17 avril 2021 par ROEDERER

Hé oui... Et les arguments avancés pour présenter le truc à la société, c'est la sauvegarde des"bébêtes" et de la "biodiversité". En réalité, il s'agit seulement de financements publics. Heureusement (si l'on peut dire), on ne nous oblige pas (encore) à ne pas entretenir ces zones. Mais la société compte sur notre bénévolat pour que la végétation ne devienne pas trop envahissante et crée, à force, des accidents de la circulation... Comme dans beaucoup d'autres domaines, et sous couvert de "bonne foi " bien dégoulinante, il nous faut respecter la devise chère à nos dirigeants de quelque bord qu'ils soient: "vous avez l'honneur de travailler pour nous... vous devez donc travailler pour l'honneur".... Salutations distinguées .

16 avril 2021 par BEERNAERT

Nos chemins sont fauchés au printemps pour éviter ça mais le soucis se sont les routes les fauchages tardifs c’est inadmissible !! Il n’est pas rare de constater l’été que les fauchages ne soient pas réalisés les herbes sont sèches au risque de mettre le feu !

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10