En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
vidéo houe rotative Désherbage mécanique

Houe rotative : un outil qui nécessite peu de réglages

03 novembre 2016

La houe rotative est un outil simple d'utilisation qui nécessite peu de réglages. L'agressivité de l'outil dépend en grande partie de la vitesse de passage et de la profondeur de travail du sol. La houe est à privilégier en sols battants pour sa fonction d'écroûteuse.


Un panel de roues étoilées pour un même objectif : déchausser les plantules


Sur la houe rotative, ce sont les roues étoilées qui déchaussent les plantules grâce à leur extrémités en cuillères. Le diamètre et le nombre de cuillères peuvent varier d'un constructeur à l'autre mais c'est davantage la façon dont ces roues sont montées qui va différencier les houes rotatives :

  • Le sens de rotation

    En général, les roues attaquent le sol avec la pointe de la cuillère mais certains revendeurs proposent des modèles où les roues sont réversibles (Hatzenbichler, Gregoire Agri) pour attaquer les sols plus durs avec le dos de la cuillère.
  • Le montage des roues sur les bras

    Les roues peuvent être montées par 2 (deux roues par bras) ou indépendamment (une roue par bras). Les montages indépendants sont adaptés à des sols moins homogènes ou avec des résidus en surface car ils limitent les bourrages.

Régler l’agressivité et la profondeur de travail de la houe rotative

La houe rotative nécessite peu de réglages. Son agressivité est liée à la vitesse d’avancement ainsi qu’à la profondeur de travail qui est réglée par les roues de jauge.




La pression des roues étoilées sur le sol

image : 2 ressorts sur un meme brashoue rotative : un ressort par bras

Photo à gauche (2 ressorts/bras)
Photo à droite (1 ressort/bras)



La pression que les roues étoilées exercent sur le sol joue sur l’agressivité de la houe. Plus la pression est élevée, plus la houe est agressive. Sur la plupart des modèles, cette pression est constante. Cependant, certains constructeurs proposent des houes sur lesquelles il est possible de modifier les réglages des ressorts pour exercer une pression plus ou moins forte.



La vitesse de travail

La vitesse de travail de la houe rotative joue sur son agressivité. Cette vitesse de travail doit être au minimum supérieure à 10 km/h pour bien déchausser et projeter les adventices et les mottes de terre. La vitesse optimale est estimée à 18 km/h.


La profondeur de travail

La profondeur de travail joue également sur l'agressivité de la houe. Elle se règle grâce aux roues de jauge et ne doit pas être supérieure à 3 cm pour ne pas générer des relevées d'aventices.

Des fenêtres climatiques variables selon les régions

La houe rotative, comme la herse étrille, est efficace sur des adventices très jeunes (stade filament blanc à 2 feuilles) ; il est donc important d’intervenir tôt. Avec ces outils, des passages précoces dès l’automne sont possibles, soit avant la levée de la céréale, soit du stade 3 feuille à début tallage. Par contre, les interventions entre la levée et 3 feuilles sont à proscrire car la culture est trop fragile.

Dans la majorité des régions françaises, des fenêtres météo existent pour des passages à l’automne (figure 1). A titre d’exemple, en écartant les 4 pires années observées sur une séquence de 20 ans, la Picardie dispose d’une fenêtre d’au moins 4 jours pour intervenir en prélevée.

Si le passage en prélevée n’a pas pu être réalisé, un passage peut être effectué en postlevée, du stade 3 feuilles au début tallage. A cette période, les jours disponibles sont légèrement plus nombreux dans l’ouest et le sud de la France, plus rares dans le Nord, le Centre et l’Est.


Figure 1 : Nombre minimum de jours disponibles, 4 années sur 5, pour le désherbage mécanique d’un blé à l’automne (analyse climatique fréquentielle sur 20 ans). Outils appropriés : herse étrille ou houe rotative

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

3 commentaires 23 novembre 2016 par LALLEMENT

je suis agri en moselle,la houe rotative va tres bien pour le desherbage mecanique en cereales mais mieux vaut passer au printemps debut mars que en automne,les techniciens et conseiller de chambre en n'ont encore beaucoup à apprendre dans ce domaine et d'ailleurs nous aussi les utilisateurs,c'est difficiles de travailler avec des conseillés de chambre d'agri et d'apprendre ensembles sans devoir leur donner un gros chèque,dommage

04 novembre 2016 par DUCASSE

re. à relire votre article je vois encore à redire !! les modèles à roues réversibles !!! beaucoup de machines sont réversibles ,certes ,mais cela ne permet pas d'attaquer des sols plus durs c'est au contraire ce que les techniciens conseillent dans des sols sableux pour limiter l’agressivité(également testé sur ma ferme ) vos chroniqueurs vont devoir faire des stages pratiques . guy

04 novembre 2016 par DUCASSE

Bonjour , je suis agriculteur en bio j'utilise une écrouteuse moro piétro modifiée/adaptée au sol à cailloux. Il est vrai qu'une vitesse élevée est utile pour l’efficacité ,mais à 10 / 12 km heure le travail est déjà très satisfaisant ; pour les km/h supplémentaires c'est abuser ,d'abord il faut rester sur le tracteur ,les champs ne sont pas des pistes de courses et de plus la vitesse coûte cher ,il faut beaucoup de puissance. D'autres parts ,vous parlez de deux types de machines ; avec un bras par roue et un deuxième avec un balancier et donc deux roues par bras ; hors vous zappez une marque française :ferju gourdin qui fabrique une machine avec un balancier à grand dégagement et un bras qui porte 4 roues décalées , qui en fait une machine très adaptée en sol à cailloux et en présence de résidus .(vérifié par une utilisation en démo et à l’essai sur ma ferme ).Il faut rendre à César ce qui lui appartient . guy agri bio gersois