En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
tarière Plan de fumure prévisionnel

Reliquats azotés : soigner les prélèvements de terre

29 décembre 2016

Mesurer les reliquats azotés en sortie d'hiver est primordial afin d'ajuster au mieux le plan de fumure des cultures. Pour obtenir des résultats de qualité, un minimum de 14 prélèvements doit être réalisé dans un cercle de 20 m de diamètre.

Le niveau de reliquats azotés en sortie d'hiver est très variable d'une année sur l'autre. Il dépend principalement de l'efficacité d'absorption en azote du précédent cultural, de la présence ou non d'un couvert végétal en interculture, et de l'intensité du lessivage hivernal. Il est essentiel de mesurer précisément ces reliquats afin d'optimiser la fertilisation azotée des cultures.

Quand prélever les échantillons ?

Les échantillons doivent être prélevés en sortie d’hiver avant la reprise de minéralisation de l’humus afin d’estimer les stocks d'azote minéral disponibles en début de cycle.

Comment prélever au sein de la parcelle ?

Le prélèvement doit être réalisé au sein de la plus grande zone homogène de la parcelle, dans un cercle de 20 m de diamètre. Il faut au minimum 14 carottages élémentaires pour constituer un échantillon représentatif. Attention, un prélèvement sur toute la diagonale de la parcelle n’est généralement pas satisfaisant, surtout dans le cas d’une parcelle de profondeur de sol hétérogène.


Methode de prelevement des reliquats azotes. Prelever dans un cercle de 15 m de diametre 14 echantillons de terre 




 


Sur quelle profondeur prélever ?

L’idéal est de prélever sur toute la profondeur d’enracinement de la culture considérée, par horizon de 30 cm. En cas de sols très profonds (plateaux limoneux), il faut aller jusqu'à 120 cm, ce qui correspond à la profondeur d'enracinement potentielle d'un blé.

Comment conserver les échantillons de terre ?

L’échantillon doit parvenir :

Soit à l’état réfrigéré (4°C) au laboratoire dans un délai de 2 à 3 jours après le prélèvement.

Soit à l’état congelé (- 18°C) pour un envoi différé.


N’oubliez pas de conditionner l’échantillon de terre dans un sachet identifié et accompagné d’une feuille de prélèvement remplie par vos soins. Afin de bénéficier de conseils précis, il est primordial de renseigner toutes les cases de la feuille de prélèvement.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

4 commentaires 02 janvier 2017 par COLLARD

chez nous c'est prélevement en diagonale depuis la nuit des temps et a un mettre de profond en 3 horizon de 30

31 décembre 2016 par METAY

Il faudrait préciser la période optimale de prélèvement: la sortie hiver est bien vague.... Un prélèvement fait trop tôt, n'est peut être pas trop gênant, à condition de tenir compte de la pluviométrie après le prélèvement,c'est à dire du lessivage et du type de sol; pour cela des données doivent exister. D'autre part, je ne connais pas de prélèvement jusquà 1,20 m; déjà lorsque l'on en fait 2 à 3 par couche de 30 cm, c'est déjà bien et assez difficile à effectuer. Et, ne pas oublier les outils d'aide au pilotage de l'N qui viendront compléter cette 1ère approche d'apport d'N. Gérard METAY

30 décembre 2016 par SALMON

eh oui, mais cependant ce sont ces résultats qu'ils prennent en compte : bien ou moins bien

30 décembre 2016 par ROUSSEAU

interessant, mais bien souvent les prestataires qui viennent réaliser mes prelevements font 5 carottes dans la diagonale...