13 octobre 2016

Désherbage des céréales à paille

Les traitements d’automne deviennent indispensables contre les vulpins

La lutte contre le vulpin dans les cultures de céréales d’hiver se complique avec l’apparition de plus en plus fréquente de populations résistantes. Les applications uniques de sortie d’hiver sont devenues trop aléatoires, sur des densités importantes d'adventices notamment.

Contre le vulpin, un désherbage basé sur une application unique de sortie d'hiver n'est envisageable que dans les parcelles cumulant rotation longue, faible densité d’adventices, travail du sol encore présent et historique de désherbage varié. Préférez dans ce cas l’utilisation de Kalenkoa (1 l/ha + huile 1 l/ha + Actimum 1 l/ha) ou le mélange Traxos Pratic 1.2 l/ha + huile 1 l/ha avec un antidicotylédones adapté. Pour les autres cas (fortes densités, cas de résistance, etc.), une application très précoce à l’automne visant le maximum d'efficacité est nécessaire.

Un désherbage d’automne très précoce

Dès lors qu’il y a plus de 20 vulpins par m2 dans une parcelle, les applications d’automne très précoces au stade prélevée ou 1 feuille de la céréale sont à privilégier. Même si en moyenne elles n’atteignent pas 100 % d’efficacité, elles sont indispensables avant le complément de sortie d'hiver pour lever la concurrence précoce des adventices.

Effectuée seule, l’application de Fosburi 0,6 l/ha ou de Trooper 2,5 l/ha à privilégier en prélevée, atteint un niveau d’efficacité de l’ordre de 60 à 80 %, en moyenne. Dans certains cas (conditions optimales, densités assez faibles) cette application d’automne est suffisante (1 fois sur 4 environ). Ces produits peuvent également être utilisées en mélange avec les urées, ou éventuellement le prosulfocarbe.

Les mélanges à base de Daiko sont intéressants : Daiko 2,25 l/ha + Fosburi 0,5 l/ha + H 1 l/ha ou Daiko 2,25 l/ha + Quartz GT 1 l/ha + H 1 l/ha offrent des performances équivalentes. Attention, pour toutes les spécialités à base d’isoproturon (IPU), 2016-2017 est la dernière campagne d'utilisation.

Les associations à base d’isoproturon (IPU 2,4 l/ha + Fosburi 0,4 l/ha ou IPU 2,4 l/ha + Trooper 1,8 l/ha) ont un rapport efficacité/coût très intéressant. 

Attention toutefois, il est déconseillé de mettre en œuvre le mélange IPU + Defi aux doses 2,4 l + 2,5 l. Ce mélange peut parfois se révéler phytotoxique en fréquence, comme le chlortoluron + Defi mais avec parfois des niveaux de phytos importants.

Codix, à privilégier en prélevée, est également intéressant en mélange avec de l’isoproturon (Codix 2 l + IPU 2 l). Sur des densités fortes de vulpin, la dose de Codix peut être ré-ajustée à 2,5 l.

Un rattrapage en sortie d’hiver

Il est possible de compléter l’application d’automne par un passage en sortie d’hiver, avec Atlantis Pro 1,2 à 1,5 l/ha + huile + Actimum par exemple. Cela rattrape les adventices passées au travers du passage précoce et évite la production de graines à gérer les années suivantes.

Un programme tout automne en cas de résistance

Dans les situations les plus délicates, le recours aux programmes d’automne (prélevée puis postlevée précoce 1-2 F) est indispensable, notamment en présence de populations de graminées résistantes aux inhibiteurs de l’ALS et de l’ACCase. Ils présentent une efficacité moyenne supérieure de 20 points par rapport aux applications de prélevée ou postlevée précoce seule, mais surtout, ils sont plus réguliers. C’est notamment le cas de Mamut + Trooper puis Herbaflex + Roxy 800 EC et Matara + Prowl 400 puis Daiko + Fosburi + Huile.

Sans ces passages à l’automne, les pertes de rendement peuvent atteindre 30 à 50 % du potentiel initial. Cependant, les possibilités de ré-ajustements des programmes sont limitées, et l’investissement est très important (150 € de désherbage, voire plus), sans garantie de succès. Dans ces cas, une remise en cause des pratiques est à envisager, avec la ré-introduction d’autres cultures (notamment de printemps), du travail du sol adapté (un ou plusieurs faux-semis rappuyés dès la fin août, labour), voire le semis décalé en dernier recours.

Consultez nos préconisations en matière de désherbage dans les guides Choisir & Décider.

Ludovic BONIN, Lise GAUTELLIER VIZIOZ (ARVALIS - Institut du végétal)

Sur le même sujet

Mots-clés

Réagissez !

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires
  • 14/10/2016ARVALIS
    onjour, Fosburi n’est homologué qu’à partir du stade 1 feuille de la céréale. Techniquement, toutefois, cela passe en prélevée et c’est autorisé ailleurs en Europe. Cette différence vient du fait que dans le dépôt de dossier au niveau France, la société détentrice n’avait pas demandé ce stade d’application. En effet, sur quelques essais, il y avait eu de la phyto et la société n’a pas voulu prendre le risque de litiges par la suite.
  • 14/10/2016LESAGE
    Bonjour, Le FOSBURI n'est pas homologué en Pré Levée ?

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article