En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Parcelle de blé tendre avec canon d’irrigation (arrière plan) et enrouleur (premier plan), en avril 2017, au Sud-Ouest Messagerie Midi-Pyrénées / Ouest Audois

Blés : déclencher l’irrigation en sols superficiels et moyens

20 avril 2017

Depuis mi-avril, les blés sont aux stades critiques de besoins en eau. L’irrigation est urgente en sols superficiels et devient nécessaire en sols moyens.

Les pluies enregistrées dans la région depuis le 1er avril sont très faibles : entre 4 et 8 mm selon les secteurs (carte 1).


Carte 1 : Cumul de précipitation (en mm) du 1er au 20 avril 2017


Les conséquences de stress hydrique sur les stades de fin montaison/début épiaison sont multiples : mauvaise assimilation du dernier apport d’azote, réduction du nombre d’épillets par épi, réduction du nombre de fleurs fécondes par épillet, voire si le stress continue début remplissage, formation d’enveloppes des grains de plus petite taille.

Les parcelles sont en majorité en stress hydrique, les pluies de fin mars n’ont pas suffi à remplir les réserves en eau du sol, fortement sollicité par les céréales à cette période.

Irriguer les céréales est sécurisant pour le rendement et la qualité mais il faut faire attention au risque de verse, notamment après l’épiaison, en raison de la retenue d’eau par les barbes des épis. Il y a risque de verse en irriguant avec des canons dont l’intensité d’irrigation varie de 10 à 20 mm/h selon la taille du canon.

Sur sols superficiels (RU ≤ 70 mm)

Sur les bilans hydriques, la réserve de survie est quasiment vide pour les blés durs et les blés tendres sur les sols superficiels. Des pluies conséquentes ne sont pas prévues dans les prochains jours et, même dans le cas contraire, elles ne permettraient pas de combler la totalité du déficit hydrique, il est donc recommandé d’irriguer dès que possible.


Figure 1 : Bilan hydrique pour la variété Bologna, sol de terreforts superficiels, Fleurance (32)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Sur sols moyens (RU entre 80 et 110 mm)

Sur les bilans hydriques, la réserve de survie est atteinte pour les blés durs et les blés tendres sur les sols moyens. Toutefois, aucune pluie conséquente n’est annoncée prochainement. Sur ces sols, il est nécessaire de commencer l’irrigation.


Figure 2 : Bilan hydrique pour la variété Anvergur, sol de terreforts moyens, station d’En Crambade (31)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Sur sols profonds (RU ≥ 110 mm)

Sur les bilans hydriques, la réserve de survie va être atteinte d’ici la fin de la semaine pour les blés durs et les blés tendres sur les sols profonds à très profonds. Toutefois, aucune pluie n’est annoncée prochainement. Sur ces sols, il n’est pas nécessaire d’irriguer avant la semaine prochaine.


Figure 3 : Bilan hydrique pour la variété Anvergur, sol de terreforts profonds, station d’En Crambade (31)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Figure 4 : Etat des réserves en eau du sol selon les sites 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cas des parcelles déjà irriguées

Des irrigations ont déjà été réalisées sur les céréales. Le tableau 1 permet de visualiser le nombre de jours sans pluie depuis la dernière irrigation pour déclencher un nouveau tour d’eau.


Tableau 1 : Nombre de jours sans pluie depuis la dernière irrigation pour déclencher un tour d’eau - Quantité d’eau d’irrigation : 25 mm


En cas de précipitations, on décale d’1 journée supplémentaire par 5 mm de pluie.

Pour plus d’information, vous pouvez vous référer à la brochure Irrigation des céréales.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant