En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Risque verse sur blé tendre dans l’Ouest Messagerie Pays de la Loire / Poitou-Charentes

Evaluer le risque de verse sur blé tendre : une décision à la parcelle

16 mars 2017

L’utilisation d’un régulateur de croissance n’est pas automatique. La décision passe par l’évaluation du risque de verse au niveau de chaque parcelle. Ce risque dépend de plusieurs paramètres : la sensibilité de la variété, la densité de tiges et surtout le climat de l’année.

Un risque climatique moins important que les campagnes précédentes

Cette année, le risque lié au climat est moins important que lors des deux campagnes précédentes. La montée de l’épi débute à une date normale, avec une durée du jour déjà importante. Lorsque la montaison démarre très tôt, sous jours courts, les plantes ont tendance à s’étioler, avec un déséquilibre du ratio Carbone / Azote des tiges qui les fragilise. Nous ne sommes donc pas dans ce cas en 2017.

De plus, les biomasses produites en sortie d’hiver sont modérées cette année : le temps froid de décembre-janvier a limité la production de talles secondaires. Ce sont ces talles excédentaires, peu productives, qui augmentent le risque de verse. Leur présence renforce la compétition pour la lumière entre tiges avec, là encore, un phénomène d’étiolement.

Dans le contexte climatique de l’année, peu de situations sont excédentaires en densité de tiges.

Des reliquats azotés élevés mais une densité de tige raisonnable

Reste la fourniture d’azote minéral par le sol, souvent élevée en sortie d’hiver cette année. Un stock élevé d’azote minéral du sol, disponible précocement, pourrait limiter le phénomène habituel de régression des talles surnuméraires qui exposent à la verse. Toutefois, l’indicateur le plus pertinent pour évaluer le risque est bien la densité de tiges déjà en place à ce jour. Tant que celle-ci n’est pas excessive, une valeur élevée de reliquat d’azote minéral en sortie d’hiver ne préjuge pas d’un risque de verse accentué. Il conviendra simplement de bien ajuster la dose d’azote à apporter en intégrant le reliquat disponible, la minéralisation attendue au cours du printemps et surtout en pilotant l’apport d’azote en fin de montaison.

A noter que dans une telle situation de reliquat élevé, il était toutefois important de ne pas renforcer le stock d’azote naturellement disponible par des apports d’engrais au tallage au risque de favoriser le maintien de tiges excédentaires.

Une décision à la parcelle

Pour évaluer le risque de verse, la grille ci-après permet de pondérer les différents facteurs. Chaque parcelle mérite une évaluation spécifique afin de prendre la bonne décision de réguler ou non.


Tableau 1 : Grille de risque verse

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Tableau 2 : Sensibilité des variétés de blé tendre à la verse

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant