16 février 2017

Messagerie Normandie

Céréales : profitez des conditions actuelles pour désherber

Les températures se radoucissent... C'est le moment de faire un tour de ses parcelles et d'évaluer leur état de salissement.  S'il n'y a pas eu de désherbage d'automne ou si les parcelles sont sales, une application herbicide devrait être bien valorisée.

Les conditions climatiques de l’automne dernier ont été propices à des désherbages précoces, mais qui, selon les périodes d’application, ont eu des efficacités variables en lien avec l’humidité des sols et/ou le manque d’eau.

Evaluer l’état de salissement général des parcelles de sortie d’hiver

Le stade des graminées est le premier critère à prendre en compte pour décider d’une intervention. Si les parcelles sont sales, les désherbages de rattrapage devront être réalisés dès maintenant et surtout, avant tout apport d’engrais.

Un créneau court actuellement disponible pour désherber

Les conditions climatiques actuelles sont favorables à l’efficacité et la sélectivité des herbicides de sortie d’hiver. Beaucoup de paramètres sont favorables (excepté le vent en ce début de semaine) : une hygrométrie élevée, des jours qui rallongent, un sol humide, des températures sans amplitude importante entre le jour et la nuit, l’absence de gelée annoncée.


Figure 1 : rappel des conditions optimales de traitement pour chaque type d’herbicides

Pour préserver le potentiel de rendement, le désherbage doit être effectué sur des adventices au stade jeune, à détruire avant de fertiliser. En effet, la fertilisation favoriserait leur développement et rendrait donc plus difficile leur contrôle. Aux regards des conditions climatiques actuelles, le premier apport d’azote est envisagé fin février- début mars.

Raisonner les stratégies de désherbage en fonction de la flore adventice majoritaire

Les parcelles qui n’ont pas pu être désherbées à ce jour sont prioritaires. Profitez du créneau actuel pour désherber sur sol ressuyé selon la flore présente et adaptez les herbicides (spectre du produit, dose/stades) !

Pour les parcelles déjà désherbées à l’automne, il est indispensable de bien évaluer l’efficacité des désherbages par un tour de plaine. Deux cas de figures se présentent actuellement.

Dans les parcelles à forte infestation de graminées (vulpins, ray-grass)

Dans cette situation, travailler en programme est essentiel : la première intervention cet automne a permis de préserver le potentiel de la culture. Mais dans des cas à forte densité de graminées adventices, il faudra envisager un deuxième passage dès la sortie d’hiver. Cette gestion en programme vise à maximiser l’efficacité du désherbage pour préserver le potentiel de la parcelle et limiter la sélection de mauvaises herbes résistantes. Cette stratégie permet aussi l’alternance des modes d’action herbicides ce qui contribue également à réduire le risque d’apparition de résistances.

Dans les parcelles avec une flore dicotylédone majoritaire

En situation de levées et de développement rapide de dicotylédones (gaillets, vivaces) non contrôlées par le premier passage, un tour de plaine s’impose pour adapter le rattrapage de sortie d’hiver à la flore. Les doses et choix de produits devront être adaptés soigneusement aux adventices ciblées et aux stades les plus avancés. Si leur densité est modérée, il y a moins d’urgence pour intervenir : un passage plus tardif permettra d’agir également sur vivaces et folle avoine.

Pour faciliter le choix des produits, des tableaux de préconisations de désherbage en sortie d’hiver sont disponibles dans les guides Préconisations Régionales en Normandie :
- le blé tendre,
- l’orge d’hiver,
- le triticale (départements 14, 50 et 61).

Helene LAGRANGE (ARVALIS - Institut du végétal), Cynthia TORRECILLAS (ARVALIS - Institut du végétal)

Mots-clés

Réagissez !

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article