En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Résultats des variétés d’orges de printemps (parcelle orge de printemps à épiaison) Débouché brassicole

Variétés d’orge de printemps : un comportement à apprécier sur plusieurs années

04 janvier 2018

Après le climat atypique de l’année 2016, les essais variétés 2017 ont renoué avec des conditions de culture plus habituelles. Les nouveautés testées en post-inscription se sont montrées productives.

Dans le réseau d’essais post-inscription coordonné par ARVALIS – Institut du végétal, six nouvelles variétés, deux variétés inscrites en 2016 et une en 2015, sont comparées aux quatre variétés préférées des malteurs et brasseurs de France les plus cultivées : RGT Planet, KWS Irina, Sebastian et Explorer.

Des références bien connues

Présente depuis 2014 dans le réseau d’essais ARVALIS, RGT Planet confirme à nouveau son potentiel élevé. Si l’on excepte la variété fourragère Étoile, elle est en tête du regroupement en 2017, à égalité avec KWS Fantex. Rappelons qu’elle a aussi été la plus productive en 2014, 2015 et 2016 - trois années climatiques pourtant très contrastées. Précoce, elle est moyennement sensible à la verse et présente un profil maladies intéressant : elle est tolérante à l’oïdium et à la rhynchosporiose, et moyennement sensible à la rouille naine. Son calibrage est bon, au niveau de Sebastian en moyenne. Ses teneurs en protéines sont faibles, en lien avec sa productivité très élevée. Afin d’éviter une teneur en protéines trop basse (par le phénomène de dilution des protéines), il est nécessaire d’ajuster la dose d’azote au potentiel de la variété. Un apport éventuel au stade « un nœud », piloté avec l’outil N-Tester (proposé sur orge depuis l’an passé), est la seule solution pour capter le potentiel de l’année et ajuster au mieux la fertilisation.

KWS Irina, très pénalisée en 2016, retrouve en 2017 un rendement conforme aux années antérieures. Cette variété demi-précoce a, en effet, un potentiel de rendement important ; en moyenne sur 5 ans, elle produit 7 % de moins que RGT Planet. Sa très bonne tenue de tige est un atout intéressant. Cependant, il est nécessaire de bien maîtriser la rhynchosporiose les années à forte pression ; par contre, elle est moyennement sensible à la rouille naine et tolérante à l’oïdium. Son calibrage est dans la moyenne basse. Son poids spécifique (PS) est parmi les plus faibles, avec 3 points de moins que la référence Sebastian.

Sebastian est une variété assez ancienne. Malgré son moindre potentiel, elle reste appréciée par la filière pour sa qualité. Demi-précoce, elle est moyennement sensible à la verse et à la rouille naine. Elle est, en revanche, assez sensible à la rhynchosporiose et très sensible à l’oïdium. Son calibrage est régulièrement parmi les plus élevés, tout comme son PS.

Explorer présente un rendement intermédiaire entre ceux de Sebastian et KWS Irina en moyenne pluriannuelle. Cette variété précoce est moyennement sensible à la verse. Elle est assez sensible à la rhynchosporiose (il faut donc être vigilant les années à forte pression) et très sensible à l’oïdium ; en revanche, elle est assez tolérante à la rouille naine. Son calibrage est dans la moyenne.


Tableau 1 : Caractéristiques agronomiques des orges de printemps

Essais pluriannuels ARVALIS et partenaires.

Trois variétés en observation commerciale et industrielle

Pour la récolte 2018, les variétés Fatima et KWS Fantex rentrent dans la première étape d’observation commerciale et industrielle, et Sangria dans la deuxième étape. Ces variétés rivalisent avec KWS Irina pour le rendement. En ajoutant les deux années d’essais pour l’inscription aux essais réalisés en post-inscription, on peut calculer pour ces variétés le rendement moyen sur 4 ou 5 ans. En moyenne sur 5 ans, Sangria produit 7 % de moins que RGT Planet. Son atout est son assez bonne tolérance à la verse. Cette variété précoce est assez sensible à la rhynchosporiose et à la rouille naine, et tolérante à l’oïdium. Son calibrage est en moyenne au niveau de celui de Sebastian. En moyenne sur 4 ans, Fatima produit 6 % de moins que RGT Planet. Cette variété précoce est moyennement sensible à la verse, à la rhynchosporiose et à la rouille naine, et est tolérante à l’oïdium. Son calibrage est proche du niveau de celui de Sebastian.

KWS Fantex présente comme atouts une productivité élevée et un bon profil agronomique. En effet, en moyenne sur 4 ans, elle est la deuxième variété la plus productive, avec 5 % de moins que RGT Planet. De plus, cette variété demi- précoce est assez tolérante à la verse, tolérante à la rhynchosporiose et à l’oïdium et moyennement sensible à la rouille naine. Concernant le critère calibrage, elle est la plus régulière sur 4 ans, avec en particulier un très bon comportement en 2016 où elle se situe parmi les meilleures.

Variétés admises en validation technologique

Cinq variétés inscrites début 2017, Ellinor, Esma, Fandaga, Laureate et RGT Asteroid sont admises en validation technologique pour la récolte 2018. En post-inscription dans le réseau ARVALIS 2017, leur productivité est proche (99 à 101 % de la moyenne de toutes les variétés testées). En moyenne sur 3 ans, en intégrant les deux années d’essais dans le cadre de l’inscription, elles procurent quasiment le même rendement (figure 1). Leur calibrage est bon, au moins au niveau de Sebastian. Leurs PS sont dans la moyenne.


Figure 1 : Rendement pluriannuel des nouveautés d’orge de printemps brassicoles, exprimé en % des variétés de référence

Les essais sont conduits de manière à exprimer le potentiel des variétés dans une gamme diversifiée d’environnements du point de vue pédoclimatique, en particulier avec une protection fongicide adaptée à l’année.

Les chiffres indiquent le millésime de l’année d’essai (ex : 7 = 2017) et le point central, la moyenne pluriannuelle ; le X indique les résultats CTPS en 2015 et le + ceux de 2016. (t) : variété témoin.


Ellinor présente un bon profil maladies, mais il faut être vigilant vis-à-vis de la verse à laquelle cette variété demi-précoce est assez sensible. Par ailleurs, elle est assez tolérante à la rhynchosporiose et à la rouille naine, et tolérante à l’oïdium.

Esma est une variété précoce moyennement sensible à la verse et à la rouille naine, sensible à la rhynchosporiose et assez tolérante à l’oïdium.

Fandaga
et Lauréate présentent un assez bon profil maladies : ces deux variétés sont moyen-nement sensibles à la verse et à la rouille naine, assez tolérantes à la rhynchosporiose et tolérantes à l’oïdium. Elles se situent dans la moyenne vis-à-vis de la verse. Fandaga est précoce et Lauréate demi-précoce.

RGT Asteroid a comme atout son bon comportement vis-à-vis de la rhynchosporiose, mais il faut être vigilant pour le risque verse à laquelle elle est assez sensible. Par ailleurs, cette variété demi-précoce est assez sensible à l’oïdium et moyennement sensible à la rouille naine.

Étoile, variété précoce destinée au débouché fourrager, a un rendement assez élevé, avec 4 % de moins que RGT Planet en moyenne sur 3 ans. Sa teneur en protéines et son PS sont dans la moyenne. Elle présente un bon profil maladies car elle est assez tolérante à la rhynchosporiose, la rouille naine et l’oïdium. Elle est moyennement sensible à la verse.

Consultez la liste des variétés retenues par Malteurs de France et Brasseurs de France pour la récolte 2018 (pdf).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 06 janvier 2018 par MAUNY

Graphique rendement pluriannuel sur 3 ans : il est intéressant de regarder le positionnement des variétés lorsque l'on retire 2016, année tellement excessive en fin de cycle.

05 janvier 2018 par BRAS

Lauréate serait à suivre pour son bon calibrage sur des années à la limite des 90 quand on a pas de trieur!! Le faible décrochage en rendement peut être largement compensé par du 100% prix brasserie...