1 septembre 2016

Tabac Burley

Des machines pour automatiser la récolte

Depuis plusieurs années, des récolteuses automatisée avec séchage sur cadre apparaissent. Exemples de prototypes développés.

L’automotrice GCH

La récolteuse GCH est un prototype importé des Etats-Unis qui permet d’augmenter les débits de chantier, tout en nécessitant moins de main-d’œuvre. Cette machine coupe la base de la tige, entaille 2 encoches et dispose les pieds de tabac sur des cadres métalliques pour qu’ils sèchent directement au champ. Ce nouveau concept permet de récolter 2 hectares de tabac par jour, avec seulement 2 personnes, alors qu’un chantier traditionnel nécessite plus de 150 heures par hectare ! Cet équipement est dimensionné pour des bassins de production de 50 hectares.


Un prototype porté

Pour des unités plus modestes (de 8 à 10 ha), un tabaculteur français s’est inspiré de la récolteuse américaine et de la traditionnelle récolteuse KIRPY pour construire un prototype porté.

Une fois coupés et encochés, les pieds de tabac sont suspendus à un cadre via un système de rails métalliques. Ce cadre, d’une capacité de 440 pieds est ensuite déposé à même le sol, puis après quelques jours, recouvert d’une bâche, pour que le tabac finisse de sécher (50 à 60 jours au total).


Bruno FONTAINE, Jean Luc GOUDOUNECHE (ARVALIS - Institut du végétal)

Mots-clés

Réagissez !

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article