En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Septoriose sur blé Résistance aux fongicides des maladies des céréales à paille

Téléchargez la note commune INRA / ANSES / ARVALIS - Institut du végétal

09 février 2017

Retrouvez dans la note commune 2017, co-rédigée par l’INRA, l’ANSES et ARVALIS – Institut du végétal, l’état des résistances aux fongicides utilisés pour lutter contre les maladies des céréales à paille et les recommandations pour limiter leur développement.

Les résistances de l’helminthosporiose de l’orge aux SDHI et de la septoriose aux triazoles ont encore progressé en 2016. Les efficacités au champ sont encore au rendez-vous si les recommandations d'alternance, d'association et de programme sont respectées.

La principale recommandation de limiter l'utilisation des SDHI à une seule application par saison est maintenue, sur toutes céréales.

Téléchargez la note commune INRA / ANSES / ARVALIS – Institut du végétal 2017 pour connaître l’état des résistances et les recommandations associées, maladie par maladie.

Helminthosporiose de l’orge : la situation évolue encore

A l’issue de la campagne 2016, la proportion de souches d’helminthosporiose de l’orge résistantes aux SDHI est toujours en progression. Elles représentent désormais l’essentiel des populations françaises et européennes.

Sur cette maladie, il est toujours recommandé d’associer les SDHI avec des fongicides efficaces présentant d’autres modes d’action (en particulier prothioconazole ou cyprodinil), tout en limitant à une seule application par saison le recours aux SDHI.

Septoriose : rien d’alarmant dans l'immédiat pour les SDHI, davantage d’inquiétude pour les triazoles

Du côté de la septoriose, la fréquence des souches les plus résistantes aux IDM a pratiquement doublé en 2016. Elles représentent désormais plus de 40 % de la population. Parmi les triazoles, l’époxiconazole, le prothioconazole et le metconazole demeurent les plus efficaces mais leurs performances sont insuffisantes même s’ils sont associés à d'autres triazoles. Leur activité sur septoriose doit donc être complétée avec de préférence un fongicide multisite (chlorothalonil, folpel, mancozèbe) ou un SDHI, voire du prochloraze dans les régions au sud de la Loire où ce dernier est le mieux valorisé.

Par ailleurs, l’introduction d’un multisite dans les programmes de traitement est recommandée dès la première application visant la septoriose.

Quant aux phénotypes résistants aux SDHI, ils ont été détectés ponctuellement et à faible fréquence en France pour la deuxième année consécutive. Dans ce contexte, il n'y a pas lieu de craindre pour l’efficacité de cette famille chimique en pratique pour 2017. Mais la situation de nos voisins incite à maintenir une pression de sélection aussi faible que possible sur ce mode d’action.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

3 commentaires 14 février 2017 par BANDIT

Bonjour, donc ce que vous nous publiez chaque année c'est du "réchauffé" de l'année d'avant avec un peu de nouveautés (pour remercier les firmes de leurs cadeaux ) . Où je ne comprends pas c'est que les récoltes d'essais se font en juin juillet et qu'il vous faut + de 4 mois pour publier ces résultats, vous calculer tout les écarts types avec un crayon et une gomme ?

14 février 2017 par ARVALIS

Bonjour, Cette note est actualisée chaque année et formule des recommandations qui sont proches d’une année sur l’autre. Par ailleurs, nos préconisations regroupées dans les guides régionaux Choisir et Décider prennent en compte le contenu de la note de l’année précédente, et anticipent autant que faire se peut la note à venir. S’agissant de la date de parution, si nous voulons tenir compte de l’intégralité des données acquises en 2016, il nous est difficile de publier dès décembre. Pour information, l’industrie publie une note du même type chaque année, celle-ci n’est pas encore parue. Bien à vous.

10 février 2017 par BANDIT

Dommage que cela nous est communiqué alors que nos commandes de fongicides pour la campagne sont déjà faites. Il aurait fallu que cet article soit publié en Décembre.