En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Miniature article vidéo septoriose Maladies du blé tendre

Ne pas confondre la septoriose avec Ascochyta tritici

26 mai 2015

La septoriose peut se présenter sous différents faciès sur les feuilles de blé. Elle peut parfois être confondue avec Ascochyta tritici qui, lui, ne cause pas de dégâts. Il convient d’observer de près les formes et les couleurs des nécroses afin de bien différencier ces deux champignons.


La septoriose du blé tendre peut prendre trois types de faciès :

Le faciès le plus classique qui se caractérise par des nécroses rectangulaires de couleur marron.
Des nécroses marron-brune plutôt ovales. Ces nécroses ont tendance à s’étendre en réseau.
Des petits carrés blancs avec une bordure plus foncée.

Mais ces trois faciès ont un point commun : la présence au sein de nécroses de petits points noirs, les pycnides. Ce sont les organes de fructification du champignon. Ils contiennent à l’intérieur une gelée de spores appelées pycnidiospores. Quand l’hygrométrie est élevée au sein de la parcelle, le gel à l’intérieur de la pycnide se gorge d’eau et gonfle jusqu’à éclatement de l’organe de fructification. Les pycnidiospores sont alors libérées dans la parcelle et contaminent les étages foliaires avoisinants soit par effet « splash » des gouttes de pluie, soit par frottement des feuilles entre elles.

Attention à ne pas confondre la septoriose avec Ascochyta tritici. Ce champignon se reconnaît à la présence sur les feuilles de nécroses blanches, non rectangulaires comme le faciès « nécroses blanches » de la septoriose, mais de forme très tarabiscotée. Ce champignon n’est pas préjudiciable au blé.

Astuce pour reconnaître facilement la septoriose
Il n’est pas toujours évident de distinguer les pycnides dans la parcelle, même avec l’aide d’une loupe. En cas de doute, une astuce consiste à enfermer pendant 24 h les feuilles suspectes dans une bouteille d’eau vide mais encore humide pour faire macérer le champignon. En cas de présence de pycnidiospores, vous observerez le lendemain de petits tortillons blancs sortir des pycnides.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10