25 septembre 2012

Blé tendre

Dates et densités de semis : les écueils à éviter

Dans l’esprit des producteurs, les opérations de semis peuvent être inconsciemment influencées par les évènements de la campagne passée : modification de la date de semis pour éviter certains stress, ou de la densité de semis pour éviter la verse ou au contraire sécuriser le peuplement final, ou remaniement de la liste variétale suite à une contre-performance.

Choisir la date de semis : en fonction de la parcelle et de la variété

La date de semis doit répondre en priorité à un objectif de praticabilité de l’implantation : il faut pouvoir intervenir dans des conditions de ressuyage satisfaisantes pour ne pas pénaliser la croissance de la culture. Selon les milieux et les systèmes de culture, la période disponible va être plus ou moins longue. En parallèle, il faut raisonner la date de semis en fonction de la variété choisie ; ce second temps de raisonnement ne doit pas être pris à la légère, car c’est lui qui va conditionner la vitesse de développement de la plante, et donc l’apparition de stades sensibles (épi 1 cm, remplissage) à des accidents climatiques.

Les préconisations avancées par les équipes régionales s’appuient sur un principe de minimisation des risques et contraintes climatiques, sur la base d’analyses pluriannuelles : ceci permet de relativiser la fréquence d’apparition d’accidents tels que les gels précoces (comme en 2010-2011) ou tardifs (2011-2012). Semer plus tôt que préconisé expose surtout la culture à des accidents de sortie d’hiver (comme cet hiver) ; semer plus tardivement conduit à des cultures pas assez développées lors des premiers gels, ou tardives à floraison et donc exposées à l’échaudage estival.

Les variétés « tardives » nécessitent de la vernalisation et/ou des journées longues pour faire leur transition florale et s’engager vers la montaison, alors que les variétés précoces n’ont pas de tels freins, et donc arrivent à épi 1cm très vite si la température le permet. C’est pour cela que les « tardives » peuvent être semées tôt, alors que les implantations des « précoces » doivent être retardées.

A savoir : avancer la date de semis en espérant esquiver l’échaudage est peu efficace : une anticipation de 10 jours du semis n’avance l’épiaison que d’un à 2 jours.

La densité de semis : selon les conditions d’implantation et la date

Dans un contexte pédoclimatique donné, toutes les variétés ont le même optimum de peuplement, même si par la suite elles vont élaborer leur rendement différemment. La décision de faire varier la densité de semis doit donc reposer sur la finesse du lit de semence (qui va conditionner les pertes à la levée) et sur la date de semis (qui va conditionner la durée de tallage de la culture, et donc le nombre de tiges viables en sortie d’hiver).

Là encore, les préconisations régionales s’appuient sur des essais pluriannuels, et permettent d’atteindre le rendement maximal. Elles sont très souvent « sécuritaires » : un petit défaut de densité n’aura qu’un faible impact sur le rendement. A l’inverse, dépasser les préconisations ne génère généralement pas de gain de rendement, et augmente au contraire le risque de verse.

A savoir : il n’est pas nécessaire d’essayer de contrebalancer un effet variétal à faire peu d’épis par une densité plus forte : la culture s’autorégulera. Pour les hybrides, l’abaissement des densités est souvent une réponse au coût des semences.


Pour plus de précisions, retrouvez les préconisations des ingénieurs ARVALIS - Institut du Végétal de votre région (extrait du guide Choisir et décider pour l'automne 2012) dans la partie pièce jointe ci dessous :

Pièces jointes

Mots-clés

Réagissez !

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article