9 juillet 2015

Cultures intermédiaires

Choisissez votre couvert selon quatre critères simples

La liste des espèces qui peuvent être implantées en interculture est longue, et le choix pas toujours aisé. Pour valoriser au mieux les couverts végétaux, il convient de prendre en compte certains critères agronomiques tels que le système de culture, la culture suivante, ou la date de semis. Un outil vous est proposé pour guider dans votre choix parmi 25 espèces de couverts.

Sommaire :

  La rotation des cultures dans la parcelle
  La culture suivante
  La date de semis
  La valorisation ou non en fourrage
  Quelle est ma contrainte rotationnelle ?



De nombreux critères de choix existent pour choisir son couvert. Certains sont rédhibitoires car ils signifient que l'espèce n'est pas du tout adaptée à la situation agronomique de la parcelle. Voici les principaux éléments à prendre en compte :


  La rotation des cultures dans la parcelle

D’un point de vue sanitaire, lorsque certaines cultures reviennent très souvent dans la rotation, implanter une culture intermédiaire de la même famille peut aggraver le développement de certains ravageurs ou certaines maladies inféodés au sol. A titre d'exemple, le risque de hernie des crucifères est élevé dans les rotations avec retour fréquent du colza (en particulier en sol limoneux humide), de même que le risque Aphanomyces en rotation chargée en pois ou haricot, ou le risque du nématode Heterodera schachtii en rotation chargée en betteraves. Le « principe de précaution » consiste alors à ne pas cultiver de moutarde, radis ou autre culture intermédiaire de la famille des crucifères en cas de retour fréquent du colza ou du choux dans la rotation. De même, il est fortement déconseillé d'introduire des vesces, féveroles, pois, ou trèfles si la rotation comporte des légumineuses. Les conseils disponibles ci-dessous ont été établis en concertation entre différents instituts techniques : ARVALIS-Institut du végétal, CETIOM, ITB, UNILET et UNIP.


Retour au sommaire



  La culture suivante

Certains couverts se comportent comme de mauvais précédents avant certaines cultures. Il faut ainsi éviter les couverts de graminées tels que les avoines, ray-grass d'Italie, seigle ou moha avant du blé ou de l’orge. Des effets dépressifs ont déjà été observés au champ, même s'ils ne sont pas systématiques. Dans d’autres cas, cet effet s’estompe à partir du moment où le couvert disparaît suffisamment tôt. Par exemple, les crucifères avant maïs ne posent pas vraiment problème si elles sont détruites entre novembre et février. Elles ne sont donc pas déconseillées avant maïs. Le risque de transmission de maladies du couvert à la culture suivante n’est pas non plus impossible. Certaines successions sont ainsi à éviter par précaution. Il faut noter que de nombreuses connaissances restent encore à acquérir dans ce domaine, qu'il s'agisse des effets potentiellement négatifs ou potentiellement positifs des couverts.


Retour au sommaire



  La date de semis

Semées fin août ou début septembre, certaines espèces ne peuvent pas se développer, faute de chaleur ou de lumière en quantités suffisantes. Le nombre d’espèces adaptées à un semis tardif est nettement plus faible que pour un semis précoce de début août. A titre d'exemple, il est risqué d'implanter du trèfle d'Alexandrie au-delà des premiers jours d'août car sa vitesse d'installation est lente, et ses besoins en chaleur élevés. Pour les mêmes raisons, il est préférable d'implanter le tournesol, le niger, et toutes les espèces de légumineuses avant la mi-août. Les espèces adaptées à des semis de couverts dans la culture précédente sont également inclues, par exemple en été avec un colza ou au printemps sous couvert d'orge ou de maïs.


Retour au sommaire



  La valorisation ou non en fourrage

En polyculture élevage, il peut être judicieux de valoriser un couvert semé en automne. Toutes les espèces de couverts n’ont pas d’intérêt en production fourragère. A l’opposé, le ray-grass d'Italie est une bonne plante fourragère mais n’est pas considéré comme un couvert intéressant en tant que culture intermédiaire : il présente le risque d’augmenter le salissement de la parcelle, de mal restituer l’azote…


Un outil vous est proposé pour vous aider à définir la liste d’espèces pouvant être cultivées dans votre parcelle selon les quatre critères cités ci-dessus. Identifiez dans un premier temps votre contrainte rotationnelle en fonction de la liste proposée ci-dessous :



Quelle est ma contrainte rotationnelle ?

Cas A
Cas B
Cas C
Cas D
Cas E
Cas F
Cas G



Des fiches des espèces selectionnées sont consultables. Pour les associations, quelques règles sont indiquées dans l'article : Mélanges d'espèces de couverts : des synergies entre légumineuses et non-légumineuses



Retour vers la page principale



Jérome LABREUCHE (ARVALIS - Institut du végétal)

Mots-clés

Réagissez !

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article