En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Gestion des résistances et évolution de la flore

Vers une nouvelle vision de la lutte chimique

22 décembre 2010

Les inhibiteurs de l’ALS sont, ou vont devenir, sélectifs de la quasi-totalité des grandes cultures pour le contrôle de toutes les adventices ou presque.

Parmi leurs nombreuses qualités (faibles grammages, faible toxicité), ils sont très efficaces et donc généralement préférés à tout autre. Par ailleurs, ce sont des inhibiteurs non compétitifs de leur cible, donc de nombreuses mutations ont déjà été sélectionnées chez de nombreuses espèces tant dicotylédones que graminées (plus de 100 espèces). De plus, des graminées résistantes par détoxication aux inhibiteurs de l’ACCase sont souvent également résistantes à des sulfonylurées antigraminées. Ils sont donc très susceptibles de sélectionner des résistances sur n’importe quelle espèce : c’est déjà le cas pour le vulpin, le ray-grass et le coquelicot.

Pour Jacques Gasquez (INRA Dijon), la stratégie empirique de la recherche du moindre coût et de la répétition de ce qui a déjà fonctionné est antinomique de ce que nous enseigne la théorie pour éviter la sélection de résistants. Le nombre d’espèces résistantes et leur extension ne peuvent que s’accroître sinon exploser si l'on n'y prend pas garde. Seule la diversité des pressions de sélection permet d’éviter la résistance.

Réduire délibérément ou réglementairement le nombre de possibilités (nombre de modes d’action) est un facteur supplémentaire de risque de résistance et risque donc d'accélérer la disqualification des meilleurs produits. Ce qui était peu craint auparavant, car avec la dynamique d’homologation, on pouvait trouver rapidement une solution avec un nouveau produit, n’est plus vrai aujourd’hui ou` la réglementation rend très difficile l’homologation de produits avec de nouveaux modes d’action. Sans un renouvellement des modes d’action disponibles, la gestion des mauvaises herbes par les herbicides va être plus difficile. Ceci va aussi se traduire par une augmentation du coût de la lutte contre les mauvaises herbes.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

Mots-clés :

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10