En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Pommes de terre de fécule

Ventiler dès la mise en tas pour préserver l'intégrité et la qualité de la récolte

15 novembre 2012

Les arrachages de pomme de terre sont toujours perturbés par les conditions climatiques. Dans ce contexte particulier, la qualité du stockage est primordiale afin d'éviter toute dégradation sanitaire de la récolte. La ventilation des tubercules doit être assurée dès la mise en tas, en silo extérieur comme sous abri.

Les surfaces encore à récolter de la bande littorale ont subi des conditions climatiques particulièrement rudes pour supporter une conservation performante de longue durée. Par ailleurs, les zones ayant subi une inondation supérieure à 48h au cours des dernières semaines ne doivent pas être récoltées pour des raisons sanitaires. Pour les autres parties de champ, il est impératif d’attendre un ressuyage suffisant du sol avant de redémarrer les arrachages pour ne pas enrober les tubercules d’une boue asphyxiante.

SommaireChercher à soigner la constitution
► Protéger les silos extérieurs par un voile de type Top Tex
► Ventiler les tas à une température consigne de 8°C
► Traitement anti-germinatif à considérer pour les conservations les plus longues


Chercher à soigner la constitution des tas

Compte tenu du caractère particulièrement terreux des tubercules récoltés, voici les principaux rappels pour éviter tout déboire ultérieur :

pour les silos extérieurs : ne travailler que sur une largeur de remorque et les orienter dans le sens des vents dominants
pour les tas sous abri : déterrer au mieux et répartir la terre sans formation de cônes de terre difficiles à ventiler.

Dans les situations où le retard pris sur l’arrachage est préoccupant, le stockage temporaire en silos extérieurs permet de gagner en débit de chantier. Cependant, le bâchage rapide pour protéger le silo de la pluie est indispensable. Une fois sec, ce silo extérieur bâché peut être repris pour une mise en stockage ventilé sous abri, à condition de déterrer au préalable les tubercules. La ventilation et la mise hors gel garantira de meilleures conditions pour une conservation de longue durée des pommes de terre de fécule.


Retour au sommaire


Protéger les silos extérieurs par un voile de type TopTex

La pose du voile de protection est efficace contre les gels mais aussi contre les pluies toujours fréquentes. Au besoin, il ne faut pas attendre la fin de la constitution du silo pour procéder au bâchage si de nouvelles précipitations sont annoncées.


Retour au sommaire


Ventiler les tas à une température consigne de 8°C

La ventilation est le seul moyen pour chercher à agir sur le tas une fois celui-ci constitué dans le bâtiment. C’est un outil majeur pour pouvoir sécher rapidement les tubercules et leur éviter une évolution négative lorsqu'ils sont stockés en conditions humides. Pour ventiler efficacement le tas, il faut souffler de l’air plus froid que les tubercules même si cet air est humide (pluie, brouillard).

Sans régulation : ventiler entre 22 h et 9 h du matin pour profiter des heures souvent les plus froides.
Avec une régulation semi-automatique : régler la température maxi de soufflage à 2°C en dessous de la température du tas et la température minimale de 4 à 5°C en dessous de la température du tas.
Avec une automatisation totale : régler le différentiel sur 3°C pour l’instant.

La température de consigne peut être aujourd’hui positionnée à 8°C pour sécher et refroidir les tas mais il faudra l’abaisser si les températures d’arrachage diminuent fortement ces prochains jours.


Retour au sommaire


Traitement anti-germinatif à considérer pour les conservations les plus longues

Si vous ne pouvez réaliser une thermonébulisation dans le bâtiment, pensez à traiter contre la germination dès la mise en stockage la partie des tubercules prévue pour être conservée à long terme. Ce traitement anti-germinatif peut prendre la forme d’un poudrage ou d’une pulvérisation liquide de CIPC à la dose de 5 à 8 ppm de matière active (5 à 8 g/t). Cependant l’application de CIPC sur des tubercules humides accroit le risque de phytotoxicité. Il est donc  conseillé de ne traiter que les tubercules devant être stockés sur le long terme et, au besoin, après les avoir séchés par un stockage préalable.


Retour au sommaire 

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant