En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
les symptômes d'helminthosporiose apparaissent tôt sur les variétés de maïs sensibles à cette maladie Maïs et helminthosporiose

Valoriser les variétés assez tolérantes dans les régions à risque

14 janvier 2016

Endémique dans plusieurs régions, l’helminthosporiose est une maladie dont le développement peut être limité grâce à un choix variétal judicieux. Pour vous y aider, ARVALIS-Institut du végétal a mis à jour la synthèse pluriannuelle des notes de sensibilité.

L’helminthosporiose (Exserohilum turcicum) est endémique en Alsace, dans l’ouest de la Bretagne, dans le sud de l’Aquitaine et en Vallée de l’Isère. Cette maladie du feuillage a besoin de chaleur et d’humidité pour se développer. Sa nuisibilité potentielle, en cas de développement précoce, justifie non seulement la mise en œuvre de moyens agronomiques (gestion des résidus et travail du sol), mais aussi la prise en compte de la sensibilité des variétés.

Les symptômes ont été plus rares ces dernières années dans les régions des variétés demi-précoces C2 à très tardives, généralement plus tolérantes que les précoces. Par conséquent, l’actualisation des références de comportements à l’helminthosporiose porte sur les variétés très précoces à demi-précoces.


Téléchargez les notations mises à jour pour :


les variétés très précoces
les variétés précoces
les variétés demi-précoces

Des différences de sensibilité des variétés

Il existe des différences entre hybrides, mais la tolérance à l’helminthosporiose est aussi toute relative, car, sous la pression de la maladie, les tissus âgés finissent par laisser progresser les nécroses. Au sein d’un même groupe de précocité, les variétés les plus précoces ont tendance à présenter des symptômes plus tôt que les plus tardives qui présentent un « âge physiologique » proportionnellement moins avancé. Au-delà de ces effets de précocité, les différences de sensibilité s’expliquent par des différences de début d’installation et de vitesse de progression des symptômes. Par ailleurs, les spécificités des souches entre les régions peuvent conduire à des différences d’expression des symptômes entre variétés.

Quelques précisions méthodologiques

Cette synthèse pluriannuelle repose sur des notations effectuées dans :

• les essais du réseau de post-inscription, de 2007 à 2015,

• des essais spécifiques réalisés par ARVALIS - Institut du végétal en Bretagne en contamination naturelle renforcée. Les parcelles des variétés expérimentées sont voisinées de parcelles de variétés sensibles sur lesquelles des broyats de feuilles nécrosées par l’helminthosporiose de l’année précédente sont appliquées dans le cornet au stade 10-12 feuilles.

• les essais CTPS de 2007 à 2014 (source GEVES).


Les symptômes de nécroses de l’Helminthosporiose turcicum se reconnaissent par la présence de taches fusiformes allongées dans le sens des nervures.

Des notations de surfaces foliaires nécrosées

Les notations sont réalisées :

• sur l’ensemble des plantes du ou des rangs centraux des essais en petites parcelles, en se situant sur le rang à au moins 1 m de l’allée.

• à au moins une date en cours de progression de la maladie. Généralement les expérimentateurs effectuent 2 à 3 notations, comme cela est recommandé afin d’acquérir des informations de cinétique et de s’assurer que les symptômes ne sont ni trop précoces, ni trop développés (avant que les dessèchements se généralisent).

• en attribuant des notes d’intensités de dégâts de 0 (absence de symptômes) à 10 (dessèchement de 100 % de la surface foliaire).

Le traitement statistique des données

Les essais retenus dans les synthèses ont fait l’objet de validation sur des critères de précision et d’aptitude à discriminer les différences entre variétés (amplitude entre les notes minimales et maximales). Lorsque les essais comportent plusieurs dates de notations, des moyennes de notes ont été calculées entre les stades de symptômes les plus pertinents.

Les notes ont été estimées par ajustements statistiques avec le modèle linéaire mixte du logiciel « R » où l’effet « variété » est considérée comme le facteur fixe et l’effet « lieu*année » est le facteur aléatoire. Les calculs ont été effectués par groupe de précocité. Comme les listes variétales sont glissantes entre années (matrice incomplète) sur les séries historiques d’essais analysés, des règles d’introduction dans les ajustements ont été appliquées, à savoir au moins 3 essais avec des données par variété et au moins 3 variétés avec des références par essai. Les notes qui correspondent à des pourcentages de surfaces de feuilles nécrosées ont été transformées en « arc sinus racine carrée ». Le modèle a permis d’estimer pour chaque variété un écart à la moyenne générale ainsi que son intervalle de confiance (seuil alpha retenu de 20 %). Les estimations ont été ensuite été exprimées en notes selon l’échelle de notations initiales.

L’amplitude des intervalles de confiance représentent, compte tenu de la matrice incomplète utilisée (pas les mêmes variétés dans tous les essais valorisés au sein d’un groupe de précocité), surtout la précision de l’information liée au nombre de notations intégrées dans les calculs. Un grand nombre de références de base participe à une bonne puissance de l’estimation, alors que ce n’est pas le cas pour les variétés qui ne bénéficient pas d’autant de données.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10