En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blé tendre

Une multitude de critères analysés pour caractériser les variétés

17 juillet 2014

Chaque année, une centaine de variétés est proposée à l’inscription, mais 30 à 35 sont retenues pour intégrer le catalogue officiel. Philippe Du Cheyron présente les divers suivis réalisés par ARVALIS – Institut du végétal sur ces variétés en post-inscription.

ARVALIS - Institut du végétal dispose d’un réseau de 60 essais pour suivre les nouvelles variétés de blé tendre en post-inscription. Pour chaque essai, sont mis en place 3 blocs traités avec des fongicides et un bloc non traité.

Les blocs traités permettent d’évaluer le potentiel de rendement des variétés et leur adaptation régionale, mais surtout leur robustesse vis-à-vis des aléas climatiques. Car d’une année sur l’autre, les classements peuvent être très différents, les variétés les plus stables possible étant recherchées.

Evaluer la résistance aux maladies

Le bloc non traité permet de tester la résistance des variétés vis-à-vis des maladies foliaires, telles que la septoriose, la rouille brune, la rouille jaune, l’oïdium

Il est nécessaire de suivre les niveaux de résistance, car les champignons évoluent chaque année. Des variétés inscrites résistantes peuvent être contournées au bout de 2 ou 3 ans. Certaines dont le caractère résistance n’est présent que sur un seul gène sont à risque. Cela peut être très brutal avec les rouilles, c’est plus progressif avec les septorioses.

Concernant les fusarioses, les champignons ne sont pas forcément présents chaque année dabs touts les essais ; il est donc nécessaire de provoquer les contaminations, en disposant des cannes de maïs au sol puis en utilisant un système de brumisation. A la maturité, les grains sont récupérés pour doser les mycotoxines. Ces essais dédiés permettent d’évaluer la sensibilité des variétés vis-à-vis des mycotoxines et de leur accumulation.

Dans des essais précocité, les semis sont réalisés assez tôt, les variétés sont ainsi testées sur leur sensibilité à la durée du jour. Ainsi, une variété très photosensible peut être semée précocement, quelles que soient les conditions climatiques de l’automne : même s’il fait relativement chaud, elle ne va pas redémarrer trop vite en sortie d’hiver.

Des analyses technologiques en complément

Des échantillons de grain sont prélevés sur des essais à différentes teneurs en protéines. L’objectif : caractériser la qualité technologique, critère très important qui pilote l’accès aux marchés. Aujourd’hui, les blés panifiables supérieurs (BPS) sont très recherchés sur en France et à aussi à l’export, c’est-à-dire des variétés avec de bons niveaux de force boulangère (W) et de protéines.

D’autres critères sont également évalués, comme la résistance aux cécidomyies orange, une problématique importante en Centre / Ile-de-France. Ce type de problèmes agronomiques est difficile à traiter par des voies insecticides car il faut traiter le bon jour, assez tard le soir. Le semis de variétés résistantes permet d’éviter de traiter, ce qui peut être intéressant.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10