En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Tracteur dans un champ, avec une rampe de pulvérisateur, pour un traitement herbicide avec adjuvant Applications phytosanitaires

Une action des adjuvants bien spécifique

20 février 2019

Sels, mouillants ou huiles… différents types d’adjuvants sont actuellement disponibles sur le marché. Lors de l’application d’antigraminées foliaires, l’utilisation de ces adjuvants est l’un des moyens permettant d'optimiser leur efficacité, chaque type ayant des propriétés propres.

Les adjuvants assurent diverses fonctions dont les principales sont l’étalement, la pénétration, la rétention et la correction de la qualité de l'eau. Mais ils ont tous le même objectif : maximiser l’efficacité des produits. Cet objectif est parfois davantage lié au type de produit utilisé qu’au volume de bouillie employé.

Les huiles facilitent la pénétration des produits dans les plantes

Les huiles ont la fonction de faciliter la pénétration des substances actives dans les plantes. Elles agissent sur les cires épicuticulaires en les désorganisant et en facilitant ainsi leur passage. Elles s’utilisent essentiellement avec des produits systémiques et sur des plantes peu mouillables, quel que soit le volume de bouillie. Les sulfonylurées de type Archipel ou Atlantis constituent l’exemple de produits couramment associés à de l’huile. Mais attention à ne pas les utiliser à tort, elles peuvent être fatales. L’ajout d’huile avec des fongicides sur blé crée par exemple une pénétration du produit dans les feuilles et une migration vers l’extrémité de celles-ci. S’en suivent alors des brûlures très marquées pouvant affecter le rendement. Ajoutées à des herbicides racinaires mais surtout de contact, les huiles forcent la pénétration du produit dans les plantes et génèrent une phytotoxicité sur la culture.

Les mouillants : utiles avec les produits de contact

Les adjuvants dits « mouillants » regroupent différentes catégories tels que les adjuvants cationiques, non ioniques, terpènes, organo-silicones, latex… Tous jouent le même rôle : étaler les gouttes et mieux les accrocher sur le feuillage. Mais leur efficacité dépend du trio plante/adjuvant/formulation du produit. En effet, certaines formulations intègrent déjà de nombreux adjuvants additionnés à la sustance active, inutile alors d’en rajouter. D’autre part, la mouillabilité des plantes est un facteur important. Sur des plantes mouillables, l’utilisation des mouillants n’est pas justifiée alors qu’elle peut l’être sur plantes peu mouillables (tableau 1). Enfin, le type d’action du produit intervient dans le raisonnement : les produits de contact, qui agissent « là où ils tombent », gagnent à être étalés sur les surfaces foliaires. L’ajout de mouillant est donc particulièrement intéressant lors d’une application de produit de contact sur une plante peu mouillable. Les mouillants sont aussi utilisés en mélange avec des inhibiteurs de l'ALS sur graminées. De nombreuses expérimentations ont montré que, dès lors qu’ils sont utiles, les mouillants sont intéressants quel que soit le volume de bouillie à l’hectare.

Tableau 1 : Exemples de plantes mouillables et peu mouillables

L’effet humectant du sulfate d’ammonium

Différents sels existent sur le marché. Pour ceux qui sont autorisés en tant qu’adjuvants, ils sont composés de sulfate d’ammonium. Un de ses rôles est l’effet hygroscopique, appelé aussi effet humectant. En captant l’humidité présente dans l’air, un sel « recharge » les gouttes de pulvérisation et les maintient plus longtemps en phase liquide. Il évite ainsi la dessiccation.

ARVALIS – Institut du végétal a pu montrer l’effet humectant du sulfate d’ammonium en mélange avec les sulfonylurées. Mais il ne remplace pas l’huile ou le mouillant. Le sulfate d’ammonium doit être ajouté à un autre adjuvant pour observer un gain d’efficacité. Et son action ne remplace pas de bonnes conditions de traitement (hygrométrie maximale, température clémentes et absence de vent). Même en présence de sulfate d’ammonium, de mauvaises conditions climatiques seront dans tous les cas préjudiciables.

Glyphosate : seul produit sensible à la dureté de l’eau

Par ailleurs, le sulfate d’ammonium a également un rôle de correcteur d’eau. Le sulfate, chargé négativement, piège les ions calcium, chargés positivement : il limite ainsi leur effet sur les molécules sensibles à la dureté de l’eau. Rappelons que seul le glyphosate est sensible à ce caractère. Mais attention, l’utilisation du sulfate d’ammonium autorisé comme engrais à des fins de correction de dureté est proscrite. Il convient d’utiliser des adjuvants formulés à base de sulfate d’ammonium. La dose usuelle pour ces adjuvants est 1 l/ha.

Tableau 2 : Exemples de spécialités commerciales utilisables comme adjuvants en désherbage, selon leurs propriétés (liste non exhaustive)

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

7 commentaires 06 mars 2019 par GUERTON

Je suis navré par la photo de la pulvérisation qu' ARVALIS utilise en début d' article. Bonne pulvérisation ne rime pas avec brouillard maximum, bien au contraire ! Je pense que les adjuvants ou le volume de bouillie ont peu d' importance, car à la vu du brouillard une bonne partie du produit part directement dans l' air. Une pression adaptée, voir l' utilisation de buses à injection d' air permettrait que le produit arrive sur la cible et améliore considérablement l' efficacité. Christophe Guerton..

24 février 2019 par CAPRON

Réponse à Houin, bien sûr que j’ai lu jusqu’au bout. Je suis bien placé pour savoir qu’arvalis est contre le bas volume et que tous les commentaires sont dirigés pour semer le doute sur l’efficacité de la méthode. L’huile n’a aucun lien avec les racinaires.

24 février 2019 par ROEDERER

BAH !!! Pourquoi se battre pour tout cela ?? Ces produits, TOUT ces produits (y compris les adjuvants...) seront bientôt INTERDITS (en France, ...là où on lave plus blanc que blanc...) !!!! Tout en restant autorisé à l'étranger (y compris en "BIO" en Ukraine par exemple...!). Il nous reste, en attendant cette fin définitive, à traiter la nuit, sur la rosée (et puis, comme ça, on est moins visibles...). JMR

23 février 2019 par HOUIN

À Capron : merci de lire la phrase jusqu'à la fin avant de critiquer !!!

22 février 2019 par BENHAMICHE

benhamiche salah Désherbant Pallace + heliosol résultat parfaits

22 février 2019 par ROBIN

J'AURAIS AIMER SAVOIR VOTRE AVIS SUR LE CARBO PH DE CHEZ CTH MERCI GAECDES3R79@ORANGE.FR

22 février 2019 par CAPRON

N'importe quoi de l'huile avec les racinaires, on aura tout vu. Philippe Capron. tiré de votre texte/ " Ajoutées à des herbicides racinaires mais surtout de contact, les huiles forcent la pénétration du produit dans les plantes"

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10