En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
mélange de céréales et légumineuses Mélanges fourragers

Un guide pour composer, conduire et valoriser les méteils

20 décembre 2018

La sécurisation des systèmes fourragers est au cœur des préoccupations de nombreux éleveurs. Elle passe notamment par l’introduction de mélanges de céréales à paille et de légumineuses, communément appelés méteils. Pour aider les agriculteurs, les conseillers et les semenciers à composer ce type de mélanges, l’association française pour les productions fourragères (AFPF) vient d’éditer un guide qui leur est consacré.

Dérobées, cultures intermédiaires, méteils sont autant de possibilités pour tenter de pallier aux déficits fourragers et s’adapter aux aléas climatiques de plus en plus récurrents.

De nombreux essais et expériences régionales testent depuis plusieurs années la faisabilité et l’intérêt des méteils. Leurs résultats sont compilés sous la forme d’un guide technique.

Quelques règles de composition des méteils

Après avoir rappelé les intérêts et les limites des méteils dans le système fourrager, ce guide s’attache à fournir des éléments très concrets sur la place de ces cultures dans la rotation et le choix des espèces pouvant composer ces mélanges. Si ces mélanges associent a minima 1 céréale et 1 légumineuse, il n’y a aucun intérêt à ce qu’ils soient composés de plus de 6 ou 7 espèces différentes. La clé de la réussite est dans les fonctions complémentaires des espèces choisies : au moins une espèce pouvant servir de tuteur pour limiter la verse (triticale, seigle…), des espèces productives (avoine, orge, seigle forestier…), des espèces apportant de l’énergie (triticale, blé…) et des protéines (féverole, pois, vesce…). La dose de semis ne doit par exemple pas dépasser 300 à 350 grains/m2. Ainsi pour des mélanges d’hiver avec une forte proportion de céréales (180 à 300 grains/m2), on privilégiera par exemple des mélanges Triticale-Pois ou Triticale -Avoine-Pois fourrager-Vesce. Pour des mélanges de printemps, on peut retenir par exemple les compositions suivantes : Avoine-Pois fourrager-Féverole ou Avoine-Pois Fourrager-Vesce.

De la conduite de culture à la valorisation du fourrage

L’itinéraire technique est détaillé notamment pour les postes de la préparation du sol, du semis et de la fertilisation. Les précautions spécifiques à prendre lors de la récolte sont précisées aussi bien pour l’ensilage que pour l’enrubannage. Dans certains cas, ces mélanges peuvent aussi être pâturés.

Afin de déterminer au mieux la valeur alimentaire de ces méteils, des recommandations sur les bonnes pratiques d’échantillonnage sont fournies. Ces fourrages peuvent être distribués comme fourrage principal pour des animaux à besoins modérés ou complétés par des aliments très énergétiques pour des animaux à besoins élevés.

Enfin, une approche économique permet d’estimer le coût de production de ce fourrage et l’intérêt économique à l’introduire dans son système fourrager.

Téléchargez le guide technique des mélanges fourragers à base de céréales à paille et de légumineuses.

Les préconisations fournies dans ce document sont le fruit d’une expertise collective des membres de l’AFPF : ARVALIS, Inra, Idele, Gnis, Fourrage Mieux, Barenbrug, Limagrain, Semences de Provence.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10