En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
478-trticale-1 Résultats d'essais

Triticale : quelles variétés choisir pour les prochains semis ?

11 juin 2020

Retrouvez le comportement de 25 variétés de triticale récemment inscrites.

Neuf, c'est le nombre de variétés de triticale inscrites au catalogue français en 2020. Un nombre élevé au regard des années précédentes. Ces neuf variétés ont été évaluées deux années par le CTPS sous deux conduites de culture : une conduite non traitée fongicide pour évaluer leur niveau de résistance aux maladies, et une modalité protégée des maladies pour étudier leur adaptation aux différents contextes pédoclimatique rencontrés en France.

Deux nouveautés françaises et trois variétés européennes, inscrites en 2019, ont été évaluées pour la première année dans le réseau d’essais de post-inscription d’ARVALIS. C'est également l'occasion d'analyser le comportement de onze variétés testées depuis au moins deux ans dans ces essais.

Rappelons que les pertes de rendement en l’absence de traitement fongicide (écarts de rendement entre modalités traitées et non traitées) sont un bon indicateur du niveau de résistance globale des variétés aux maladies foliaires. Plus cette nuisibilité est faible, plus la variété est résistante. Ces pertes peuvent évoluer suivant les années en raison du contexte parasitaire et des contournements de résistance. Sur triticale, l’oïdium et la rouille jaune sont généralement les maladies les plus préjudiciables.

Au sommaire :Neuf nouvelles variétés viennent étoffer le catalogue français en 2020
Deux nouveautés françaises inscrites en 2019
Trois nouvelles variétés européennes testées en France en 2019
Six variétés récentes, évaluées durant deux ans en post-inscription
Cinq variétés de référence, testées depuis trois ans ou plus

Neuf nouvelles variétés viennent étoffer le catalogue français en 2020

Demi-tardive à demi-précoce à épiaison, Bilboquet a des rendements légèrement inférieurs à la moyenne de sa promotion. Très résistante aux rouilles, assez résistante à l’oïdium, et moyennement sensible à la rhynchosporiose, Bilboquet présente des pertes de rendement modérées dans les parcelles non protégées. Sa résistance à la verse est assez bonne. Son poids spécifique (PS) est correct et sa teneur en protéines dans la moyenne des variétés de productivité équivalente.

Triticale demi-précoce et demi-alternatif, Kitesurf a une productivité légèrement supérieure à la moyenne de sa promotion, avec une bonne année 2018 mais en retrait en 2019. Bien qu’assez haut sur paille, sa tenue de tige est correcte. Assez résistant à l’oïdium et à la rouille jaune, mais un peu plus sensible à la rouille brune et surtout à la rhynchosporiose, ses pertes de rendement en conditions non traitées sont dans la moyenne. Son PS est élevé et sa teneur en protéines dans la moyenne.

Demi-précoce à épiaison, Lumaco associe une bonne productivité et un bon comportement vis-à-vis des maladies foliaires. Avec un rendement à 104 %, la variété est en tête de sa promotion en moyenne sur deux ans. Malgré quelques symptômes de rhynchosporiose, ses très bons niveaux de résistance à l’oïdium et aux rouilles se traduisent par des pertes de rendement en l’absence de protection fongicide parmi les plus faibles. Sa tenue de tige est correcte. Son PS est bon. Sa teneur en protéines est assez élevée par rapport aux variétés de son niveau de productivité.

Triticale demi-précoce et très résistant au froid, RGT Molinac est un bon compromis entre rendement et résistance aux maladies. Il figure parmi les variétés les plus productives de sa promotion, avec 103 % de la moyenne. À l’exception de quelques symptômes de rhynchosporiose, il présente un bon profil de résistances aux maladies et des pertes de rendement modérées en conditions non protégées. De plus, sa tenue de tige est assez bonne. Sa teneur en protéines est dans la moyenne mais son PS un peu faible.

Demi-précoce et demi-alternatif, RGT Ouessac se positionne parmi les variétés les plus productives de sa promotion, à 104 % de la moyenne. Assez résistante à l’oïdium mais légèrement plus sensible à la rhynchosporiose et aux rouilles jaune et brune, RGT Ouessac affiche des écarts de rendement entre parcelles traitées et non traitées dans la moyenne. Elle est assez résistante à la verse. Son PS est correct et sa teneur en protéines dans la moyenne des variétés de son niveau de productivité.

Demi-tardif à demi-précoce et très résistant au froid, RGT Rutenac se distingue par son très bon niveau de résistance à l’ensemble des maladies foliaires. À 96 % de la moyenne, la variété est toutefois en retrait par rapport à sa promotion sur le plan de la productivité. Sa tenue de tige est correcte. Son PS et sa teneur en protéines sont assez élevés. 

Demi-précoce à épiaison, Ruche affiche un bon profil de résistances aux maladies foliaires : en conditions traitées, son rendement est légèrement inférieur à la moyenne. Cette variété est moyennement résistante à la verse. Son PS est assez bon mais sa teneur en protéines assez faible compte tenu de sa productivité.

Demi-précoce à épiaison et résistant au froid, Trias s’est montré assez productif en 2018 et 2019 en conditions protégées des maladies foliaires. Ses pertes de rendement sont, en revanche, assez élevées en l’absence de protection fongicide, malgré un assez bon niveau de résistance à l’oïdium et à la rouille jaune. Il est légèrement moins résistant à la rhynchosporiose et à la rouille brune. Sa tenue de tige est assez bonne. Son PS et sa teneur en protéines sont dans la moyenne. A noter qu'il s’est montré sensible à la germination sur pieds.

Bien qu’inscrite cette année, la variété Chacamo ne sera pas développée en France

Retour au sommaire

Deux nouveautés françaises inscrites en 2019

RGT Epiac présente un potentiel correct à 101 % des témoins. Elle a une bonne teneur en protéines et un PS correct. Précoce, cette variété montre une assez forte sensibilité à l’oïdium, à la rouille jaune et à la rhynchosporiose.

RGT Suliac affiche un bon potentiel à 104 % des témoins. Sa teneur en protéines est correcte, mais son PS est assez faible. Elle est sensible à la germination sur pied (note GEVES 2). Cette variété demi-tardive à demi-précoce présente une assez bonne résistance globale aux maladies, mais ses sensibilités à l’oïdium et à la rouille brune doivent être surveillées. Son principal défaut est sa très forte sensibilité à la verse.

Retour au sommaire

Trois nouvelles variétés européennes testées en France en 2019

Dernière du regroupement, Carmelo affiche un faible potentiel, à 96 % des témoins. Elle a une très bonne teneur en protéines et un PS correct. Variété demi-précoce, elle s’avère sensible aux maladies : très sensible à la rouille brune, sensible à la rhynchosporiose, et une sensibilité à la rouille jaune à surveiller. En revanche, elle a un très bon niveau de résistance à la verse.

Rufus a un potentiel en retrait à 97 % des témoins. Ses critères qualitatifs (PS, protéines) sont proches de la moyenne. Variété demi-tardive, elle montre une bonne résistance à l’oïdium et à la rouille brune mais une assez forte sensibilité à la rhynchosporiose et une sensibilité à la rouille jaune à surveiller.

Tribonus, comme Carmelo, présente un faible potentiel à 96 % des témoins. Elle a de bons critères qualitatifs associant une bonne teneur en protéines à un très bon PS. Cette variété demi-tardive à demi-précoce montre une bonne résistance globale aux maladies, à l’exception d’une sensibilité à l’oïdium à surveiller.

Retour au sommaire

Six variétés récentes, évaluées durant deux ans en post-inscription

Brehat affiche un bon potentiel à 103 % des témoins. Son PS et sa teneur en protéines sont dans la moyenne, mais elle est assez sensible au risque DON. Variété demi-précoce, elle montre une très bonne résistance à l’ensemble des maladies.

Ramdam présente un très bon potentiel sur deux ans, à 105 % des témoins. Son PS est assez faible, comme sa teneur en protéines. Cette variété demi-précoce est moyennement sensible à la rouille jaune, et montre une sensibilité à l’oïdium, mais elle a une bonne résistance à la verse.

RGT Bivouac a un assez bon potentiel, à 102 % des témoins. Ses critères qualitatifs sont en retrait : faibles PS et teneur en protéines, sensible à la germination sur pied (note GEVES 2), elle est aussi assez sensible au risque DON. Demi-précoce à demi-tardive, elle montre une très bonne résistance aux rouilles mais une sensibilité à la rhynchosporiose. RGT Bivouac est assez sensible à la verse.

Rivolt présente le meilleur potentiel du regroupement : à 109 % des témoins ! Son PS est assez faible mais sa teneur en protéines, dans la moyenne. Cette variété précoce montre une forte sensibilité aux maladies, et à la rouille jaune en particulier. Son niveau de résistance à la verse est très bon.

Vivier a un potentiel proche de la moyenne, un PS correct, mais une teneur en protéines en retrait. Demi-précoce, la variété est assez sensible au risque DON mais montre une bonne résistance globale aux maladies foliaires. Elle est sensible à la verse.

Volko montre un potentiel dans la moyenne sur deux ans. Son PS et sa teneur en protéines sont corrects, et son niveau de résistance au risque DON est bon. La variété, demi-tardive, démontre une très bonne résistance aux maladies, à l’oïdium en particulier, et une bonne résistance à la verse.

Retour au sommaire

Cinq variétés de référence, testées depuis trois ans ou plus

Bikini présente un très bon potentiel depuis quatre ans, à 103 % des témoins. Cette variété a de bons critères qualitatifs, alliant un très bon PS à une bonne teneur en protéines. Très précoce, elle ne doit pas être semée tôt. Bikini montre une très bonne résistance à la rouille jaune. En revanche, elle est sensible à la rouille brune et très sensible à l’oïdium, souvent présent sur épi et donc difficile à contrôler, ce qui peut provoquer de fortes pertes de rendement.
Présente depuis 5 ans, Elicsir possède un potentiel légèrement en retrait, à 98 % des témoins. Son PS et sa teneur en protéines sont d’un bon niveau. Sa résistance au risque d’accumulation de mycotoxines (DON) est bonne, avec le meilleur comportement du réseau : note de 5,5. Cette variété demi-précoce à demi-tardive est moyennement sensible à la rouille jaune et à l’oïdium, elle offre une bonne résistance à la verse.

Kasyno présente un potentiel proche de la moyenne. Son PS et sa teneur en protéines sont aussi dans la moyenne. La variété montre toutefois une forte sensibilité au risque de mycotoxines (DON). Demi-tardive, son comportement global vis-à-vis de l’ensemble des maladies foliaires est bon, de même que son niveau de résistance à la verse.

RGT Eleac montre un potentiel régulier, proche de la moyenne. Côté qualité, la variété présente un faible PS et une teneur en protéines assez faible. Elle est également sensible au risque DON. Cette variété demi-précoce montre une bonne résistance à l’oïdium et à la rouille jaune.

RGT Omeac maintient un bon niveau sur trois ans à 103 % des témoins, malgré un potentiel proche de la moyenne en 2019. Elle affiche d'excellents critères qualitatifs : son PS et sa teneur en protéines sont les meilleurs du réseau. Précoce, RGT Omeac montre une bonne résistance globale aux maladies, et à la rouille jaune en particulier. Elle est toutefois sensible à la rouille brune et assez sensible à la verse.

Pour en savoir plus, téléchargez le tableau des cotations et les résultats de rendement des variétés de triticale actuellement disponibles au catalogue français.

Retour au sommaire

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10