En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Traitements de tubercule de semence à la ferme Pommes de terre

Traitements des plants : à adapter selon le débouché

29 mars 2018

En cas de contamination des plants - ou du sol - par le rhizoctone brun, la gale argentée et/ou la dartrose, le choix du traitement doit tenir compte du débouché de la production de pomme de terre : transformation, fécule ou marchés du frais. Présentation en vidéo des moyens de lutte actuellement disponibles pour se prémunir de ces maladies.

La protection des plants de pomme de terre vise trois maladies : le rhizoctone brun, la dartrose et la gale argentée. Ces maladies ont une incidence économique importante. Avant tout, elles altèrent la qualité visuelle des tubercules (on parle de parasites de présentation). Dans le cas du rhizoctone brun, il engendre également des retards à la levée qui peuvent se traduire par des pertes précoces de rendement. Ces pathogènes peuvent également se développer au stockage, notamment la gale argentée.

Avant de parler de traitement de plants, il est important de rappeler qu’un ensemble de pratiques au champ et durant le stockage permet de diminuer le risque de développement de ces maladies sur les tubercules. Il convient par exemple de limiter le délai défanage-récolte à 3 ou 4 semaines, d’éviter les récolte en conditions trop humides ou trop sèches à l’origine de blessures, ou encore de contrôler la température et l’humidité des tubercules tout au long du stockage.

En dernier recours, on pourra intervenir avec un fongicide à la plantation.

Faut-il traiter les plants ?

Pour décider d’un tel traitement, il faut d’abord bien évaluer la qualité du plant à la réception. Plusieurs cas de figure se présentent selon le débouché de la production. En cas de plant ou de sol sains, des impasses sont possibles pour des tubercules destinés à la transformation ou au débouché féculier. Pour le marché du frais en revanche, une impasse est risquée.

Quel produit choisir ?

Si les plants sont contaminés, le raisonnement focalise sur le ou les pathogènes les plus préjudiciables pour le débouché visé.

Pour le marché de transformation ou féculier, c’est le rhizoctone brun qu’il faut en priorité contrôler. Deux solutions sont alors possibles : un traitement des plants par poudrage ou le traitement du sol en raie de plantation. A noter que les essais ARVALIS montrent que le traitement des plants offre toujours les meilleures efficacités (plus de 95 % contre 85 % au maximum pour le traitement du sol).

Pour le marché du frais, la protection des plants visera conjointement le rhizoctone brun et la gale argentée. La seule solution passe alors par un traitement liquide des plants.
Indépendamment des plants, si la parcelle est contaminée par de la dartrose, il faudra intervenir avec un traitement de sol à base d’Amistar, seul fongicide efficace.

Retrouvez l’ensemble des spécialités disponibles dans le diaporama de cet article.

Pour connaître les bonnes pratiques de traitements des plants, téléchargez le guide rédigé par de nombreux partenaires de la filière pomme de terre. Il décrit les principes généraux de traitements de tubercules de semences et les conditions de leur mise en œuvre à la ferme.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10