En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Symptômes de septoriose sur blé en 2019 en Franche-Comté Messagerie Bourgogne-Franche-Comté

Traitement de la septoriose du blé : tout dépend de la variété semée

25 avril 2019

Depuis le début de la campagne, les conditions plutôt sèches sont peu propices à la septoriose. Les blés les plus précoces atteignent le stade deux nœuds, à partir duquel la maladie est à surveiller de près, et particulièrement sur des variétés sensibles.

De plus en plus de variétés tolérantes à la septoriose

Au cours des dernières années, et depuis 2012 en particulier avec l’inscription de Fructidor, de nombreuses variétés de blé sont arrivées sur le marché avec de bonnes caractéristiques agronomiques associées à la productivité et la qualité meunière. Aujourd’hui, la tolérance variétale à la septoriose (figure 1) est une caractéristique qui permet d’envisager dans de nombreuses situations d’ignorer ce qu’on appelle le traitement fongicide T1. Parmi les variétés cultivées, sont dans ce cas-là : LG Absalon, Syllon, Fructidor, Chevignon, LG Armstrong.

Figure 1 : Comportement des variétés de blé tendre à la septoriose (Septoria tritici)

Attendre, ou pas, le stade dernière feuille étalée pour intervenir ?

Protéger la dernière feuille est une des clés de réussite de la protection des blés vis-à-vis de la septoriose. Aujourd’hui, les situations les plus précoces de Bourgogne-Franche-Comté montrent des blés atteignant le stade 2 nœuds. Le stade dernière feuille étalée (DFE), prévu sur la base d’analyses fréquentielles réalisée sur plusieurs stations météorologiques de la région, est attendu en moyenne :

• Pour une variété précoce semées début octobre : autour du 1-2 mai.
• Pour une variété précoce semée fin octobre ou une variété tardive semée fin octobre : autour du 6-7 mai.

En parallèle, le modèle de prévision Septo-LIS® d’un premier traitement fongicide vis-à-vis de la septoriose, mis en œuvre sur les mêmes stations météorologiques de la région, propose des dates moyennes pour différents cas types :

• Pour une variété précoce sensible à la septoriose : autour du 23-24 avril, soit une petite semaine avant le stade DFE.
• Pour une variété précoce tolérante à la septoriose : autour du 5-6 mai, soit 3-4 jours après DFE.
• Pour les situations plus tardives : pas d’urgence dans tous les cas, d’autant plus bien sûr si la variété est tolérante à la septoriose.

Pour affiner la tactique, il faudra être attentif :

• à la pluviométrie à venir, facteur de risque de développement de la septoriose,
• à l’observation de symptômes de la maladie sur la F2 complétement déployée du moment en commençant par les variétés les plus sensibles de la sole.

Attention, des confusions sont possibles avec des taches physiologiques, liées aux fortes amplitudes thermiques journalières, sur les étages foliaires les plus jeunes.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10