En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Contamination des céréales par les sclérotes Les vrai/faux de l'ergot

Toutes les céréales sont sensibles à l'ergot

16 décembre 2020

Blé, orge, triticale, seigle, avoine... toutes les céréales peuvent être contaminées par l'ergot. Mais certaines espèces sont plus sensibles à la maladie.

La sensibilité des céréales à l’ergot dépend de leur mode de reproduction

L’ergot contamine les graminées lors de la floraison. Les cultures allogames (fécondation croisée entre deux plantes d'une même espèce), avec une floraison plus longue et plus ouverte, sont susceptibles d’être davantage contaminées par l’ergot.

• Le seigle, allogame, est la céréale la plus sensible à la maladie, ce qui justifie l’appellation historique « ergot du seigle ». 
• Le triticale présente une tendance plus prononcée que les autres céréales à l'allogamie, il est donc identifié comme très sensible à l'ergot.
• Les autres céréales telles que les blés, l’orge ou l’avoine, sont moyennement sensibles à l’ergot.

Figure 1 : Fréquence et intensité de contaminations par l’ergot à la récolte de parcelles agriculteurs  

Sensibilité des céréales à l’ergot :
Seigle >> Triticale > Orge-Blé-Avoine

Quelle que soit la céréale, tout accident susceptible d’altérer la fécondation des épis va significativement augmenter les risques de contamination par l’ergot.

100 organismes de collecte sont engagés dans le plan d’action national sur l’ergot animé par ARVALIS

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10