En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Granulés d’azote au sol dans une parcelle de céréales en fin d’hiver 2021 en Poitou-Charentes Messagerie Poitou-Charentes

Temps sec : pas d’apport d’azote à prévoir pour le moment sur céréales

01 avril 2021

Dans la plupart des situations, les blés sont en pleine montaison, entre le stade épi 1 cm pour les semis de novembre/décembre et 2 nœuds pour les parcelles les plus précoces. L’épisode de pluie du 8-10 mars a souvent été salutaire pour la valorisation des engrais, permettant un niveau de nutrition correct des céréales, dans l’attente d’un climat plus favorable à la valorisation des prochains apports azotés.

Quelles interventions pour assurer rendement et qualité ?

1- Les apports d’engrais effectués avant le 8-10 mars ont été dans la plupart des cas bien valorisés. Sous réserve qu’un apport conséquent ait été effectué début mars, aucun déficit en azote n’est attendu avant 15-20 jours.

2- En l’absence de prévisions de pluies supérieures à 10-15 mm, il n’y a pas lieu de déclencher des apports dans les prochains jours.

3- Dans les sols les plus séchants (groies superficielles à moyennes) proche de 2 nœuds, la réserve facilement utilisable par la culture arrivera prochainement à épuisement. En situation irrigable, un tour d’eau se justifie cette fin de semaine ou semaine prochaine en l’absence de prévision de pluie. Dans ce cas, une irrigation d’au moins 20 mm peut être aussi l’occasion de valoriser un apport d’azote.

Les apports d’azote de début mars ont pu être valorisés, avec quelques disparités liées aux cumuls de pluies enregistrés durant le mois (carte 1). Mis à part quelques averses éparses, la quasi-totalité des précipitations se concentre sur l’épisode du 8 au 10 mars. La plupart des secteurs ont reçu au moins 15 mm, permettant une bonne valorisation des apports effectués avant cette date. Une partie de l’Aunis et de la plaine de Vendée, du Thouarsais et du Royannais sont légèrement en dessous.

En revanche, les apports effectués après ces dates n’ont pas bénéficié de conditions favorables.

Carte 1 : Cumul de précipitations entre le 1er et le 27 mars 2021

Le tableau 1 permet, selon les secteurs et la date d’apport, d’évaluer la valorisation de ces engrais.

Tableau 1 : Valorisation des apports sur différentes stations météos (vert : 15 mm de pluie dans les 15jours, orange : entre 5 et 15 mm dans les 15 jours, rouge : moins de 5 mm)

Données ARVALIS - Météo France, 27/03/2021 + prévisions 8 jours

Nous pouvons distinguer actuellement plusieurs cas :
- Apports épi 1 cm soldés avant le 8-10 mars : ils sont globalement bien valorisés. Il est préconisé d’attendre un stade plus avancé pour envisager un complément permettant d’assurer la nutrition pour la fin du cycle. L’ajustement de la dose par un outil de pilotage permettra de s’adapter aux conditions de l’année.
- Fractionnement de la dose épi 1 cm, mais apport conséquent avant le 8-10 mars (70-100 unités) avec ou sans apport tallage : l’apport devra être soldé lorsque des pluies significatives seront annoncées. En l’état, les cultures ont des quantités d’azote permettant leur croissance et leur développement normalement pendant au moins 15 jours.
- Apport épi 1 cm et/ou fractionnement de la dose épi 1 cm effectué après le 10 mars : apport à envisager dès les prochaines pluies. Une forme solide type ammonitrate plus robuste sera à privilégier.
Le point sur la situation sera ré-évalué dans 15 jours.

Un déficit hydrique à surveiller

L’absence de pluie depuis plus de 15 jours, le temps séchant et les besoins des cultures impactent significativement la réserve hydrique. Jusqu’à présent, les céréales étaient encore peu développées et leur croissance, freinée par les températures fraîches, est restée assez modérée. Avec l’amorce de la montaison et l’augmentation des températures, la croissance et la consommation en eau des cultures s’accélèrent sensiblement ces derniers jours et les réserves en eau des sols s’épuisent progressivement. Pour les semis d’octobre en sol superficiel ou moyen, dans la plupart des situations, les réserves facilement utilisables vont arriver à épuisement cette fin de semaine ou la semaine prochaine.

Dans ces conditions, le déclenchement d’un premier tour d’eau peut être envisagé dès cette fin de semaine si les cultures ont au moins atteint le stade 2 nœuds, marquant le début de la sensibilité au déficit hydrique en sol superficiel. Si un complément d’apport azoté est prévu en cours de montaison (solde de la dose épi 1 cm), il peut être apporté avant l’irrigation.

Attention, on ne parle ici que des compléments prévus à épi 1 cm, il est bien trop tôt pour engager les derniers apports d’azote.

Message rédigé par ARVALIS - Institut du végétal avec l’appui des techniciens des Chambres d’Agriculture de la Charente, Charente-Maritime et de la Vienne, Coop de Mansle, Coop de Matha, coop de St-Pierre-de-Juillers Coop Sèvre et Belle, Océalia, Piveteau, SCEA Loulay, Soufflet.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10