En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Granules d’engrais azoté sur le sol au pied des plantes de blé observées début avril 2020 en Occitanie Messagerie Sud-Ouest

Temps sec et alimentation azotée des céréales : que faire ?

09 avril 2020

Le temps sec persiste, il est nécessaire de raisonner les prochains apports d’azote sur céréales en fonction de la date de semis.

Après le trop d’eau, une période de sec est observée depuis 15 jours : le cumul de pluie est inférieur à 5 mm ! A ce rythme, il faut plus de 20 jours pour cumuler 15 mm de pluie. Par conséquent, les apports réalisés après le 10 mars ne sont pas bien valorisés dans la région (tableau 1). Les prévisions météorologiques à venir ne sont pas non plus rassurantes pour la suite. Cela va très certainement avoir un impact sur les cultures.

Tableau 1 : Cumul de pluie après un apport d’azote sur plusieurs postes météo en Occitanie

Tableau 2 : Cumul de pluie après un apport d’azote sur plusieurs postes météo en Nord-Aquitaine

Des carences visibles

Depuis quelques jours, des jaunissements plus ou moins importants sont observables dans les parcelles. Au-delà des origines liés à des nématodes dans certaines parcelles, ou des mosaïques sur blé dur (de moindre intensité que d’habitude), l’alimentation de la plante explique une bonne partie de ces jaunissements.

L'enracinement des céréales a été limité dans les zones qui ont subi des excès d’eau, que ce soit en plaine ou en coteaux. Les réserves en eau diminuant rapidement depuis 15 jours, ces zones sont impactées en premier. On retrouve alors des symptômes de carences induites en azote (vieilles feuilles jaunissantes), mais également en soufre (jeunes feuilles jaunissantes). Dans ces zones, seule la pluie permettra de remettre en solution l’azote précédemment apporté.

A chaque situation, sa dose

Les stades étant très étalés, les périodes d’apport devront être adaptées en fonction des situations :
- Sur les semis de fin octobre et de début décembre : l’apport épi 1 cm, ou une partie de celui-ci est généralement réalisé. Il reste le complément à l’apport épi 1 cm s’il a été fractionné puis l’apport fin montaison. Pour ces compléments, il n’est pas nécessaire de se précipiter au vu des conditions climatiques. Par contre, si le sec continue, il conviendra d’amener une partie de ce complément pour éviter une carence trop importante au risque d’une mauvaise valorisation par le sec.

- Sur les semis de fin décembre et de janvier : la première partie (ou la totalité) de l’apport épi 1 cm est à réaliser dans les jours suivants, même si la valorisation risque d’être faible car la plante va devenir très demandeuse avec l’augmentation de sa croissance.

Pour l’apport fin montaison

L’apport fin montaison, ou apport qualité, est à positionner idéalement entre le stade dernière feuille étalée et le stade gonflement des blés, avec de préférence une période de pluie juste après pour le valoriser.

La dose de cet apport est à ajuster en fonction du potentiel atteignable au moment de l’apport et de la variété (tableaux 2 à 4). Eviter les formes liquides, préférer l’ammonitrate ou l’urée avec NBPT qui sont les formes les plus efficaces à ces stades pour maximiser le rendement et la teneur en protéines.

Les tableaux 2 à 4 proposent pour chaque variété de blé une dose à apporter fin montaison qui peut être réévaluée par un outil de pilotage.

Tableau 2 : Dose de mise en réserve recommandée pour la fin montaison en blé dur


Tableau 3 : Dose de mise en réserve recommandée pour la fin montaison en blé améliorant


Tableau 4 : Dose de mise en réserve recommandée pour la fin montaison en blé tendre

Le pilotage pour gérer toutes les situations atypiques

Cette année, entre les différences de date de semis, de qualité d’implantation et d’impact de l’hydromorphie, les situations sont extrêmement diversifiées. Le pilotage du dernier apport d’azote est donc une vraie opportunité pour s’adapter à ces situations dont le potentiel sera très contrasté.

Covid-19 : les équipes d’ARVALIS restent mobilisées et connectées
L’épidémie ne nous fait pas oublier que la campagne agricole se poursuit avec ses aléas, en particulier cette année où les conditions de cultures sont très compliquées. En ces temps de confinement et de difficultés d’accéder facilement aux parcelles, lors de vos tours de plaine et observations, n’hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes observés en culture et/ou questions de conjoncture via nos mails. Nous prendrons le temps d’y répondre et/ou en mutualisant les retours avec un message dédié toujours dans le souci d’accompagner au mieux les producteurs.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10