En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Taches physiologiques sur la variété campesino en juin 2021 en Champagne-Ardenne Messagerie Hauts-de-France / Champagne-Ardenne

Taches sur la variété Campesino : les pistes pour faire le diagnostic

10 juin 2021

Depuis quelques jours, la variété de blé tendre Campesino présente des taches suspectes, selon les observateurs. S’agit-il d’helminthosporiose ou de symptômes physiologiques sans conséquences ?

Si ces symptômes peuvent ressembler de près à de l’helminthosporiose du blé (HTR), plusieurs éléments viennent conforter la thèse de taches abiotiques qui ne relèvent pas de maladies :

- La généralisation des symptômes sur une grande zone, quasiment toutes les parcelles étant concernées. L’helminthosporiose reste une maladie rare, inféodée à la parcelle, notamment en blé sur blé (inoculum sur les pailles). Les parcelles touchées sont dans des situations variées, pas spécialement sur des parcelles à risques.
Par ailleurs, les conditions 2021 ne sont pas particulièrement favorables à cette maladie qui affectionne les montaisons chaudes (à l’instar des orges d’hiver pour lesquelles ce n’est pas la maladie dominante mais plutôt la rhynchosporiose). Sur notre essai contaminé HTR en blé à Mourmelon (51), les symptômes restent encore discrets.

- Principalement une variété concernée : Campesino. L’helminthosporiose toucherait l’ensemble des variétés les plus sensibles, et non une seule variété qui est notée (4).

- La coïncidence entre la remontée brutale des températures fin mai-début juin et la sortie de symptômes physio-climatiques quelques jours après. C’est à l’image de ce que nous observons chaque année au moment où le climat se réchauffe en fin d’hiver – début de printemps (les blés se sont déjà massivement ponctués de taches physiologiques autour du 20 avril 2021).

- Les derniers étages (F1) sont majoritairement touchés. Comme la septoriose, l’helminthosporiose progresse du bas vers le haut des plantes. Lorsque les dernières feuilles sont touchées, les étages inférieurs le sont encore plus et présentent des fructifications, ne laissant pas de doutes sur l'origine parasitaire. Lorsque des symptômes sont visibles principalement en F1, cela doit interroger vraiment sur leur origine, en particulier si une maladie est suspectée.

- Les observations à la loupe binoculaire de feuilles (après incubation 24-48h) ne mettent pas en avant de fructifications liées à l’helminthosporiose.

Il est cependant complexe d’expliquer pourquoi uniquement cette variété est touchée par ces symptômes, comme cela a été le cas en avril pour Chevignon et KWS Extase, variétés les plus marquées quand d‘autres n'en présentaient aucun.

Rappel des différentes étapes pour porter le bon diagnostic

• Observer la présence d’un gradient bas/haut sur la plante est un bon indicateur pour faire le tri entre maladies et réaction aux stress climatiques

Les maladies se distribuent sur un gradient du bas vers le haut et pour les réactions aux stress climatiques, c’est l’inverse.

• Vérifier la cohérence entre symptômes et date de l’observation

Les températures sur la région se sont maintenues plutôt basses tout le long du mois de mai, loin des températures de saison. Cette tendance s’est inversée le dernier week-end, ce qui a pu faire exprimer des taches physiologiques aux plantes.

Figure 1 : Températures moyennes journalières sur la campagne 2021 (station de Fagnières - 51)

(Source : ARVALIS, Météo France)

Figure 2 : Températures moyennes journalières sur la campagne 2021 (station de Saint-Quentin - 02)

(Source : ARVALIS, Météo France)

• Assurer le diagnostic avec la chambre humide !

Les caractéristiques des maladies (formes, couleurs… des symptômes) et leurs fructifications ne sont pas toujours directement observables sur les feuilles en place. Si aucune fructification ou organe fongique n’est observé au champ et qu’un doute subsiste, une astuce simple est de faire « fructifier » le champignon grâce à la technique de la chambre humide (figure 3).

Dans un contenant hermétique où une légère source d’humidité est présente (bouteille d’eau vidée avec quelques gouttes sur la paroi), placer les feuilles pour lesquelles vous voulez effectuer le diagnostic. Fermer le contenant et après avoir laissé reposer 24 à 48h, observer avec une loupe les symptômes. Des fructifications ont pu apparaître qui vont vous permettre d’établir le diagnostic.

Figure 3 : Méthode de la chambre humide

Retour des observations terrain : exemple d’un diagnostic
Suite à l’observation de symptômes sur la variété de blé tendre Campesino, voici un exemple de mise en place du diagnostic décrit précédemment. La variété a été observée sur une plateforme variétale où elle seule présentait ces décolorations et où le risque HTR est faible.
1. Gradient : les taches se concentrent sur les feuilles du haut, mais peuvent également être présentes sur tous les étages (comme les taches physiologiques fin avril, avec sénescence des feuilles âgées), empêchant de déterminer le gradient.
2. Cohérence des symptômes : leur apparition date de la première semaine de juin, proche de l’augmentation des températures sur le dernier week-end de mai.
3. Chambre humide : un passage en chambre humide a été réalisé. Voici des photos des feuilles après 24h. Ainsi, la fructification n’a pas fait se développer des structures caractéristiques de maladies fongiques. Un petit duvet blanc est observé sur les taches, mais il ne s’agit que de champignons secondaires profitant de l’humidité.


Observation à la loupe binoculaire des symptômes sur une feuille de Campesino après passage en chambre humide


En conclusion, pour cette situation, la piste des taches physiologiques est à privilégier.

• Détecter l’helminthosporiose

Il est néanmoins possible que de l’helminthosporiose soit observée au champ parfois. Cette maladie inféodée à la parcelle (contamination par le biais des pailles), plus fréquente en blé sur blé, présente des taches plutôt ovoïdes, entourées d’un halo chlorotique. Elles s'étendent avec des formes irrégulières, parfois losangiques. Le centre de la tache présente un point foncé, correspondant au point d'infection. Après passage en chambre humide, des « poils isolés » foncés (conidiospores) sont observés. En cas de poils en touffes, il s’agit de champignons saprophytes et non d’helminthosporiose. La variété Campesino est connue pour être assez sensible à l’helminthosporiose (note de 4).


Symptômes d'helminthosporiose sur feuille et après passage en chambre humide (source : ARVALIS)

• Nuisibilité et conséquence

Malgré leur caractère parfois impressionnant, les taches physiologiques n’influent pas sur le rendement. Tous les ans, ces symptômes sont observés sur les essais variétés en Champagne (de 0 à 10 sur 10 selon les variétés). Il n’y a aucune corrélation entre le rendement réalisé des variétés et la fréquence/intensité des symptômes physiologiques. Inutile de préciser qu’un traitement fongicide n’aurait aucune efficacité sur ces taches…

Si des doutes subsistent sur vos observations, n’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic. Pour plus d’informations, retrouvez les fiches accidents ARVALIS.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 11 juin 2021 par GUILBERT

bonjour ,ayant également la variété campesino avec 2 dates de semis ,la 1ere semée au début Novembre a les mêmes symptômes et j'ai déclenché un traitement par contre l'autre reste saine pour l'instant ,date de semis au 25 novembre

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10