En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Feuilles de blé avec des taches physiologiques jaunes en avril 2021 en Franche-Comté Messagerie Bourgogne-Franche-Comté

Taches jaunes sur les blés : écarter la piste de la septoriose

22 avril 2021

Selon les observations menées dans le cadre du BSV cette semaine, 80 % des parcelles de blé tendre présentent des taches jaunes sur les feuilles plus ou moins intensément. Pas d’inquiétude, il ne s’agit ni d’une carence ni d’une maladie comme la septoriose. L’origine est plutôt d’ordre physiologique.

En haut ou en bas du feuillage ?

Débuter le diagnostic d'une parcelle de blé, c’est d’abord regarder au grand large est la répartition des plantes affectées par ces taches. Généralement, les taches jaunes observées en ce moment dans de nombreuses parcelles sont réparties de manière dispersée et homogène. Donc, ce n’est pas une carence… mais encore ? En se rapprochant des plantes, l'observation du feuillage de bas en haut permet d'affiner le diagnostic (figure 1).

Figure 1 : Diagnostic en regardant les plantes de bas en haut

Si pas grand-chose en bas alors que le haut du feuillage est parsemé de taches jaunes (photo 1), il s'agit bien des fameuses taches physiologiques observées tous les ans à cette époque. Avec des symptômes similaires, l’hypothèse de la phytotoxicité suite à un traitement avec un fongicide et/ou un régulateur peut être écartée après interrogation de l’agriculteur.

Au risque de prendre quelques raccourcis, les symptômes d’ordre physiologique affectent le feuillage de haut en bas, alors que la majorité des maladies, dont la septoriose, se développe du bas vers le haut (photo 2).

Photo 1 : le haut du feuillage est parsemé de
taches physiologiques.

Photo 2 : la septoriose se développe à partir
du bas du feuillage.

Des facteurs de risques climatiques, mais pas que

Les taches physiologiques présentes très fréquemment à cette époque de l’année ont une origine climatique. D’autant plus dans un contexte de déficit hydrique comme observé en ce moment, des amplitudes thermiques fortes avec des températures minimales inférieures à 0°C (tableau 1), provoquant le développement de nécroses jaunes en haut du feuillage.

Tableau 1 : Amplitudes thermiques observées en Bourgogne-Franche-Comté mi-avril 2021

Par ailleurs, sans qu’on sache l’expliquer, il existe des différences variétales vis-à-vis de ces symptômes. Par exemple, Goncourt, Talendor, Rgt Montecarlo, entre autres, enregistrent beaucoup de symptômes alors que Lg Absalon, Chevignon, Nemo, pas du tout.


Photos 3 à 6 : des variétés de blé plus ou moins affectées avec des taches physiologiques (Flagey Echezeaux (21), le 17/04/2021).

Du côté de la septoriose, les symptômes montent des feuilles du bas vers celles du haut à la faveur de pluies éclaboussantes. Par ailleurs, les taches de septoriose présentent un cortège de petites pycnides noires (photo 7). L’incubation de la maladie se fait en une douzaine de jours, avec des températures moyennes comprises entre 15 et 25°C.


Photo 7 : des pycnides noires sur les taches de septoriose.

Des différences variétales existent vis-à-vis de la septoriose

Les variétés dont la note GEVES septoriose est supérieure ou égale à 6,5 ne valorisent pas un traitement précoce, appelé T1, à partir de 2 nœuds. Pour ces variétés, on concentrera son attention sur le traitement anciennement appelé T2, au moment où la dernière feuille s’étale.

Figure 2 : Echelle de résistance des variétés de blé tendre à la septoriose

En Bourgogne-Franche-Comté, l’année n'est pour le moment pas précoce et plutôt sèche, donc pas d’urgence vis-à-vis de la septoriose !

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10