En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Jaunissement dans une parcelle de printemps, indiquant une carence en manganèse, en Bretagne en mai 2020 Messagerie Bretagne

Symptômes sur orges de printemps : que faire ?

14 mai 2020

De nombreux symptômes se manifestent actuellement sur orges de printemps : carences en manganèse, jaunisse nanisante de l’orge, prémices de verse, dégâts de ravageurs… Pour certains d'entre eux, il est encore temps d'agir.

Carence en manganèse : réagir vite !

De nombreuses carences en manganèse (Mn) sont actuellement observées sur les orges de printemps. L'absence de pluie du 10 mars au 20 avril et les implantations en sols peu rappuyés ont conduit au maintien de sols très aérés, favorables à l’apparition de ces carences. De plus, les températures élevées d’avril ont provoqué un fort développement végétatif, qui a vraisemblablement mené à une demande plus précoce.

Les applications foliaires sont efficaces si on intervient rapidement dès l’apparition des symptômes. Tous les produits sont équivalents, à condition d’apporter 500 g/ha de manganèse minimum par passage. Il est préférable d’épandre des engrais foliaires contenant uniquement cet oligo-élément.

Voici les préconisations de dose et dates d’apport :
• 500 g/ha de Mn métal dès l’apparition des symptômes qui peut intervenir dès le stade 3 feuilles (dans les cas les plus graves).
• Renouveler l’apport trois semaines à un mois après le premier apport si le doute subsiste, ou lorsque la carence est de forte intensité.

Pour en savoir plus, consultez la fiche accident ARVALIS carence en manganèse.


Photo 1 :  La végétation est plus verte sur les zones tassées, passages de roues visibles. Moustoir’Ac (56) – 6/5/2020.


Photo 2 : Sur les vieilles feuilles (à la base de la plante)
 : taches brunes alignées le long des nervures (à gauche). Ces taches évoluent en plages desséchées blanches (à droite).

Nombreux symptômes de jaunisse nanisante de l’orge

Nous avions signalé la présence importante de pucerons susceptibles de transmettre le virus de la jaunisse nanisante de l’orge (JNO) dans les cultures d’orge de printemps. Aujourd’hui, de nombreuses parcelles présentent des symptômes caractéristiques de cette virose : foyers dispersés, jaunissement de la pointe des jeunes feuilles (F1, F2 ou F3).

L’intensité des attaques est très variable. Lorsque les attaques ne dépassent pas quelques plantes touchées dans la parcelle, les conséquences seront très limitées.

Ce virus va d’autant plus se multiplier dans la céréale que les plantes sont jeunes. Ainsi, les parcelles qui ont reçu un insecticide peuvent présenter quelques foyers mais en moindre intensité lorsqu’il a été appliqué précocement à 1-2 feuilles. En revanche, les traitements insecticides réalisés au stade 3-4 feuilles ont été peu efficaces, et de nombreux foyers peuvent être observés.

Les symptômes observés sont la conséquence de la multiplication du virus dans la plante : il est donc trop tard pour intervenir.


Photo 3 : Les plantes touchées par la JNO présentent un jaunissement de la pointe des jeunes feuilles
 : F1, F2 ou F3. Bignan (56) – 6 mai 2020.

Risque de verse significatif, mais peu de maladies

Les tallages élevés constatés actuellement constituent un signe précoce de risque de verse. Dans les situations à forte densité, un traitement est généralement suffisant : par exemple, Etheverse (0,5 l/ha), Arvest (0,8 à 1 l/ha), Terpal (0,8 à 1 l/ha)…

Pour accroître l'efficacité et limiter la phytotoxicité du traitement, les applications sont à réaliser sur des cultures en bon état, correctement alimentées en azote et dans des conditions climatiques favorables : temps poussant, lumineux et sans forte amplitude thermique (écarts inférieurs à 15 - 20°C).

Il est nécessaire de tenir compte des conditions climatiques le jour de l’application mais aussi durant les 3 à 5 jours suivants celle-ci.

La pression de maladies est faible et la rhynchosporiose, qui est dominante sur l’orge de printemps, est absente pour le moment. La protection fongicide se limitera donc à un traitement unique au stade dernière feuille étalée dans la grande majorité des situations.

Retrouvez des propositions de programmes dans l’article « Assurer la protection des orges de printemps ».

Ne pas confondre les dégâts de taupins et tipules !

Des attaques de taupins et tipules sont observées ponctuellement. Le jaunissement des plantules attaquées est un symptôme commun aux deux ravageurs, mais d’autres symptômes permettent de s’assurer du bon diagnostic (photos 4 à 7).

Aucune solution agronomique ou phytosanitaire ne peut être envisagée à ce stade.


Photo 4 : Jaunissement puis desséchement de la plantule après perforation de la tige (taupin), ou section de la de la tige (tipule) Brech (56) – 6 mai 2020.


Photo 5 : Dégâts de taupin : la base de tige est lacérée, on observe parfois des redémarrages de talles.


Photo 6 : Larve de tipule boudinée et sans patte. On la trouve à proximité des tiges attaquées, dans les premiers centimètres du sol.


Photo 7 : Tipule : plantes et feuilles sectionnées, tombées au sol. Les feuilles présentent parfois des encoches.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10