En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Mouche géomyze sur une feuille de maïs en mai 2021 en Bretagne Messagerie Ouest

Symptômes de géomyzes dans les maïs : que faire ?

27 mai 2021

Alors que les maïs présentent des retards de développement, des attaques de géomyzes sont signalées en Pays de la Loire et la Bretagne. Pour l’instant, ces observations concernent surtout les maïs semés autour du 15-20 avril, actuellement au stade 5-6 feuilles. Les parcelles moins avancées sont également à surveiller attentivement à partir de 3-4 feuilles, stade qui marque le début des premiers symptômes.

Des symptômes visibles à partir du stade 3-4 feuilles

La mouche géomyze pond ses œufs à la base des plantules de maïs entre la levée et jusqu’au stade 3 feuilles. La larve s’introduit entre le coléoptile et la première feuille et se développe en creusant des galeries qui détruisent l’apex. A partir du stade 3-4 feuilles, le premier symptôme visible est le flétrissement puis le desséchement de la dernière feuille. Les deux première feuilles restent vertes un moment, mais la croissance est bloquée et le plus souvent la plante meurt et disparait. Dans certains cas (observés en 2016), la plante redémarre à partir d’une talle, mais sa production est très faible…

Ne pas confondre avec les dégâts d’autres ravageurs de début de cycle- Taupin : présence systématique d’une petite perforation au niveau du collet, ou à la base de la plante.
- Mouche oscinie : dégâts visibles plus tardivement (à partir de 6-7 feuilles, voire après), feuilles déformées et accolées dans le cornet, piqûres et décolorations jaunes longitudinales sur les feuilles.

Estimer les dégâts avant de décider

La première chose à faire est de visiter toutes ses parcelles et d’estimer les dégâts par des comptages. Réaliser au minimum une dizaine de comptages sur 10 m² (13,3 mètres linéaires sur un rang, écartement 75 cm) dans la parcelle, à différents endroits représentatifs (selon exposition, proximité d’éléments du paysage : haie ou bois…) pour avoir une estimation objective de la réalité.

Dans certains cas, en fonction de la densité de plantes saines restantes, un resemis peut s’envisager. Mais cette opération coûte cher en semences et travaux : il faut donc vraiment juger de son utilité. En règle générale, on estime qu’un resemis n’est intéressant que s’il ne reste dans la parcelle que moins de la moitié du peuplement prévu initialement. La décision de ressortir le semoir dépend aussi de la régularité de répartition des plantes. Sur les plantes très espacées, on pourra observer le développement d’un deuxième épi. Mais ces épis surnuméraires ne compenseront pas le défaut de densité.

Les précautions à prendre en cas de resemis

- Il est recommandé de détruire les plantes restantes, pour éviter la gêne (ombrage) occasionnée au nouveau semis.

- Variété : dans la mesure des disponibilités, resemer une variété d’indice plus précoce et réduire la densité (potentiel réduit).

- Travail du sol : non labour possible en fonction de la situation. En cas de désherbage déjà réalisé en prélevée, il n’y a pas de contrainte particulière, sauf si la pendiméthaline a été utilisée. Faire travailler le chasse-mottes pour écarter le film de produit et éviter une phytotoxicité. On peut aussi labourer la parcelle pour diluer en profondeur le produit.

- Protection contre les ravageurs : en semis tardif, les conditions sont favorables à l’activité des taupins. Dans les parcelles à risque, une protection insecticide est recommandée. Le risque de dégâts de mouche ne peut être complètement écarté pour des semis de fin mai-début juin. Les éventuelles attaques peuvent être partiellement contrôlées par l’insecticide micro-granulés Karaté 0,4GR (figure 1). Le traitement de semences Lumiposa (cyantraniliprole) a fait l’objet d’une autorisation de mise en marché dérogatoire pour les semis 2021, jusqu’au 29/06/2021, et limitée à la région Bretagne. Mais cette dérogation est intervenue trop tard pour espérer avoir une disponibilité du produit…

- Désherbage : à cette date, une intervention de postlevée est plus adaptée.

Figure 1 : Efficacité de différentes solutions insecticides sur mouche géomyze

Source : essais ARVALIS réalisés par Vert-Marine, Ploudamézeau (29)

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

5 commentaires 04 juin 2021 par MOQUET

Bonjour, Sur mouche géomyze, nous n’avons pas testé tous les insecticides micro-granulés du marché, seulement Karaté 0.4GR (lambda-cyhalothrine à 0.4%). Trika-Expert à la même composition insecticide, Bélem (cyperméthrine) et Fury-Géo (zéta-cyperméthrine) sont de la même famille chimique, efficacité proche ?? L’engrais starter ne peut pas avoir d’efficacité sur ce ravageur, vu les stade d’attaques (entre levée et 3-4 feuilles). (sur taupin, l’engrais starter peut contribuer à réduire un peu les attaques, mais insuffisant si pression moyenne à forte) Sensibilité variétale : lors des grosses attaques en 2016 dans l’Ouest, nous avions observé des différences de dégâts significatifs entre variétés. Il existe donc une variabilité, à exploiter dans les programmes de sélection. Michel Moquet

04 juin 2021 par CAZASSUS

Bonjour Mr MOQUET. Je cultive dans le Sud-Ouest, plus précisément dans le Béarn au centre du triangle (pas des Bermudes) Pau-Tarbes-Lourdes, région idéale pour la culture du Maïs non irrigué, mais très "convoitée" par des colonies de taupins et autres parasites qui pullulent de plus en plus à la faveur de la disparition inexorable des protections préventives efficaces. L'insecticide utilisé était du Karaté 0,4 gr pour la première fois (à 13kg/ha au lieu de 15 prévus constaté par bilan de dosages), après quelques années de Belem sans problèmes majeurs. Semis du 14 avril en conditions optimales de préparation du lit de semence, à 4-5 cm de profondeur, avec semoir Monosem, roue pro activée, Engrais starter 18-46 à 160kg/ha. Levée hétérogène (partiellement inexpliquée à ce jour) vers les 10 jours. 40U d'azote (50% nitrique, 50% amoniacal) à la volée à 2-3f avant 20mm de pluie dans les heures suivantes. Constat attaques taupins dès le stade 3/4 f à raison de 2 taupins par pieds.! et quelques géomyzes constatées plus tard à 5/6F. Constat à ce jour, de différences énormes de développement des plantes sur cette parcelle drainée depuis 1981 (à haut potentiel de 130qx/ha en 2000 et de 150px/ha déjà en 2012), avec 3 types de terre mais à dominante terre noire humifère 3-4% d'humus. Différence aussi entre 2 variétés de semenciers différents. Historique cultural de 45 années de maïs sur maïs. A mon humble avis : comme toute production de matériel vivant (végétal ou animal) dont le résultat dépend de nombreux facteurs multifactoriels, un suivi méticuleux et continuel SUR LE TERRAIN, est nécessaire pour observer, comprendre, analyser, comparer et réagir... Malheureusement ce service technique de haute voltige, et à H.P.I. passionnant apporté par votre INSTITUT DU VÉGÉTAL disparaît peu à peu....."faute de moyens et d'orientations politiques....." A bon entendeur, en restant à votre disposition pour faire ma part du Colibri, je vous souhaite une bonne journée.

03 juin 2021 par GOMELET

Bonjour Mr Moquet, Est-il possible de voir des différences au niveau de micro-granulés en insecticide mais aussi, y-a-t 'il des différences entre engrais starter ? Présence ou pas ? Avec insecticide + engrais ? Formule engrais ? Et aussi entre variété ?

28 mai 2021 par MOQUET

Bonjour, Effectivement, des dégâts de taupin peuvent aussi être présents en ce moment dans le maïs. Ils vont être plus actifs avec la remontée des températures... Quel insecticide micro-granulés avez vous utilisé ? Ils n'ont pas forcément tous la même efficacité sur taupin et encore plus sur mouche géomyze pour laquelle on a moins de résultats. Vous n'avez jamais vu autant de dégâts chez vous : dans quelle région êtes-vous ? Concernant la raison des attaques de géomyze plus nombreuses cette année (mais moins qu'en 2016 quand même...), ça reste assez compliqué à expliquer (météo, environnement des parcelles,...). On y travaille, en partenariat avec l'INRAE, espérant pouvoir améliorer rapidement nos connaissances et, si possible, nos préconisations. Michel MOQUET

28 mai 2021 par CAZASSUS

J'observe effectivement ce type de dégâts sur une parcelle en particulier comme du jamais vu.. (taupins et géomyze), semis du 14 avril, et, comble du hasard..traité avec 15kg/ha microgranulés au semis avec diffuseur dxp..!! je pense que le problème est à rechercher ailleurs que dans le choix de l'insecticide, mais vers quelle direction..?? je n'ai pas de réponses plausibles et certaines à cet instant.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10