En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
hangar pomme de terre féculière Pommes de terre de fécule

Stockage : protéger les tas contre le gel

27 novembre 2010

Dans le contexte de la saison, Il faut protéger les tas contre le gel en évitant de trop les refroidir pour éviter la dégradation de l’amidon en sucres réducteurs. Le maintien des tas entre 5 et 6 °C permettra de garder une plage disponible pour les ventiler régulièrement et les maintenir dans un bon état sanitaire.

Les précautions à prendre pour une bonne isolation du tas dépendent de la configuration du stockage. Pour un stockage pluriannuel, l’idéal est de disposer d’un bâtiment équipé d’une isolation périphérique (parois + dalle), suffisamment performante correspondant à un coefficient de transmission thermique K inférieur ou égal à 0,5 W/m2 °C, obtenue avec une épaisseur minimale de 5 cm de polyuréthanne.

Pour les tas supportés par des bottes de paille haute densité, le pouvoir isolant procuré par la paille est suffisant à condition d’éviter tout passage d’air aux jonctions entre les bottes. A moins de procéder à un colmatage rigoureux de tous les interstices par de la paille déliée, la solution la plus rapide reste de dérouler, à la périphérie extérieure, un film plastique continu enveloppant l’ensemble de ces « murs porteurs » temporaires.

Pour le sommet du tas, un simple voile de type TopTex peut suffire dans les situations de léger gel nocturne. Par contre, si la phase de gel intense se prolonge, le plus simple reste d’ajouter sur le premier voile une épaisseur de 30 à 40 cm de paille complémentaire que l’on recouvre à nouveau d’un voile TopTex. Cette procédure permet de disposer d’une épaisseur d’air immobilisée et stable, qui autorise cependant les échanges gazeux avec l’extérieur, notamment pour la vapeur d’eau. Ces préconisations valent également pour la protection du front de tas.

Pour les situations encore difficiles, il reste nécessaire de maintenir une ventilation active avec de l’air plus froid que le tas pour achever le séchage sur les zones délicates du tas. En cas de manque de disponibilité en air extérieur et dans la mesure où un recyclage interne est possible, un séchage complémentaire peut être effectué par une ventilation en circuit fermé avec utilisation d’un générateur à air chaud durant la journée suivie d’une ventilation nocturne avec de l’air extérieur plus froid que le tas. Pour gérer au mieux le travail sur cette zone veillez à vérifier le positionnement adéquat de la sonde de température de tas ! Attention également à bien sécuriser le dispositif vis-à-vis du risque incendie, a fortiori si des bottes de paille servent de murs porteurs !

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10