En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Dissection d’une tige de blé tendre afin d’évaluer le stade épi 1 cm, en Auvergne, en mars 2020 Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Stade épi 1 cm du blé tendre : importante variabilité entre les parcelles

12 mars 2020

Depuis quelques semaines, le stade épi 1 cm, qui marque le début de la montaison, est déjà observé dans certaines parcelles. Il se montre en avance de deux semaines en moyenne par rapport aux vingt dernières années, à dates de semis et de levée identiques.

Malgré des semis en tendance plus tardifs cette année, le cumul de températures depuis la fin d'automne est exceptionnel ! Les développements végétatifs sont de fait importants et l’avancée des stades l’est aussi, principalement pour les variétés peu photosensibles. Avec la diversité des situations, l’arrivée du stade épi 1 cm sera marquée par une grande variabilité cette année.

Quelles sont les prévisions pour la région ?

De nombreux facteurs interviennent sur l’atteinte de ce stade. En premier lieu, la variété. Les variétés vont être influencées de manière différente par les températures et la durée du jour. Ceci s’exprime par une précocité montaison propre à chacune et par une réponse différente aux scénarios hivernaux.

La date de semis constitue un autre facteur de variation. Le délai entre le semis et le stade épi 1 cm est toujours plus court pour des semis tardifs que pour des semis précoces (la durée de tallage est fortement réduite en semis tardifs).
Par ailleurs, tous les paramètres qui pourront influer sur la température du sol impacteront la date d’arrivée du stade épi 1 cm : type de sol, hydromorphie…

Les semis tardifs ont pu bénéficier de la douceur hivernale. Attention cependant aux parcelles qui rencontrent ou ont rencontré des phénomènes d’hydromorphie ainsi que celles ayant subi des phytotoxicités importantes suite aux applications d’herbicides cet automne. Sur ces parcelles, le stade épi 1 cm pourrait être retardé par rapport à ce qu’annoncent nos modèles.

Tableau 1 : Prévisions du stade épi 1 cm en 2020 selon la station météo, la date de semis et la variété

Simulation au 4 mars 2020, données Météo-France

L’évaluation du stade épi 1 cm passe par des prélèvements de plantes dans les parcelles

Le redressement visuel de la culture ne suffit pas à déterminer si la parcelle a atteint le stade épi 1 cm.

Le meilleur moyen d’évaluer le stade d’une parcelle est de prélever vingt plantes dans une zone homogène et représentative de la parcelle, en évitant les passages de roues et les bordures. Le maître-brin (la tige la plus développée) de chaque plante est alors coupé dans le sens de la longueur pour mesurer la distance entre le sommet de l’épi et le plateau de tallage (au niveau du point d’insertion des racines). Le stade épi 1 cm d’une plante est atteint lorsque la hauteur ainsi mesurée est en moyenne de 1 cm. L’épi, lui, ne mesure encore que 2 à 3 mm. On peut considérer le stade atteint pour la parcelle lorsque plus de 50 % des plantes l’ont atteint.

Figure 1 : Le stade épi 1 cm est atteint lorsque la distance (h) entre la base du plateau de tallage et du sommet de l’épi mesure 1 cm

Epi 1 cm : un stade repère

Dans la conduite des céréales, le stade épi 1 cm est un repère primordial pour les apports d’azote, la gestion de la verse et des maladies du pied. Il marque également le début de la surveillance de la rouille jaune.

A noter qu’il n’est pas rare de voir des symptômes d’helminthosporiose ou de rhynchosporiose sur orge d’hiver et de septoriose sur blé dès épi 1 cm, voire plus tôt encore. On pourrait penser que « nettoyer le fond de cuve » dès aujourd’hui permettrait d’alléger la pression exercée pendant la montaison par ces maladies foliaires. En réalité, il n’en est rien ! En effet, ce sont les conditions climatiques à partir de 1 nœud pour l’orge ou 2 nœuds pour le blé qui détermineront la pression à laquelle il faudra faire face. Si le temps devient à nouveau sec à ce moment-là, la pression sera faible, malgré un fond de cuve important en sortie d’hiver. Un seul mot d’ordre donc : attendre !

Seule exception : sur orge de printemps semée à l’automne, la surveillance débute dès épi 1 cm pour la rhynchosporiose. Pour les semis les plus précoces, ça commence donc dès maintenant.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 16 mars 2020 par BOUTTET

Réponse ARVALIS : Bonjour, Comme nous l’expliquons régulièrement dans nos notes, le stade « Epi 1cm » recoupe à la fois des notions de développement (=succession des stades et avancée vers la floraison) et de croissance (augmentation en masse et en taille). Il correspond à un instant précis dans la progression de l’épi dans la tige : son sommet est à 1cm du plateau de tallage. Il s’agit donc bien d’une étape de « montaison » de l’épi, élévation qui va de plus en plus vite : avant ce stade, l’apex reste des semaines à 3-4-5 mm de hauteur, puis commence à s’élever dans la tige 2 à 3 semaines avant le stade Epi 1cm, pour n’arrêter son élan qu’après la floraison. Le stade Epi 1cm (Z30) est assez peu utilisé dans les études scientifiques, à la fois parce qu’il mélange des notions de croissance et de développement, et parce qu’il est assez long à mesurer ; néanmoins, des références scientifiques et techniques internationales sont convergentes pour identifier le stade « Epi 1cm » (BBCH 30) comme le passage de la phase de tallage à la phase de montaison. Dans certains cas, le stade 1 nœud (BBCH 31) est identifié comme le début de la montaison (AHDB), mais son évaluation par palpation est assez peu précise. S’il est vrai que la dynamique d’émission et de régression des talles n’est pas strictement organisée autour du stade Epi 1cm, les tiges secondaires et tertiaires ne contribuent pas significativement du rendement dans l’immense majorité des cas. Le suivi de la montaison des talles n’est donc pas un indicateur fiable, ni facile à utiliser. Le stade Epi 1cm correspond à un repère indicatif dans l’inflexion de la dynamique de croissance de la plante : à ce moment-là, les besoins instantanés sont de plus en plus élevés, et nécessitent d’être accompagnés par une alimentation azotée adaptée. Il ne s’agit donc pas un critère décisionnel pour la fertilisation, mais plutôt d’un repère pour construire sa stratégie d’accompagnement de la culture.

13 mars 2020 par DAMBRINE

Contrairement à ce que vous dites le stade épi 1cm ne marque pas le début du stade montaison mais simplement le stade optimum pour réaliser le 1er raccourcisseur.. Le stade début montaison est déterminé par la fin du tallage c'est à dire quand tous les talles ont décollé, Tant que les talles secondaires n'ont pas décollé ils peuvent faire des talles tertiaires. En général le début du stade montaison arrive entre 5 et 10 jours après le stade épi 1cm. Richard DAMBRINE Ingénieur Agronome, Consultant, spécialiste de la nutrition et de la santé des cultures. Expert près les cours d'Appel et Administrative d'Appel de Douai

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10