En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Décryptage

Sous quelles conditions peut-on encore avoir recours au glyphosate ?

06 janvier 2022

Depuis octobre 2020, les conditions d’emploi du glyphosate ont été modifiées en France. Rappels du cadre réglementaire actuellement en vigueur.

Les modifications d’emploi du glyphosate concernent uniquement l’usage « Traitements généraux-Désherbage-Interculture, jachères et destruction de culture »*. En grandes cultures, ces usages recouvrent la destruction :
• de couverts végétaux d’interculture,
• de repousses de cultures,
• d’adventices vivaces, annuelles ou ligneuses, en vue de semer ou d’implanter une nouvelle culture en limitant la concurrence avec les adventices.

La possibilité d’employer du glyphosate dépend de la technique de travail du sol (labour ou non), de la période de semis de la culture suivante (automne ou printemps) et de l’hydromorphie du sol. En revanche, elle ne dépend pas du type d’adventice, de couvert ou de repousse, exception faite des luttes obligatoires réglementées.

Ainsi, le glyphosate reste autorisé en non-labour (que ce soit avant une culture d’hiver ou une culture de printemps et quel que soit le type de sol) à la dose maximale annuelle de 1080 g/ha. Il reste également autorisé après un labour d’été ou de début d’automne avant une culture de printemps implantée sur un sol hydromorphe à la dose maximale de 1080 g/ha par an également. De plus, le glyphosate est autorisé à la dose de 2880 g/ha dans le cadre de la lutte réglementée obligatoire (ambroisie…) et dans quelques cas de lutte contre des organismes nuisibles réglementés (présence de bactérie de quarantaine ou de nématodes sur repousses de pomme de terre…).

Tableau 1 : Maintien ou retrait des usages du glyphosate pour l’usage « Traitements généraux-Désherbage-Interculture, jachères et destruction de culture » dans les nouvelles autorisations de mise en marché délivrées par l'Anses
Maintien ou retrait des usages du glyphosate pour l’usage « Traitements généraux-Désherbage-Interculture, jachères et destruction de culture » dans les nouvelles AMM

Les modalités (par exemple le nombre d’applications) sont spécifiées sur l’étiquette.

*Dans un rapport publié le 9 octobre 2020, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’environnement et du travail (Anses)a dévoilé les résultats de son évaluation comparative des alternatives au glyphosate pour cet usage. Cette étude rentre dans le cadre de l’article 50.2 du règlement européen 1107/2009.

Pas de solution chimique pour remplacer le glyphosateLes perspectives d’offre de substances actives pour remplacer le glyphosate sont minces à court terme, notamment pour une efficacité sur les graminées. Actuellement, les deux seules substances actives de synthèse homologuées pour l’interculture - le 2.4 D et le Dicamba - ont uniquement un spectre antidicotylédones (tableau 2).

Le seul bioherbicide actuellement autorisé en grandes cultures est l’acide pélargonique (Beloukha), lui aussi efficace essentiellement sur dicotylédones. Son action de contact est rapide mais brève : les symptômes sont visibles généralement seulement quelques heures après application, puis les efficacités observées décroissent au fil du temps. L’effet contact implique que si les apex ne sont pas touchés, les adventices traitées sont capables de continuer leur croissance. Ce type de produit nécessite donc plusieurs passages, pour une efficacité finalement plus limitée que celle du glyphosate et un coût très largement supérieur.

Tableau 2 : Efficacités comparées du glyphosate, des herbicides avec AMM actuelle et de l’acide pélargonique selon la flore ciblée
Efficacités comparées du glyphosate, des herbicides avec AMM actuelle et de l’acide pélargonique selon la flore ciblée
(1) Contrainte économique (> 300 €) et logistique (16 l/ha)
(2) Seule l'addition de plusieurs substances actives premettrait de retrouver un spectre larg mais inférieur au glyphosate

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

17 commentaires 11 janvier 2022 par Gautellier Vizioz

Bonjour, Voici quelques éléments de réponse à certaines remarques : - pas de définition plus précise à notre connaissance des sols hydromorphes, - à priori on est sur une année civile pour l'application de 1080 g/ha/an, - pour l'acide pélargonique, nous ne l'avons pas testé en pré-récolte, donc nous n'avons pas de réponse à donner d’un point de vue technique. Pour le Beloukha il n’a pas cette homologation si on s’attache au point de vue réglementaire.

10 janvier 2022 par BOUDEAU

Pourquoi notre président a t'il pris position contre l'emploi du glyphosate;pour faire plaisir et élargir son électorat et sans tenir compte des besoins de l'agriculture en fait cette matière active n'a pas d'accusation justifiée par rapport au sulfate de cuivre utilisé en bio,et 160 fois plus toxique,mais là on accepte tout.Si on continue à démolir l' agriculture avec des raisonnements idiots ou bobo,on sera alors importateurs de produits alimentaires et bons derniers de la classe comme d'habitude,à bon entendeur...!!!

09 janvier 2022 par PARPETTE

La dose maxi de 1080g/ha/an est applicable sur un calendrier 1/01 au 31/12 de chaque année ou sur l'année encourue?

08 janvier 2022 par CHARGEDAVOINE

Merci Mr P CLOGENSON , Je m'interroge sur la rationalité qu'à un état à nous emmerder sur une molécule on l'on connait absolument tout quand de l'autre coté on nous injecte des vaccins à des doses qui sont peut-être trop ou pas assez élevé avec un recul de même pas 2 ans . L'écologie je pense que c'est nous agriculteurs-agricultrices qui la pratiquons tous les jours alors si notre gouvernement (sans vouloir faire de politique) voudrais bien le prendre en compte alors l'écologie , la vraie, serait la grande gagnante .

08 janvier 2022 par CLOGENSON

très bonne réflection et bien à propos mr Chrgedavoine P Clogenson

08 janvier 2022 par CLOGENSON

très bonne réflection et bien à propos mr Chrgedavoine P Clogenson

08 janvier 2022 par CLOGENSON

très bonne réflection et bien à propos mr Chrgedavoine P Clogenson

08 janvier 2022 par CLOGENSON

très bonne réflection et bien à propos mr Chrgedavoine P Clogenson

08 janvier 2022 par MUHL

Qu'elles sont les organismes nuisibles réglementées et les advendices? Avez-vous une liste?

07 janvier 2022 par VIOLLEAU

Existe- t-il une carte au niveau France, région ou département où il est indiqué les zones hydromorphes ?

07 janvier 2022 par Brunet

Quelle est la définition d'un sol hydromorphe ? Toute l'année, à une période... ?

07 janvier 2022 par SINGEZ

Très bon article je suis rassuré pour les applications même le tecnico se trompait

07 janvier 2022 par HARDY

Qu'en est-il des applications sur lin textile en cours de rouissage?

07 janvier 2022 par CHARGEDAVOINE

50 années pardon

07 janvier 2022 par CHARGEDAVOINE

A une époque ou nous mélangeons allégrement les vaccins sans même savoir si nos anticorps sont encore en quantité suffisante , le fait de lire les conditions d'emploi me fait penser à une belle et jolie ordonnance de mon médecin ( sauf qu'ici nous avons pratiquement 40 années de recul sur la molécule ) .

07 janvier 2022 par COFFY

g

07 janvier 2022 par CRESPIN

L'acide pélargonique est-il utilisable en défoliation pré -récolte ? Quels sont les risques ? Loïc Crespin

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10