En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
désherbage blé Lutte contre les adventices

Sortie d’hiver : éviter les échecs de désherbage sur graminées

20 février 2014

L’apparition de résistances chez les adventices explique en partie la baisse d’efficacité des antigraminées observée ces dernières années. Deux autres facteurs peuvent être également mis en cause : des stades de graminées trop développés et des conditions défavorables (ou soi-disant « favorables ») lors des applications. 

Bien raisonner ses apports en fonction du climat et du développement des adventices

En présence de vulpins et ray grass, les applications d’antigraminées (type Atlantis WG, Archipel, Abak…) doivent être réalisées tôt, avant le stade fin tallage des adventices. En effet, des essais montrent que les interventions tardives, réalisées après fin février, sont moins efficaces que celles de fin janvier à mi-février (Graphique 1), car les ray-grass sont  déjà très développés. De plus, il vaut mieux désherber avant ou bien au moment du premier apport d'azote afin que ce dernier ne bénéficie pas aux adventices.

graphique
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Côté conditions climatiques, ce n’est pas parce que les conditions sont dites favorables au moment de l'application de l'herbicide que tout est parfait. En effet, si les adventices sont déjà trop développés, la réussite du désherbage est alors sérieusement compromise ! A l'inverse, des températures fraîches, même avec une légère gelée matinale, ne sont pas rédhibitoires. Il est préférable d’être vigilant sur le stade des adventices (jeunes idéalement) plutôt que de se focaliser uniquement sur des conditions hypothétiquement favorables (forte hygrométrie, températures douces). Bien évidemment, si l’on peut cumuler un stade jeune d’adventices avec des températures douces, ce ne sera que mieux.

Aussi, le sol doit être suffisamment humide : les antigraminées à base d’iodosulfuron et de mésosulfuron ont une faible activité racinaire, mais elle peut se révéler significative lorsque le sol est suffisamment frais. Par conséquent, ce dernier paramètre a d’autant plus de chance de se réaliser si l’on intervient précocement en sortie d’hiver, contrairement à fin mars/début avril.

Surveiller le stade des adventices avant tout

Dans les situations de fortes pressions, il ne faut pas trop attendre les conditions dites « idéales », au risque de laisser les adventices trop se développer et d’aboutir à un échec de désherbage. Le stade des graminées est le premier critère qui va déterminer le moment idéal pour intervenir. Des températures fraiches mais positives (1-5°C) suffisent pour obtenir d’excellents résultats d’efficacité, tout en préservant la productivité de la culture.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 18 janvier 2019 par BOURGIN

Bonjour, Merci pour la présentation de ces résultats. Une petite précision cependant, pour Atlantis WG : son usage va être terminé à partir du 30 septembre 2019 (https://ephy.anses.fr/ppp/atlantis-wg). Cette spécialité est similaire à Absolu (retiré depuis novembre 2016) et à Enjeu (qui est le même produit, mais avec une mise à jour des conditions d'emploi en -toute?- sécurité). Par ailleurs, qui dit sol suffisamment humide en sortie d'hiver plutôt que mars ou avril, dit transfert accéléré dans les eaux de surface : les ZNT c'est pas pour rien, et c'est parfois insuffisant. Les produits phytosanitaires sont de plus en plus souvent conçus pour se dégrader rapidement dans le sol, mais ce n'est pas le cas dans une phase aqueuse, avec une rémanence jusque dans l'eau "potable". Cordialement.

13 octobre 2017 par TORCHE

Bonjour je tiens d'abord à remercier toute l équipe de l'Institut du végétal pour ses précieux conseils. en milieu semi-aride ,je constate une baisse d'efficacité des antigraminées ,malgré un désherbage appliqué avant ou après le premier apport d'azote. La densité de brome est devenue importante que j'ai décidé de garder en jachères la parcelle . Comme seul remède j'ai entamé les labours juste après la récolte. Salutations.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10