En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
coupe de sol - infiltration Risques de transfert phytosanitaire

Sols à infiltration rapide : l'importance des périodes d’application

13 novembre 2014

Les sols considérés comme à infiltration rapide hivernale sont les sols dont le niveau de Réserve Utile hivernal est inférieur à 120 mm avec un substrat géologique perméable.  Plusieurs types de sols sont concernés, du limon sableux à l’argilo-calcaire superficiel, situés sur l’ensemble du territoire.

Deux périodes principales de transferts

En hiver, une fois la Réserve Utile (RU) remplie, les eaux de pluie par effet piston vont permettre de l’infiltration rapide vers des eaux souterraines. Les herbicides appliqués peu avant la fin du remplissage de la RU peuvent être entraînés par cette circulation rapide de l’eau.

En fin d’été, ce mode de transfert concerne également les sols avec un taux d’argile supérieur à 30 % à cause des fentes de retrait que la dessiccation estivale des argiles a permise. En absence de tout travail du sol, un herbicide appliqué en fin d’été sera entraîné en profondeur à chaque épisode pluvieux.

Comment éviter les transferts ?

Appliquer des herbicides racinaires à une période où la RU est proche de la saturation présente des risques de transfert important. Il faut donc, soit appliquer ce type d’herbicide le plus tôt possible en automne, notamment pour les semis précoces soit choisir des herbicides foliaires ou des sulfonylurées. Pour les semis tardifs, seule la substitution d’herbicides foliaires ou de sulfonylurées aux racinaires est possible.

Rappelons qu’au Nord de la Loire le début de la période de vidange de la RU se situe généralement fin mars. Il n’est donc pas possible d’appliquer dans ces sols filtrants de l’isoproturon en février ou mars.

Quant au transfert de fin d’été par circuit préférentiel (fentes de retrait), ils peuvent être facilement éviter par au moins un déchaumage même léger. L’objectif est de casser la continuité hydraulique entre la surface du sol et les fentes de retrait qui peuvent descendre profondément. Ce déchaumage permet également de réduire la continuité hydraulique des trous de vers de terre de la surface vers des horizons plus profonds.

Pour en savoir plus sur les facteurs de risque de transfert de pesticides dans les cours d'eau, cliquez sur le lien.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10