En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Graines de sorgho en tas, à utiliser pour réaliser les semis Implantation du sorgho

Soigner la préparation du lit de semence et la qualité du semis

16 avril 2020

L’implantation est une étape clé de l’itinéraire technique du sorgho. Dates de semis, densités optimales, engrais starter… voici quelques recommandations pour bien démarrer la campagne.

La graine de sorgho est de petite taille et les besoins en températures de la culture sont plus élevés que les autres cultures d’été. Il convient donc de soigner la préparation du lit de semences afin d’obtenir un contact sol-graine satisfaisant et de semer sur un sol réchauffé (la température du sol doit être supérieure à 12°C) afin d’assurer une levée rapide et régulière. 
La période optimale de semis débute au plus tôt à partir du 15 - 20 avril dans les régions du Sud (vallée de la Garonne, Occitanie, vallée du Rhône…) pour se poursuivre au cours de la première quinzaine de mai.

L’utilisation d’un semoir monograine assure une meilleure maîtrise de la densité de semis, une régularité de profondeur et de répartition des semences sur la ligne et permet la réalisation de binages. Il est toutefois possible d‘utiliser un semoir à céréales performant (distribution et mise en terre) en fermant un rang sur deux ou deux rangs sur trois.

La profondeur de semis optimale se situe entre 2 et 4 cm.

Choisir une précocité variétale et une date de semis adaptée au climat de la région

L’analyse climatique permet d’appréhender l’offre thermique dans différents bassins de production 8 années sur 10 : cela signifie qu’en moyenne, les cumuls de températures sont supérieurs et permettent d’atteindre les besoins plus rapidement que les échéances présentées (tableaux 1 à 11).

Tableau 1 : Sommes de températures cumulées entre le semis du sorgho et le stade 20 % d’humidité du grain

Tableaux 2 à 11 : Date d’atteinte des besoins en températures nécessaires 8 années sur 10 (analyse fréquentielle sur 20 ans) pour différentes stations météo

Quelle densité de semis ?

La densité de semis doit prendre en compte la précocité variétale, le potentiel de la parcelle et les conditions de semis.

Plus une variété est précoce, plus faible est l’indice foliaire et le nombre de grains sur sa panicule. De ce fait, les variétés les plus précoces requièrent des densités de peuplement plus élevées que des variétés plus tardives.

La densité de semis doit également être adaptée à la réserve utile du sol. En conditions séchantes, les peuplements trop élevés favorisent une forte production de biomasse, ce qui accentue les phénomènes de concurrence précoce entre les plantes et accélère l’épuisement de la réserve en eau.

En cas de stress hydrique précoce, les difficultés d’épiaison sont accentuées. Si, au contraire, le stress hydrique intervient pendant la phase de formation et de remplissage des grains, les risques de verse physiologique et de maladies de bas de tiges (macrophomina, fusariose) sont accrus.

En situation irriguée ou dans les milieux à forte réserve en eau, les densités de peuplements plus élevées sont valorisées et permettent de maximiser le rendement. De même, en semis tardif, le nombre de grains par panicule est toujours plus faible et la densité de semis doit par conséquent être augmentée.

La répartition spatiale des plantes est aussi un facteur d’optimisation et de gestion de la compétition des plantes sur les rangs. Même si ce sont les équipements en semoir qui conditionnent cet aspect, pour les fortes densités, il est recommandé de resserrer les inter-rangs qui varient en sorgho grain de 30 à 75 cm.

Enfin, dans tous les cas il faut tenir compte du taux de perte à la levée. En bonnes conditions, il se situe autour de 20 %. Il peut être plus élevé si les conditions d’implantation sont défavorables (mauvaise qualité de semis, sol froid…).

Tableau 12 : Recommandations de densité de semis en nombre de graines par hectare

Haut de page

Utiliser un engrais starter pour aider au démarrage de la culture

Comme en maïs, la localisation d’un engrais starter au semis peut permettre d’assurer une meilleure vigueur au départ et une levée homogène du sorgho. Il peut également présenter un intérêt en accompagnement de la lutte contre les ravageurs du sol. L’élément le plus concerné est le phosphore. L’engrais starter doit être positionné en dessous du niveau de la graine et à 4-5 cm de la ligne de semis (semoir équipés de fertiliseur en localisé).

Ne pas négliger le risque taupins

Une protection au semis peut s’avérer nécessaire dans les parcelles à risque taupins avec un insecticide micro-granulé. Pour assurer une répartition optimale de l’insecticide dans la ligne de semis, il est nécessaire d’utiliser des diffuseurs.

L'importance du désherbage

Le sorgho est une culture sensible à la concurrence précoce des mauvaises herbes. La qualité de l’implantation est un premier facteur de réussite du désherbage, en permettant une levée rapide et homogène de la culture pour faciliter le positionnement optimum des herbicides et assurer un recouvrement de l’inter-rang. Une autre exigence essentielle est de semer sur un sol propre, indemne d’adventices levées (ou en cours de levée).

Un désherbage de postsemis – prélevée est utile dans les parcelles à forte pression adventices, en particulier vis-à-vis des graminées annuelles (panic pied-de-coq, sétaire, digitaire). Il devra le plus souvent être complété en postlevée par des moyens chimiques et/ou mécaniques.

Un passage de herse étrille (ou houe rotative) dans les 48 heures après le semis peut apporter une aide efficace à la maitrise des mauvaises herbes. Ce type d’intervention peut également s’avérer très utile en cas de formation d’une croute de battance suite à de forts abats d’eau avant la levée.

Deux spécialités sont utilisables en postsemis - prélevée : Alcance Synctec et Calliprime-Xtra (ou Lumestra ou Temsa100). Ces solutions doivent s’envisager dans le cadre d’un programme avec un rattrapage le plus souvent nécessaire en postlevée.

Figure 1 : Note d'efficacité de différentes solutions de désherbage sur sorgho 30 jours après application (résultats 2014-2017 – 13 essais)
Figure_2_sorgho_2304

Figure 2 : Note d'efficacité de deux solutions de désherbage sur sorgho 60 jours après application
Figure_1_sorgho_2304

Haut de page

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 07 juin 2020 par CALBO

le sorgho c est com me le reste on le ramasse tres tard si on a une secherresse rude on ramasse que dalle

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10