En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Pulvérisateur dans une parcelle de blé tendre pour un traitement fongicide T1 en 2021 en Champagne-Ardenne Messagerie Champagne-Ardenne

Septoriose sur blé : tenir compte de la sensibilité variétale pour positionner le T1

29 avril 2021

Les premiers symptômes de septoriose sont observés sur blé tendre alors que les parcelles atteignent le stade 2 nœuds, début de la sensibilité à cette maladie. Selon les estimations, un premier traitement est envisageable autour de dernière feuille pointante sur variétés sensibles et peut être décalé à dernière feuille étalée sans risque sur variétés résistantes.

Quel est l’état des cultures en ce début montaison ?

Les cumuls de précipitations depuis le 20 mars (≈ arrivée du stade épi 1 cm) oscillent entre 15 et 35 mm selon les secteurs (carte 1). Ces cumuls sont certes plus importants que ceux observés à cette période en 2020 et 2019 (printemps secs), mais restent similaires aux moyennes pluriannuelles. De plus, les dernières « pluies contaminantes » ont eu lieu il y a plus de 15 jours. De fait, le temps sec actuel ralentit le développement de la septoriose sur les plantes. Ainsi, les blés ont pu sortir au moins une feuille dans des conditions saines, laissant, dans la majorité des cas, deux étages foliaires indemnes de maladie.

Carte 1 : Pluies du 20 mars au 15 avril 2021

La présence de septoriose a été observée ces derniers jours sur les blés au stade 2 nœuds (surtout sur les f3 du moment), et également sur variétés résistantes (Chevignon). La résistance à la septoriose étant une résistance quantitative qui se met en place durant la montaison, il est possible de retrouver des symptômes même sur variétés résistantes. La nuisibilité de la septoriose est moindre tant que les F1-F2 définitives ne sont pas touchées par la maladie.

Le diagnostic au champ se base sur des seuils de risques qui dépendent du stade du blé :
• Au stade 2 nœuds, traiter si plus de 20 % des f2 du moment sont touchées sur variétés sensibles, ou si plus de 50 % sur variétés résistantes.
• Au stade dernière feuille pointante (DFP), appliquer les mêmes seuils mais cette fois-ci, sur les f3 du moment (qui deviendront les F4 définitives).

L’impasse du T1, la règle pour les variétés peu sensibles

Des travaux récents ont montré que le poids du T1 à 2 nœuds-DFP était relativement faible ces dernières années (faible pression, contexte de début montaison sec) : + 1,7 q/ha sur la période 2013-2019 (à noter que le gain serait plus important en cas d’attaque de rouille jaune et/ou d'oïdium…). En prenant l’hypothèse d’un prix du blé à 180 €/t, un T1 permet de faire gagner en moyenne 30 €/ha : le traitement n’est pas forcément rentable au regard du coût des produits.

En ce sens, ARVALIS a mis au point un modèle pour la campagne 2021 permettant d’estimer la probabilité de rentabiliser un T1 entre 2 nœuds et DFP, prenant en compte les caractéristiques des cultures et l’apparition des maladies (septoriose et rouille jaune). La simulation (hors rouille jaune, pas détectée dans la région à ce jour) donne des très faibles probabilités de rentabiliser le T1 (simulations du 27 avril) pour les variétés peu sensibles à la septoriose : 10 à 28 % selon les cas (20 % en moyenne).

De plus, aujourd’hui, la majorité des variétés cultivées dans notre région (Chevignon, KWS Extase, LG Absalon…) présente des forts niveaux de résistance à la septoriose (figure 1 ). Le levier variétal est un moyen de lutte efficace qui permet de retarder et de limiter les interventions en T1.

Figure 1 : Evolution du panel variétal de blé en Champagne et des notes de tolérance à la septoriose

Source : BDD FARMSTAR 2005-2021

Compte tenu de la faible rentabilité du T1 et de l’augmentation de la résistance aux maladies, l’impasse du T1 devient la règle pour les variétés peu sensibles à la septoriose (note > 6) et hors risque rouille jaune.

Pas forcément de gains avec trois traitements, même sur variétés sensibles

Par ailleurs, dans nos essais en craie conduits entre 2013 et 2017, à investissement fongicide équivalent, la pression septoriose est maîtrisable en deux traitements, même sur variété sensible, avec un premier passage à dernière feuille étalée (DFE) et le second autour de la floraison (figure 2). Le premier traitement positionné à 2 nœuds n’a que très peu d’effet.

Figure 2 : Comparaison des gains bruts entre deux et trois traitements de 2013 à 2017 – essais ARVALIS (51)

L’année 2016 ne fait pas exception, malgré une pression septoriose forte (nuisibilité supérieure à 20 q/ha).

Evaluation des risques : que disent les modèles ?

Le modèle phénologique d’ARVALIS prévoit l’arrivée des stades selon différents cas-types.

Tableau 1 : Prévisions des stades DFP et DFE du blé tendre

Le modèle phénologique et les modèles maladies d’ARVALIS sont combinés dans le baromètre maladies.

Pour des préconisations plus précises à l’échelle de la parcelle, consultez l’outil Septo-LIS® blé tendre.

Selon la modélisation :
• les interventions T1 au stade 2-3 nœuds ne sont pas nécessaires, même sur variétés sensibles.
• des interventions T1 peuvent se justifier dans certaines situations autour de DFP : variétés sensibles semées précocement (fin septembre), secteurs plus arrosés, fortes contaminations précoces.
• si une intervention est préconisée entre DFP et DFE, l’absence de pluies jusqu’à dernière feuille peut permettre d’attendre DFE pour positionner un traitement avec la SDHI (T2), et d’économiser le T1.

Un petit T1 sinon rien !

Plusieurs solutions de lutte en T1 sont possibles contre la septoriose : les produits de biocontrôle ont montré leur efficacité en cas de faible pression de la septoriose (nombreuses solutions à base de soufre, peu onéreux), ou le folpel (multisite). En cas d’attaque plus forte, préférer une solution à base de triazole associée à un multisite pour maximiser l’efficacité. En cas d’attaque de rouille jaune (non observée en parcelle cette année à ce jour), un triazole - éventuellement associé à une strobilurine - s'avère efficace (pas d’efficacité des multisites).

Pour en savoir plus sur les solutions recommandées selon les situations, consultez notre guide régional Choisir et décider – Blé tendre d’hiver - intervention de printemps 2021.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10