En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Programmes fongiciddes recommandés contre la septoriose Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Septoriose : protéger les blés à partir du stade dernière feuille pointante ou étalée

23 avril 2020

La majorité des blés de la région s’approchent ou sont à dernière feuille pointante voire, dernière feuille étalée. Dans le Berry et le sud de l’Indre-et-Loire, des blés ont déjà même atteint le stade gaine fendue - début épiaison. Tour d’horizon des stratégies fongicides à mettre en œuvre.

La septoriose est une maladie foliaire qui progresse du bas vers le haut de la plante. Cette montée nécessite de la pluie pour le fameux effet « splashing ». Or l’eau se fait attendre depuis plusieurs semaines sur certaines zones. Avant d’envisager une quelconque stratégie, intéressons-nous aux secteurs les plus chanceux.

Carte 1 : Cumul de pluies durant le week-end de Pâques du 10 au 13 avril 2020

Carte 2 : Cumul de pluies du 16 au 18 avril 2020

Positionnement des fongicides : les trois points essentiels

Point 1 : L’objectif de la protection fongicide est de protéger les trois dernières feuilles définitives, qui contribuent fortement à l’élaboration du rendement.

Point 2 : Le positionnement des fongicides est délicat car ces produits ne protègent pas les feuilles ou les parties de feuilles absentes lors du traitement. Même si on emploie le terme « systémie » à propos de certains fongicides, il s’agit d’une systémie dite « de bout de feuille ». Ces produits diffusent vers la pointe des feuilles. Ainsi, lors d’un passage à dernière feuille pointante, le produit ne migre pas vers les tissus encore cachés dans la tige.

Point 3 : Si je dois intervenir, quand intervenir ? Matin, après-midi ou soir ? Le mieux est de privilégier des interventions très tôt le matin pour profiter de l’hygrométrie et de plantes plus « réceptrices », surtout après une journée chaude. Actuellement, c’est surtout le vent qui est le facteur limitant.

Cas des blés au stade dernière feuille pointante

Le stade est atteint quand 50 % de la parcelle présente des blés avec la dernière feuille qui pointe.

Deux cas de figure se rencontrent aujourd’hui : des parcelles ayant eu une première intervention autour de 2 nœuds et des parcelles n’ayant reçu aucun fongicide.

Pour les parcelles déjà protégées, il conviendra d’attendre que la dernière feuille soit bien étalée avant toute nouvelle intervention.

Pour les parcelles non protégées, pas d’inquiétude pour les variétés résistantes. Pour les autres variétés, en l’absence d’utilisation d’Outils d’Aide à la Décision, il conviendra d’aller observer ses parcelles. Les variétés sensibles sur les secteurs les plus pluvieux pourraient nécessiter une intervention avant que le stade dernière feuille étalée ne soit atteint.

Pour rappel, à partir du stade dernière feuille étalée, les observations se font sur les F3 définitives avec le seuil de 20 % de symptômes pour les variétés sensibles et 50 % pour les variétés peu sensibles.

Seuil d’intervention dépassé, OAD qui déclenche : que faire à ce stade ?

En cas de symptômes importants ou de conseil de traitement formulé par un OAD, deux possibilités :
- Intervenir dès que possible avec un « petit » T1 (type chlorothalonil – autorisé jusqu’au 20 mai ou du soufre). Les modèles préconiseront souvent dans ces situations un renouvellement au stade dernière feuille étalée. Conseil à privilégier !
- Attendre la dernière feuille étalée et intervenir avec des produits de type SDHI à des doses renforcées car le risque d’être en curatif sur la F2 définitive n’est pas négligeable.

Cas des blés au stade dernière feuille étalée

Aujourd’hui, même sur variétés résistantes, au vu de l’inoculum de septoriose installé au cours de l’hiver, une intervention au stade dernière feuille étalée semble nécessaire. Les doses à envisager devront tenir compte du niveau de sensibilité de la variété.

Le plus important est d’attendre que toutes les dernières feuilles soient bien étalées. L’absence de pluie annoncée dans les prochains jours permet de ne pas se précipiter et d’attendre les conditions idéales d’intervention dans les secteurs n’ayant pas reçu de pluie le week-end du 18 avril.

Pour les parcelles proches de l’épiaison, si aucune intervention n’a été réalisée jusqu’à maintenant, intervenir dès que possible, sans sous-estimer les doses à apporter pour les secteurs ayant eu de la pluie le week-end du 18 avril.

Programmes fongicides pour des variétés résistantes ou peu sensibles à la septoriose (nuisibilité attendue entre 7 et 13 q/ha)

L’impasse d’un traitement à 2 nœuds devient la règle, particulièrement pour les variétés résistantes à peu sensibles (note ≥ 6,5). L’observation à partir de 2 nœuds ou dernière feuille pointante conduira très majoritairement à une impasse au T1 pour ce type de génétique. Un contrôle au champ est tout de même recommandé.


* : Modalités à privilégier en situation à forte pression de rouille brune.
Eviter d'intervenir 2 fois par campagne avec les mêmes matières actives ou spécialités.
** Les prix sont donnés à titre indicatif

Programmes fongicides pour des variétés moyennement sensibles à la septoriose (nuisibilité attendue autour de 15 q/ha)

Pour ces variétés, c’est le pilotage par un OAD qui décidera d’une intervention en T1 ou non, après confirmation par une visite au champ, selon la date d’apparition de la septoriose.


* : Modalités à privilégier en situation à forte pression de rouille brune.
Eviter d'intervenir 2 fois par campagne avec les mêmes matières actives ou spécialités.
** Les prix sont donnés à titre indicatif

Programmes fongicides pour des variétés très sensibles à la septoriose (nuisibilité attendue autour de 20 q/ha)

Pour ces variétés, c’est le pilotage par un OAD qui décidera d’une intervention en T1 ou non, après confirmation par une visite au champ, selon la date d’apparition de la septoriose.


* : Modalités à privilégier en situation à forte pression de rouille brune.
Eviter d'intervenir 2 fois par campagne avec les mêmes matières actives ou spécialités.
** Les prix sont donnés à titre indicatif

Retrouver l’ensemble des programmes régionaux dans le guide Choisir & Décider 2019/2020.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 28 avril 2020 par TORCHE

bonsoir s'il faut attendre jusqu'à la dernière feuille étalée pour faire 1 seul traitement fongique ,l'on peut s'attendre à une nuisibilité de plus 15 q/ ha. en revanche ,une parcelle ayant eu un traitement au stade deux nœuds et un autre au stade épiaison ( floraison ) se portera beaucoup mieux avec un rendement satisfaisant . pour cela ,j'ai utilisé à chaque traitement des matières actives différentes . salutations.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10