vidéo septoriose Vidéo

Septoriose : observer pour décider d’une intervention

21 avril 2022

Pour piloter ses interventions fongicides contre la septoriose du blé, il est important de prendre en compte le stade de la plante, la sensibilité variétale et l’état de contamination du feuillage. Retour en vidéo sur les principaux symptômes de cette maladie et les seuils d'intervention.

La septoriose est une maladie foliaire dont les symptômes caractéristiques sont des taches marrons dans lesquelles on observe des points noirs, appelés pycnides. A la loupe de poche on peut observer des filaments blancs appelés cirrhes, qui contiennent les spores du champignon. En cas de doute, placer des feuilles présentant des symptômes en incubation dans une bouteille d’eau vide pendant 24h. La progression des taches sur la feuille ainsi que l’apparition de plus de points noirs permet de lever le doute sur la contamination de la feuille par la septoriose.

Les pluies, vecteurs de propagation

La maladie se propage du bas vers le haut de la plante en fonction de la fréquence et de l’intensité des pluies, par effet « splash » des gouttes d’eau. Un temps sec ralentit la progression de la maladie et permet de repousser le traitement jusqu’au prochain épisode pluvieux.

Des seuils adaptés à la sensibilité variétale

L’objectif des traitements contre cette maladie est de protéger les trois dernières feuilles définitives de la plante. Ce sont elles qui participent le plus à l’élaboration du rendement.

Pour piloter son intervention contre la septoriose, commencer les observations à partir du stade 2 nœuds du blé et prélever 20 plantes dans la parcelle :
- pour des variétés sensibles à la septoriose (Oregrain, Pakito, SY Moisson, Apache, Terroir) : on préconisera un traitement si 1 plante sur 4 présente des symptômes sur la deuxième feuille étalée du moment.
- pour des variétés résistantes (LG Absalon, Fructidor, Cellule, Syllon) : on préconisera un traitement si 1 plante sur 2 présente des symptômes sur la deuxième feuille étalée du moment.



Au stade 3 nœuds, la dernière feuille définitive de la plante est « pointante ». Pour décider d’un traitement à ce stade, les observations vont se porter sur la troisième feuille étalée du moment. Les seuils restent inchangés :
- 1 plante sur 4 pour les variétés sensibles.
- 1 plante sur 2 pour les variétés résistantes.

Des outils sont disponibles pour vous aider à piloter les interventions fongicides sur blé :
- le Baromètre Maladies : cet outil en ligne permet de suivre en temps réel l’évolution du risque des différentes maladies des céréales dans vos parcelles.
- le bulletin de santé du végétal de votre région.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 22 avril 2022 par VERREET

Septoria tritici: Video Clip https://www.youtube.com/watch?v=bfoyJQRLQDs Jusqu'aux années 1980, Septoria nodorum (SN) était l'espèce de Septoria dominante ; Septoria tritici (ST) a formé l'agent pathogène compagnon. ST était plus fréquent dans les climats maritimes à l'échelle mondiale; SN en continental. La période de latence (temps entre l'infection d'une pycnospore et la formation de nouvelles pycnides) est de 6 jours pour SN et de 28 jours pour ST. C'est pourquoi le SN a toujours été en avance sur l'épidémie de ST. Le croisement avec des variétés à paille courte dans les années 1980 a raccourci les tiges des plants de blé. ST a également repris le rôle dominant sur le continent. Depuis lors, le pontage de la distance de propagation verticale des infections depuis les couches inférieures des feuilles, s'étendant jusqu'aux feuilles supérieures, essentielles au rendement, a été raccourci par la sélection. Je ne suis pas d'accord avec l'énoncé du traitement fongicide spécifique au cultivar. D'une part, la date d'infection est la même pour toutes les variétés (!), d'autre part, les contre-mesures fongicides ne doivent pas être sous-dosées (!). Nous avons développé la minuterie Septoria après 37 ans de recherche. Le timing du combat est crucial ! Une infection réussie de ST est donnée : Humidité foliaire persistante pendant plus de 37 à 45 heures. À partir du stade de développement EC 32, ce qui suit s'applique : après une infection réussie, même les épidémies extrêmes qui se développent peuvent être complètement éliminées à ce stade avec 50 % du taux d'application habituel en pratique à ce stade épidémiologiquement le plus sensible. Jusqu'à ce que la substance active ait été métabolisée en 4 semaines, une nouvelle infection peut survenir dans des conditions favorisant l'infestation, qui est alors complètement contrôlée et éliminée de manière ciblée selon le Septoria timer avec un taux d'application de 50 %. --------------------------------------- Prof. Dr. Joseph-Alexander Verreet Christian-Albrechts-Universität Kiel Institut Phytopathologie Herrmann-Rodewald-Str. 9 D-24118 Kiel E-Mail: javerreet@phytomed.uni-kiel.de Mobile: ++ 49 (0) 1745499444

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10