En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Quelques taches de septoriose sur feuille de blé tendre en 2019 dans le Centre Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Septoriose du blé : pas de traitement précoce à prévoir

18 avril 2019

Les blés les plus précoces ont atteint le stade deux nœuds, à partir duquel la septoriose peut devenir très nuisible. Selon les modèles de prévisions, il n'est pas encore nécessaire de déclencher les traitements. A confirmer par un tour de plaine.

Des conditions climatiques peu propices au développement précoce de la septoriose

Les cumuls de pluies entre le semis et le début montaison sont inférieurs à la médiane pour l’ensemble de la région, avec quand même quelques nuances entre les secteurs : compris entre -30 à -60 mm pour la Limagne, le nord du Centre et l’Ile-de-France, ces écarts atteignent -120 à -140 mm pour le sud Centre-nord Allier. Quelles que soient les zones, ces déficits d’eau n’ont pas été favorables au développement précoce de l’inoculum des maladies, dont celui de la septoriose, et ce, malgré des cumuls de températures excédentaires par rapport à la médiane.

Figure 1 : Cumuls de températures et de précipitations du 1er octobre 2018 au 10 avril 2019 pour 3 stations de la région

Observer pour décider

Il n’est pas nécessaire de déclencher systématiquement un traitement dès le stade 2 nœuds pour plusieurs raisons :

• A partir de ce stade, le niveau de risque septoriose dépend essentiellement de la régularité des précipitations jusqu’à la fin de la montaison. Les températures interviennent quant à elle sur la rapidité de sortie des symptômes, et donc, le risque de recontaminations. Ce sont les conditions climatiques sur cette période qui seront déterminantes pour la nuisibilité finale.

• Les variétés aujourd’hui cultivées sur la région montrent un bon niveau de tolérance à la fois à la septoriose et à la rouille jaune. Associées aux observations et à l’utilisation d’OAD (Outils d’Aide à la Décision), ces variétés peuvent permettre de s’affranchir d’un premier traitement. C’est le traitement à la sortie de la dernière feuille qui est primordial.

Pour déterminer l’intérêt ou non d’une intervention en début de montaison, il est donc nécessaire de s’appuyer sur des observations dès 2 nœuds, surtout en cas de variétés sensibles. Réalisées régulièrement, elles permettent de suivre l’évolution de la septoriose dans le couvert et de confirmer ou non le niveau de pression estimé à l’aide des prévisions météo, des informations contenues dans les BSV, ou des OAD. Au stade 2 nœuds, c’est la feuille F2 déployée du moment qui doit être observée car elle correspond à la F4 définitive. Le but de la protection fongicide est en effet de protéger les 3 dernières feuilles définitives.

Pour plus d’informations, consultez les BSV de cette semaine :
- Centre
- Ile-de-France
- Auvergne

Figure 2 : Identification de la septoriose et seuils de traitement

Source : ARVALIS – Institut du végétal

En cas de doute, consultez les fiches accidents d’ARVALIS

Prioriser les observations en fonction de la sensibilité des variétés

L’anticipation du risque commence par connaître la sensibilité de ses variétés à la septoriose. Les notes de résistance variétale sont actualisées chaque année. Ces grilles sont consultables dans les guides Choisir et Décider - Variétés et traitements d’automne des céréales :
- Centre / Ile-de-France
- Auvergne

Figure 3 : Résistance des variétés de blé tendre à la septoriose (Septoria tritici)


Figure 4 : Résistance des variétés de blé dur à la septoriose (Septoria tritici)

Aujourd’hui, que disent les modèles ?

Pour chaque cas types (station météo*variété*date de semis), les modèles ARVALIS estiment la date de déclenchement de la première intervention fongicide contre la septoriose de la campagne, ainsi que les dates d’apparition de stades 2 nœuds et dernière feuille étalée (DFE). La comparaison de ces dates permet de savoir si une intervention précoce est nécessaire (nombre de jours d’écart entre la date de déclenchement du traitement et la date des stades).

La figure 5 présente en écarts le nombre de jours entre la date du déclenchement du traitement et la date du stade DFE pour 2 variétés (Rubisko, variété assez sensible et LG Absalon, variété résistante) semées à 2 dates (10 et 25 octobre) pour 11 stations météo de la région.

Figure 5 : Nombre de jours d’écart entre la date estimée du premier traitement septoriose et la date estimée du stade dernière feuille étalée (modèles ARVALIS)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Comment lire le graphique :
- Si les histogrammes sont «
 négatifs », cela indique que la date de déclenchement du T1 septoriose a lieu avant le stade DFE (cas majoritaire pour Rubisko)
- Si les histogrammes sont «
 positifs », c’est l’inverse : le déclenchement T1 septoriose a lieu après le stade DFE (cas pour LG Absalon)

Au vu des résultats obtenus avec les données météo accessibles à ce jour, on peut retenir que :

• Aucune intervention n’est à prévoir au stade 2 nœuds, quel que soit le cas-type observé.

• Une intervention fongicide avant le stade DFE n’est pas nécessaire pour les parcelles avec des variétés résistantes comme LG Absalon, et ce quels que soient les secteurs et les dates de semis.

• Pour les parcelles avec des variétés assez sensibles comme Rubisko, une protection fongicides pourrait être nécessaire avant le stade DFE. Mais au regard du nombre de jours d’écart entre les dates de traitement et les dates du stade DFE (jusqu’à 3 jours), il sera certainement possible d’attendre que la dernière feuille soit totalement déployée.

RAPPEL : les prévisions des modèles ne sont que des estimations. Elles doivent être dans tous les cas complétées par des observations au champ pour connaître la situation réelle de la parcelle. Attention, des confusions sont possibles avec :

• des taches physiologiques, liées aux fortes amplitudes thermiques journalières,
• de la senescence prématurée liée à un état stressé de la plante (carence azotée induite et/ou stress hydrique).

Les prévisions des conditions climatiques des jours/semaines à venir pourront faire évoluer dans un sens ou un autre ces estimations pour les dates de semis les plus tardives. Une actualisation de ces résultats paraîtra au cours de la prochaine semaine.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 29 avril 2019 par ARVALIS

Bonjour, la variété Togano étant inscrite au catalogue européen et non français, nous n'avons pas d'informations quant à sa sensibilité aux maladies.

19 avril 2019 par VIVANT

Pour le blé améliorant est il sensible à la septoriose. Variété togano merci

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10