En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
T1_septoriose_ble_champagne_ardenne_2019 Messagerie Champagne-Ardenne

Septoriose du blé : pas de T1 à prévoir avant le stade dernière feuille pointante

02 mai 2019

La majorité des parcelles de blé a atteint le stade 2 nœuds et la sortie de la dernière feuille est en cours pour les plus précoces. Au vu du contexte de l'année, un traitement fongicide peut être nécessaire dans certains cas à partir du stade dernière feuille pointante.

Le risque septoriose est faible cette année : inoculum faible grâce à l’automne-hiver sec et début montaison relativement sec.

Les premières interventions se justifient autour du stade Dernière Feuille Pointante pour les variétés sensibles. Pour les variétés moins sensibles, il est possible d’attendre Dernière Feuille Etalée.

Des variétés cultivées de moins en moins sensibles

Après 2016, les variétés sensibles à la septoriose ont été de moins en moins semées. Le panel variétal actuel présente une résistance intéressante dans environ ¾ des situations.

Tableau 1 : Evolution du panel variétal du blé (Champagne) et des notes de tolérance septoriose


Les caractéristiques variétales ont été mises à jour avec les nouvelles cotations 2019
(tableau 2). Les notes CTPS/GEVES sont attribuées au moment de l’inscription des variétés, puis sont ensuite affinées, ou modifiées par ARVALIS – Institut du végétal en post-inscription, suite, par exemple, à un contournement de résistance.

Suite à l’observation d’une plus grande sensibilité vis-à-vis de certaines souches émergentes l’année dernière sur le territoire Centre-Ouest, certaines variétés récemment inscrites (Filon, Mutic, RGT Volupto, Unik, ou encore Cellule) ont perdu 1 point par rapport à leur cotation septoriose obtenue à l’inscription.

Tableau 2 : caractéristiques des variétés de blé, avec les nouvelles cotations 2019

Un début de montaison plutôt sec

Les cumuls de pluies depuis le stade épi1 cm sont assez faibles : de 15 à 65 mm selon les secteurs. En comparaison sur la même période, 2019 est plus humide que 2017. Pour rappel, 2017 a été marquée par une impasse quasi systématique des T1 et une nuisibilité septoriose inférieure à 10 q/ha.

Avec un panel variétal de plus en plus résistant à la septoriose et un printemps relativement sec, la pression septoriose est à ce jour faible à modérée. En cas de variétés sensibles, les dernières pluies contaminatrices enregistrées sur certains secteurs peuvent justifier une intervention à Dernière Feuille Pointante.

Tableau 3 : Cumuls de pluies (mm) entre le 20 mars et le 30 avril
(source : Météo France / INRA)


Carte 1 : cumuls de pluies (mm) du 15 mars au 26 avril 2019

Ne pas relâcher les efforts pour limiter la progression des souches

La proportion de souches de septoriose résistantes aux triazoles continue de progresser et a pour conséquence de limiter leur efficacité au champ. Ainsi, pour lutter contre ces souches et contenir leur évolution, la mise en œuvre d’un programme de lutte est indispensable :

- 1 SDHI par campagne à dernière feuille étalée, sans la fractionner : Librax, Kardix, Elatus Era.
- Alterner les triazoles entre les passages.
- Associer des multisites (chlorothalonil, soufre), surtout pour les T1 à dernière feuille pointante.

Quelle stratégie adopter pour le premier traitement septoriose en 2019 ?

La plupart des parcelles a atteint le stade 2 nœuds autour du 20-25 avril. C’est à ce stade que la F2 définitive sort. Le modèle phénologique ARVALIS prévoit, selon les dates de semis/variétés/secteurs :
- 25 avril – 5 mai pour le stade Dernière Feuille Pointante ;
- 5-10 mai pour le stade Dernière Feuille Etalée.

A partir des informations accessibles sur le baromètre maladies.

-> Les interventions au stade 2 nœuds ne sont pas nécessaires cette année, même pour les variétés sensibles.

-> Des interventions peuvent être justifiées au stade Dernière Feuille Pointante dans certaines situations : variétés sensibles et moyennement sensibles semées précocement ou dans les secteurs les plus arrosés. Pour ces situations, il n’est pas nécessaire d’engager un investissement trop important au T1 : par exemple, utiliser un multisite de contact tel que le chlorothalonil ou le soufre. Cela permettra de tenir jusqu’à la Dernière Feuille Etalée, stade pivot pour la lutte contre la septoriose, où il faut positionner la SDHI.

-> Lorsque des déclenchements interviennent entre Dernière Feuille Pointante (DFP) et Dernière Feuille étalée, l’impasse du traitement à DFP est envisageable si aucune pluie n’est annoncée jusqu’à la dernière feuille.

-> Les variétés peu sensibles peuvent facilement attendre le stade Dernière Feuille Etalée.

Tableau 4  :  stratégies possibles, avec quelques spécialités de biocontrôle et phytosanitaires à utiliser, en respectant l’alternance des matières actives.

Le baromètre maladies ARVALIS permet d’évaluer le risque maladies sur blé tendre sur quelques cas-types.

Pour disposer d’un conseil Septo-LIS® plus précis à l’échelle de la parcelle, rapprochez-vous de vos distributeurs.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10