En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Lutte contre la septoriose du blé tendre Messagerie Champagne-Ardenne

Septoriose du blé : pas d'intervention avant le stade dernière feuille étalée

23 avril 2020

L'avance des blés, toujours de 10-15 jours, et les conditions sèches depuis mi-mars expliquent la présence discrète de septoriose sur les étages foliaires supérieurs. Aucune pluie significative n’étant annoncée d’ici le début du mois de mai, un premier traitement anti-septoriose au stade dernière feuille étalée est envisageable, même sur variété sensible.

Des déclenchements autour de la sortie de la dernière feuille

L’outil Septo-LIS® modélise le développement de la septoriose du blé tendre d’hiver en fonction, entre autres, de la climatologie passée et à venir, de la sensibilité variétale, du stade de développement des blés. Ainsi, il indique le moment à partir duquel le risque septoriose augmente, et délivre un conseil de date de traitement.

Pour en savoir plus sur le risque septoriose dans votre région, consultez le Baromètre maladies.

Le temps est au sec depuis le 15 mars : seulement 10 mm au plus ont été enregistrés sur la région Champagne-Ardenne. Ces précipitations sont majoritairement tombées entre le 15 et le 19 avril (carte 1), en particulier sur l’ouest des Ardennes, de la Marne et de l’Aube.

Carte 1 : Pluies entre le 15 mars et le 19 avril 2020

Des simulations de déclenchement d’un traitement anti-septoriose ont été réalisées avec le modèle Septo-LIS® le 21 avril, prenant en compte les pluies tombées le week-end dernier.

Ces simulations indiquent des déclenchements autour de Dernière Feuille Pointante (DFP) pour les variétés sensibles semées tôt, dans les zones les « plus arrosées » (Ardennes, Nord Marne). Dans les autres secteurs, sur ces mêmes variétés sensibles, le modèle déclenche un traitement à DFP passé de quelques jours, voire Dernière Feuille Etalée (DFE) dans l’Aube (secteur plus en avance).

Pour toutes les autres situations (variétés moyennement sensibles et peu sensibles, toutes dates de semis), les déclenchements se situent au stade DFE voire après (tableau 1).

Tableau 1 : Simulations du modèle Septo-LIS® pour 3 sensibilités variétales, 3 dates de semis et 4 stations météo

(Source ARVALIS, Météo France, INRAE)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Concrètement, quelle stratégie adopter au regard de la météo annoncée ?

- Pour les variétés sensibles qui déclenchent à DFP ou DFP dépassé de quelques jours : si aucune pluie n’est annoncée jusqu’à la sortie complète de la dernière feuille, il est envisageable, et même recommandé, d’attendre DFE pour intervenir. On peut ainsi économiser le T1, ce qui représente un enjeu proche de 40-50 €/ha.

- Pour les variétés moyennement sensibles et peu sensibles : ne pas intervenir avant le stade DFE.

Autrement dit, attendre le stade dernière feuille étalée est possible cette année, même sur variétés sensibles à la septoriose.

Attention : il est parfois possible que les stations météo ne captent pas les orages et donc les pluies qui leur sont associées. Bien entendu, si une forte pluie s’abat sur une parcelle, et qui plus est sur une variété sensible, un petit passage à DFP peut être judicieux.

Quelles molécules choisir en fonction des stades de déclenchement ?

- Pour les déclenchements à DFP : privilégier du chlorothalonil en solo (750 g/ha) ou associé au soufre (500 g/ha + 2400 g/ha). Cela peut suffire pour patienter jusqu’à dernière feuille étalée. A noter que le chlorothalonil n’est utilisable que jusqu’au 20 mai 2020.

- Pour les déclenchements à DFP dépassé de quelques jours : il est possible d’attendre l’étalement de la dernière feuille pour réaliser une application unique avec un produit à base de SDHI.

- Pour les déclenchements à partir de DFE : privilégier un produit associant un SDHI et un triazole (Librax, Revystar XL, Kardix, Elatus Plus + Aritoste 90…). Il pourra être renforcé d’une strobilurine en cas d’attaque de rouille brune.

Pour rappel, le traitement positionné à dernière feuille étalée associant SDHI+triazole est celui présentant le meilleur retour sur investissement au sein d’un programme fongicides contre la septoriose. Ce même traitement appliqué sur une feuille non complètement étalée ne la protégerait pas entièrement, des symptômes pourraient alors apparaître et avoir un impact sur le rendement.

A retenir : le SDHI, ce n’est pas avant le stade dernière feuille étalée.

Attention à bien repérer la sortie de la dernière feuille

Les températures élevées et les forts rayonnements actuels, couplés à une valorisation incomplète de l’azote lié au sec, font que les blés sont assez « courts » et parfois ponctués de décolorations/taches physiologiques sur les derniers étages foliaires.

On est donc tenté de sous-estimer le stade de la plante : elle a la hauteur du stade 2 nœuds et pourtant la dernière feuille pointe.

Il ne faut donc pas hésiter à ouvrir les maîtres-brins et définir quelle est la dernière feuille sortie (figure 1).

Figure 1 : Rappel du positionnement des feuilles à différents stades du blé

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10