En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Forte attaque de septoriose sur feuille de blé tendre Messagerie Normandie

Septoriose : vigilance sur les blés les plus tardifs

07 mai 2020

Cette fin de montaison est marquée par le retour des pluies après près d’un mois de sec. On peut s'attendre à la progression de la septoriose vers les étages foliaires supérieurs. Comment adapter la protection fongicide sur des blés aux stades très hétérogènes ?

Les conditions douces rencontrées cet hiver ont favorisé le développement de l’inoculum primaire du champignon responsable de la septoriose, ce qui explique la présence abondante de la maladie au bas des plantes. En revanche, les conditions sèches du début de montaison ont limité le développement et la propagation de la maladie sur les étages foliaires supérieurs.

Avec le retour des pluies depuis le 17-18 avril, qui s’est maintenant généralisé à l’ensemble du territoire normand, on peut s’attendre à une progression du champignon sur les feuilles les plus jeunes. Selon les dates de semis, ces pluies arrivent sur des blés plus ou moins avancés en stade – entre dernière feuille seulement pointante et dernière feuille bien étalée. La protection fongicide doit être adaptée en conséquence.

Pour les parcelles n’ayant pas encore atteint le stade dernière feuille étalée

Pour les parcelles les plus tardives, qui arrivent à dernière feuille pointante, le retour des pluies nécessitera une protection « type T1 » sur les variétés sensibles à la septoriose, si celle-ci n’a pas déjà été faite. Les variétés peu sensibles, dès lors qu’elles présentent peu de symptômes (tableau 1), pourront attendre le stade dernière feuille étalée si ce stade est proche.

Tableau 1 : Seuils de risques septoriose selon le stade et le type de variété (comptage à réaliser sur 20 plants consécutifs)

Pour les parcelles entre dernière feuille pointante et dernière feuille étalée, le T1 peut être allégé en baissant les doses ou en limitant le nombre de matières actives, sachant qu’un T2 relais devra être réalisé très rapidement après (dans les 8 à 10 jours) lorsque la dernière feuille sera bien étalée. Dans ces situations, il ne faut en aucun cas anticiper un traitement « type T2 ». Une intervention trop précoce engendrerait une protection seulement partielle de la dernière feuille !

Attention : ces recommandations prennent en compte la septoriose uniquement. Dans le cas d’apparition de pustules de rouilles jaune, une intervention devra être faite en conséquence.

Pour les parcelles ayant atteint le stade dernière feuille étalée

Pour ces parcelles, il faudra intervenir dès que la dernière feuille sera complètement étalée et que les conditions météo le permettent, avec un traitement complet de type T2. Et ce, afin de bien protéger les deux dernières feuilles qui contribuent majoritairement au rendement.

Message rédigé par ARVALIS - Institut du végétal en concertation avec AGRIAL, Coopérative de Creully, Coopérative de Bellême, D2N, Nat’up.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10