En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
semis de maïs Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne / Limousin

Semis de maïs : choisir une protection insecticide adaptée au risque

04 avril 2019

Taupins, corbeaux, limaces… De nombreux ravageurs peuvent s’attaquer aux jeunes maïs. Le point sur les situations à risque et les moyens de lutte disponibles en 2019 à l’heure où les semis commencent.

Pour rappel, il faut semer dans un sol réchauffé (entre 8 et 10°C) mais pas desséché pour ne pas perturber la levée. Une levée rapide et homogène est le premier levier contre les ravageurs au semis.

Contre les taupins

Situation en 2018 :
En 2018, peu de dégâts ont été constatés dans le centre de la France. Cependant, les BSV ont relevé des attaques d’intensité moyenne localement, avec 20 % de plantes touchées dans quelques parcelles en Corrèze, dans l’Indre-et-Loire et en Auvergne.

Zones à risques :
Les parcelles humides, incluant des prairies dans leurs rotations ou ayant déjà eu des attaques de taupins.

Comment lutter ?

• Lutte phytosanitaire :
L’utilisation de Sonido étant interdite depuis septembre 2018, les seules protections recommandées par ARVALIS sont désormais sous forme de microgranulés.

Il n’est cependant pas recommandé d’appliquer de façon systématique ces insecticides, mais uniquement dans les parcelles à risque.

Tableau 1 : Insecticides autorisés contre les ravageurs du sol sur maïs en 2019

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

• Lutte agronomique : 
→ Au semis, l’utilisation d’un fertilisant starter favorise le développement racinaire et peut permettre une esquive partielle des faibles attaques de taupins. Cette stratégie est très vite limitée en cas d'attaque moyenne à forte.

Recherche d'alternatives : les plantes-appâts
Une piste étudiée par ARVALIS pour abaisser la pression taupin est la stratégie des plantes-appâts. Elle consiste à semer une plante compagne (maïs et/ou blé ont été testés à ce jour) pour que celle-ci attire les larves de taupins et permette ainsi à la culture d’esquiver une partie des attaques. Les résultats sont encourageants mais doivent être évalués en grandes parcelles agriculteurs. Depuis l’année dernière, ce projet fait l’objet d’une démarche de recherche participative. Pour cela, ARVALIS met à disposition un protocole expérimental.

Contre les corvidés

Situation en 2018 :
En 2018, l’activité des corbeaux a été très faible en Ile-de-France, Auvergne et Limousin. En revanche, en région Centre, les dégâts ont été plus importants avec 14 % des parcelles observées attaquées.

Zones à risques :
les parcelles à proximité de corbeautières, les semis décalés (beaucoup plus précoces ou beaucoup plus tardifs que les maïs environnants), les semis superficiels.

Comment lutter ?

• Lutte phytosanitaire :
Avec la fin du thirame sur les traitements de semences, prévue au 31 janvier 2020, il ne restera que les produits à base de Zirame comme moyen de répulsif chimique.

Tableau 2 : Répulsifs autorisés contre les corvidés sur maïs en 2019

• Lutte agronomique :
→ Les solutions d'effarouchement visuelles et/ou sonores sont efficaces sur des durées restreintes.
→ Dans les situations particulièrement exposées, augmenter la profondeur de semis de 1 ou 2 cm.
→ Dans les secteurs régulièrement touchés, un plan global de maîtrise des populations à l'échelle d'un territoire est indispensable : piégeage, tirs, avec les autorisations préalables.

Contre les limaces

Situation en 2018 :
Pour les régions Ile-de-France, Auvergne et Limousin, de faibles dégâts ont été constatés. En région Centre, les abats d’eau du printemps ont favorisé l’activité des limaces : des parcelles situées dans l’Indre et le Loir-et-Cher avaient subi des dégâts sur plus de 20 % des plantes.

Zones à risques :
Les sols motteux, la présence de résidus végétaux en surface, la proximité de bois, de haie ou de cultures attractives dans la rotation (colza...).

Comment lutter ?

• Lutte phytosanitaire :
Que ce soit en plein ou localisée au semis, de nombreux molluscicides à base de métaldéhyde montrent une certaine efficacité, mais qui peut s’avérer irrégulière. 

• Lutte agronomique :

→ Réaliser un déchaumage pour détruire les repousses et les nouvelles levées d’adventices sources de nourriture des limaces.
→ Le labour enfouit les limaces en profondeur plus qu’il ne les détruit.
→ Réaliser une préparation fine du sol pour casser les mottes qui sont l’habitat des limaces.
→ Le roulage du sol détruit les abris et limite temporairement leur activité en surface.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10