En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Semis de céréales en 2018 en Poitou-Charentes Messagerie Poitou-Charentes

Semis de céréales : privilégier la deuxième quinzaine d’octobre

11 octobre 2018

En raison du manque d’eau depuis l’été, la quasi absence de repousses et adventices incite à adapter les dates d’implantation des céréales cette année. Les pluies sont enfin de retour. Alors, ne pas se précipiter pour les semis !

Cette année, les très faibles pluies de l’été et la persistance du temps sec en septembre n’ont pas permis aux adventices et aux repousses de lever correctement. Faute de pluies suffisantes, les faux-semis, qui consistent en une préparation fine du sol associée à un rappuyage pour faire germer les graines d’adventices, n’ont pas pu être réalisés. Les stocks de graines viables sont donc à ce jour toujours importants dans les premiers centimètres du sol.

Sur certains secteurs, les colzas n’ont pas été semés : le report sur une culture de céréale d’hiver peut être envisagé. Souvent, il s’agira alors d’une deuxième paille, le colza étant majoritairement derrière une céréale dont la date de semis devra être raisonnée aussi en fonction du risque de piétin échaudage plus élevé dans cette situation.

Priorité à la gestion des adventices et des repousses

Les conditions particulièrement sèches de cet été n’ont pas permis de gérer mécaniquement d’éventuelles repousses et adventices en interculture. La sécheresse de ces dernières semaines a été également défavorable à la levée des adventices/repousses. On se retrouve donc actuellement avec un stock de graines important dans le sol et aussi dans une période très favorable à la levée de nombreuses espèces. Compte tenu des températures toujours aussi douces, les levées seront aussi rapides. Autrement dit, avec le retour de la pluie depuis le 7 octobre et la prévision en cours, tous les indicateurs sont au vert pour la levée des adventices, certes dans des proportions variables selon l’intensité des pluies (de 5 à 20 mm sur l’épisode du week-end dernier).

Carte 1 : Cumul de pluie entre le 15 août et le 25 septembre

Tableau 1 : Epoques de levée préférentielles des principales adventices

Comment gérer les repousses ?

Désherbage des 2e, 3e paille : attention aux repousses !

La stratégie de désherbage est à anticiper. Pour un blé d’orge, certaines spécialités antigraminées de type ALS assez peu sélectives de l’orge peuvent permettre un passage en sortie d’hiver. En cas de nombreuses repousses, la meilleure solution reste Monitor, en sortie d’hiver en 2 applications. Pour une orge derrière orge de blé ou un blé de blé, les solutions chimiques sont quasi inexistantes (moindre mal éventuellement du précédent blé avec variété sensible CTU). D’où l’orientation du décalage de la date de semis qui doit abaisser la pression (avec des levées de repousses antérieures au semis). Le semis d’une orge de printemps à l’automne (fin novembre/décembre) peut également permettre de gérer cette succession.

Penser aussi aux repousses de colza

On peut s’attendre cette année à de nombreuses repousses de colza dans les céréales. En général, leur destruction chimique dans les blés se gère assez facilement en s’appuyant sur la famille des sulfunylurées. Certains produits présentent aussi une bonne efficacité sur les repousses à l’automne. Un programme « classique » à l’automne (type Fosburi + CTU ou Défi + DFF, etc.) peut aussi être envisagé et permettra de gérer efficacement les adventices les plus problématiques sur céréales à cette période (notamment les graminées) tout en limitant le développement des repousses.

Et pour les repousses de colza résistant aux inhibiteurs d’ALS (Clearfield) ? Evitez le recours aux herbicides du groupe HRAC B du fait de leur absence d’efficacité (famille des sulfonylurées avec entre autre des produits type Allié). Les produits de désherbage d’automne classiques cités précédemment (type Fosburi + CTU ou Défi + DFF, etc.) sont efficaces. Si nécessaire, un rattrapage en sortie d’hiver à base d’hormones (type 2.4D, Bofix, MCPA, etc.) présenteront de bons résultats sur ces types de colzas.

Adapter la conduite des semis en 2018

• Avant le 15 octobre, les semis seront inévitablement exposés à des levées de mauvaises herbes synchrones avec la levée de la céréale avec le retour de la pluie. Ces levées concomitantes seront probablement abondantes du fait de la sécheresse de l’été et très difficiles à maîtriser par le désherbage chimique dans la culture. Ces semis précoces sont particulièrement à proscrire pour les parcelles à forte problématique vulpin, ray-grass, 2e paille. Par ailleurs, compte tenu des températures douces actuelles, la levée des céréales sera également rapide, exposant potentiellement les jeunes semis à une pression plus conséquente en pucerons d’automne vecteurs de la JNO.

• Dans les situations assolées et où la pression en graminées est faible à modérée, on peut envisager de semer d’ici une dizaine de jours avec une destruction des adventices ayant levé entretemps et/ou repousses par la préparation du semis (au combiné par exemple).

• Dans les situations où les sols sont les plus difficiles en matière de ressuyage et d’accessibilité parcelle, les semis tardifs sont redoutés à juste titre. Cependant à l’heure actuelle, les réserves hydriques des sols sont très peu reconstituées, le sol est sec en profondeur, aucun épisode de pluie susceptible de saturer rapidement les sols n’est prévu. Là aussi, on peut envisager de semer d’ici une dizaine de jours sans se précipiter.

• Pour les parcelles régulièrement sales (et notamment en graminées), un travail très superficiel et rappuyé à la faveur des petites pluies actuelles pour faire lever les adventices est toujours d’actualité cette semaine. Objectif : déstocker au maximum avant le semis qui sera envisagé sur la fin octobre. Viser de semer sur un sol propre.

• Enfin, pour gérer les 2e, 3e paille, on recommande également de viser la fin octobre pour éviter les levées conséquentes de repousses de céréales dans les blés ou les orges. Ce type de succession augmente également la pression de piétin échaudage. L’utilisation d’un traitement de semences est recommandée dans la mesure du possible. Là encore, un semis précoce augmenterait la pression.

La herse étrille et la houe rotative sont des outils de désherbage mécanique qui peuvent être utilisés cette année si la tendance sèche perdure. A l’aveugle, au stade filament après le semis et avant la levée des céréales avec la herse étrille ou toujours en visant des adventices peu développées (stade filament blanc à 2 ou 3 feuilles) après 3 feuilles.

Il n’y a donc pas lieu de se précipiter. Cette recommandation est particulièrement importante dans le contexte de l’année : étant donné le peu de levées de repousses et de mauvaises herbes cet été, le risque de salissement des parcelles semées tôt est très important. Semer dans la dernière quinzaine d’octobre sera bénéfique non seulement pour le désherbage mais également pour réduire la pression du piétin échaudage et du piétin verse… La pression pucerons sera également moins élevée avec des températures potentiellement plus fraîches à cette période.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10