En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Bande double densité en diagonale dans une parcelle de blé tendre Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne / Limousin

Semer une bande double densité : une méthode simple pour piloter le premier apport d’azote sur blé tendre

07 octobre 2021

Bientôt les semis de blé tendre… c’est le moment d’anticiper les apports de d’azote de sortie d’hiver en réalisant une bande double densité. Une stratégie d’autant plus indispensable dans un contexte tendu sur les prix et les disponibilités en azote.

Semer une bande double densité : une méthode simple pour piloter le premier apport d’azote

Dès les premiers semis d’automne, il est déjà temps de penser à la fertilisation azotée de sortie d’hiver. En effet, pour piloter le premier apport réalisable à partir de février, la bande double densité (B.D.D.) se révèle être un indicateur simple et fiable.

L’efficacité d’un apport d’azote est d’autant plus grande que la vitesse de croissance de la plante à ce moment est élevée. De plus, l’azote non utilisé dans les 20-25 jours après le premier apport n’est plus disponible pour la culture (organisation par la biomasse microbienne, perte par voie gazeuse ou lixiviation). Les conditions hivernales présentent donc des risques de mauvaise valorisation qu’il est facile de contourner grâce à la méthode de la B.D.D.

Semis en travers de la B.D.D. : un moyen simple de mise en place et d’observation
Semis en travers de la B.D.D. : un moyen simple de mise en place et d’observation

La B.D.D. : un indicateur visuel pour déclencher ou non le premier apport

Le principe de la B.D.D. est de doubler la densité de semis sur une bande de 20 à 30 m de long et d’une largeur de 3 à 6 m lors du semis du blé. Au sein de cette bande, le nombre de plantes obtenu étant doublé, la consommation d’azote sera plus importante et plus précoce que le reste de la parcelle. La décoloration jaune qui sera observée à partir de fin janvier dans la B.D.D. traduira une carence précoce et permettra d’anticiper l’apport sans aucun préjudice pour le reste du champ.

Un moyen simple pour obtenir la B.D.D. est de ressemer en travers ou en diagonale. Ce semis dans un autre sens facilite le repérage pour une observation hebdomadaire. Il est conseillé de relever le tasse-avant ou l’outil de travail du sol combiné au semoir. Doubler la densité sur la même ligne de semis en ouvrant la distribution du semoir est un mauvais choix car le nombre de plantes obtenues n’est pas réellement le double, et surtout la concurrence pour la lumière limite la biomasse, qui devient trop proche de celle de la parcelle. Enfin, choisir une zone représentative du champ en évitant fourrières, zones tassées, andains de paille, zones avec adventices…

Apporter l’azote quand la B.D.D. change de couleur et adapter la dose au stade

A partir de la dernière semaine de janvier, observer la B.D.D. une fois par semaine si le temps n’est pas poussant et deux fois par semaine dans le cas contraire (Tmin > 0°C, Tmax > 6-8°C).

En sortie d’hiver, lorsque cette zone se décolore, on dispose d’environ une semaine pour réaliser l’apport, quelle que soit la forme retenue. Si le déclenchement intervient courant tallage, apporter 40 kg N/ha maximum. Il est aussi possible que, dans certaines situations, aucune décoloration ne soit observée pendant la phase de tallage (reliquats importants…) : l’apport est donc supprimé et reporté sur les apports suivants. Dans ce cas, il est possible d’encadrer le stade épi 1 cm (+/- 10 jours) en fractionnant éventuellement l’apport principal. Dans tous les cas, privilégier des conditions favorables à la valorisation des apports (ex : 15 mm dans les 15 jours suivant l’apport).

Avoir accès aux Reliquats Sortie d’Hiver le plus tôt possible

Autre indicateur : le RSH (Reliquat Sortie Hiver) est également une information stratégique. Réalisé suffisamment tôt, il permet d’avoir accès à la quantité d’azote disponible dans le sol ainsi que sa répartition selon les différents horizons au moment du déclenchement d’un éventuel apport au tallage.

Avoir suffisamment tôt un RSH se traduit par un calcul de dose totale précoce. Sur des doses totales faibles liées à de forts reliquats, l’impasse au tallage peut dans ce cas être envisagée.

Rendez-vous en sortie d’hiver pour les premiers bilans qui tiendront compte des conditions climatiques hivernales.

Concernant les pratiques de fertilisation azotée dans leur ensemble, penser à consulter la réglementation en vigueur dans votre zone.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10