En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Agriculteur remplissant la cuve de son pulvérisateur et vêtu d'équipements de protection individuelle (EPI). Cet équipement comprend gants, lunettes, combinaison, bottes, et masque respiratoire. Bonnes pratiques phytosanitaires

Protéger sa santé grâce aux équipements de protection individuelle

09 mai 2018

La manipulation de produits phytosanitaires n'est pas une opération anodine. Afin de préserver votre santé, il est primordial de connaître les caractéristiques des produits utilisés et les moyens pour réduire les risques d’exposition. Les équipements de protection individuelle sont des moyens pour éviter le contact avec un produit. Ils doivent assurer une bonne protection tout en préservant un confort de travail correct.

Les équipements de protection individuelle (EPI) visent à protéger toutes les parties du corps susceptibles d'entrer en contact avec les produits phytosanitaires. L'EPI doit être adapté aux risques encourus. L'équipement complet comporte des bottes ou chaussures imperméables, une combinaison, voire un tablier, des lunettes, et un masque pour un prix inférieur à 100 €/an et par personne. Avant toute manipulation des produits phytosanitaires, il est vivement conseillé de lire les étiquettes afin de s'informer des dangers inhérents à leur utilisation. Un homme avertit en vaut deux !


Sommaire

Se protéger les mains
Se protéger les yeux
Se protéger le corps
Nettoyer et ranger les EPI dans un vestiaire
Adivalor organise désormais la collecte des EPI usagés

Se protéger les mains

Les mains sont la principale voie de contamination, par pénétration directe ou indirecte (contact avec la bouche ou les yeux). Si elles ne consitutent que 5% de la surface de la peau, elles représentent à elles seules 60 à 80% des contacts avec les produits. Le port des gants est donc absolument indispensable et doit commencer dès le début du chantier de préparation. Les gants adéquats sont en nitrile ou néoprène, à longues manchettes, suffisamment solides et de taille adaptée à la main. Des gants fins jetables en nitrile peuvent être utilisés au champ pour des opérations nécessitant une plus grande dextérité, comme le débouchage d'une buse par exemple.

Quelques précautions d'usage► Enfiler les gants sur des mains propres et sèches
► Laver les gants à l'eau clair avant de les retirer
► Retirer les gants avant de monter dans la cabine du tracteur
► Renouveler la paire à la moindre détérioration

Retour au sommaire

Se protéger les yeux

La protection des yeux est importante au moment de la préparation de la bouillie. Le produit concentré peut entrer en contact avec les yeux et causer de graves troubles pour la santé. L'équipement doit offrir une bonne protection latérale, et être compatible avec des lunettes de vue ou un masque respiratoire. Aujourd'hui, une large gamme de produits (lunettes, sur-lunettes ou visière) répond à ces critères.

Le port d'un masque respiratoire durant la manipulation des produits phytosanitaires et le traitement est également vivement recommandé. Pour bien choisir son masque respiratoire, cliquez sur le lien.

Retour au sommaire

Se protéger le corps

Tout chantier de pulvérisation de bouillie phytosanitaire, puis d'application au champ peut engendrer des contacts plus ou moins importants avec les produits. Le port d'un vêtement et de chaussures adaptés permet d'éviter les contaminations du corps. Cet équipement spécifique est retiré à la fin du chantier, ce qui évite les contaminations indirectes le reste de la journée.

La combinaison doit être étanche aux produits chimiques, avec un niveau de protection de type 4 au minimum et adaptée à la taille de l'utilisateur. Elle doit être portée pendant la préparation et le traitement. La combinaison jetable présente l'avantage d'être peu onéreuse, mais elle est fragile et ne peut être lavée. Elle doit être changée dès qu'elle est souillée ou abîmée. Les combinaisons lavables sont plus résistantes et certains matériaux offrent un bon confort de travail, mais elles sont beaucoup plus chères.

Le tablier (ou blouse) spécifique est bien adapté pour la préparation de la bouillie, mais il ne peut pas être porté pendant l'application au champ, où une protection du corps reste nécessaire (contact possible avec le matériel, la culture traitée...).

Pour la protection des pieds, le mieux est d'opter selon la saison pour une paire de bottes ou de chaussures imperméables, en revêtement nitrile.

Retour au sommaire

Nettoyer et ranger les EPI dans un vestiaire

Après utilisation, les équipements doivent être nettoyés, séchés, puis rangés dans une armoire vestiaire réservée à cet usage, à proximité du local de stockage. Cet espace technique peut être complété par une douche, obligatoire en présence de salarié et fortement conseillé à la fin du traitement, et par un coin "bureau" pour le rangement de la documentation technique et l'enregistrement des traitements.

Que faire en cas d'intoxication aigüe ?En cas de contact avec les yeux ou la peau, lavez immédiatement et abondamment (pendant 15 mn) à l'eau puis consultez un ophtalmologiste ou un médecin généraliste au moindre doute. En cas d'ingestion ou d'inhalation accidentelle, contactez immédiatement un médecin et/ou le centre anti-poison : n°15 ou 18. Ne vous faîtes pas vomir, n'absorbez rien.

Retour au sommaire

Adivalor organise désormais la collecte des EPI usagés

La filière de gestion des déchets Adivalor a mis en place la collecte des EPI usagés, grâce à l'éco-contribution prélevée depuis le 1er janvier 2016 sur les ventes d’EPI neufs. Ils sont désormais récupérés lors des opérations de collecte des PPNU (produits phytosanitaires non utilisables) organisées par les distributeurs partenaires “ECO EPI”.

Potentiellement souillés par les produits phytopharmaceutiques, les EPI usagés sont considérés comme dangereux et doivent être incinérés dans des installations agréées. En tant qu’entreprise, chaque exploitant agricole est responsable de l’élimination de ses déchets. Le brûlage comme l’enfouissement des équipements de protection individuelle usagés sont interdits. Des sanctions sont prévues par le Code de l’environnement.

Cette initiative volontaire concerne la gestion de la fin de vie des EPI chimiques, utilisés lors de l’emploi de produits phytopharmaceutiques ou de semences traitées. Sont collectés dans ce cadre :
- gants nitrile ou néoprène,
- masques anti-poussières très toxiques (de type FFP3) et à cartouches FFP3 ou A2P3,
- cagoules ou visières de protection, lunettes,
- filtres, cartouches,
- tabliers et combinaisons à usage limité,
- bottes, surbottes et manchettes à usage limité.

Pour en savoir plus, retrouvez les dates de collecte auprès de votre distributeur ou sur le site d’Adivalor.

Retour au sommaire

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant