En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Pustules de rouille jaune sur feuilles de blé en juin 2021 en Occitanie Messagerie Ouest Occitanie

Rouille jaune sur céréales : protection possible jusqu’au stade grain laiteux

10 juin 2021

La rouille jaune est bien présente actuellement. Les pluies à floraison ont pu favoriser les contaminations par les fusarioses.

Maladies du feuillage : attention aux rouilles

Septoriose et rouille brune ont été souvent peu présentes cette campagne, en particulier sur les variétés résistantes. A contrario, les rouilles jaune et naine ont été visibles, souvent plus qu’à l’habitude.

Les rouilles impliquent une protection jusqu’à grain laiteux afin de permettre un remplissage optimal. Les seuils de protection : pustules visibles sur l’une des trois dernières feuilles.


Rouille jaune sur blé tendre – ARVALIS

Côté maladies de l’épi

Au niveau des fusarioses, la protection s’effectue autour de la floraison. Si la contamination a eu lieu, les symptômes apparaissent après trois semaines environ.

Carte 1 : Pluie (en mm) du 1er au 15 mai 2021

Durant la période de floraison, il a plu entre 30 et 90 mm, selon les secteurs, laissant à penser qu’une contamination a pu avoir lieu. Le printemps sec a probablement limité la présence d’inoculum de Fusarium spp.

Les symptômes seront visibles prochainement en cas de contamination. Dans ce cas, il n’y aura rien à faire.

Y a-t-il encore un risque pucerons des épis ?Les pucerons sont extrêmement présents sur les épis des blés. Ils ne font de dégâts sur les épis (impact sur le remplissage des grains) qu’en nombre important (1 épi colonisé sur 2). Les auxiliaires (syrphes, coccinelles et leurs larves respectives) participent à la régulation de ces ravageurs. Si un traitement insecticide est réalisé, pucerons et auxiliaires sont détruits. Les premiers reviennent au bout d’une semaine. Tandis que les seconds, endémiques, ne reviennent souvent pas. Le risque de pertes de rendement liées aux piqures sur le grain en formation est possible jusqu’au stade grain pâteux. Au-delà, la part de liquide dans le grain est trop faible pour que les piqures soient néfastes.


Colonies de pucerons sur épis (ARVALIS)


Pucerons parasités (ARVALIS) et larves de coccinelles

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10