En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Déchaumeur dans une parcelle réalisant un faux semis sur sol nu en 2016 Les Rendez-vous du désherbage durable

Réussir les faux-semis, pour réduire le stock semencier

04 août 2016

Le faux-semis consiste à effectuer un travail du sol superficiel permettant de faire lever les adventices dans l’interculture, puis à les détruire avant l’implantation de la culture. L’objectif est de réduire les levées dans la culture suivante et de diminuer le stock semencier, afin de faciliter le désherbage dans la rotation.

Le résultat dépendra de la flore et de la date d’intervention

La technique du faux-semis ne sera efficace que sur les adventices capables de lever rapidement après le travail du sol (figure 1). Les adventices visées diffèrent donc selon la date d’intervention.

Figure 1 : Période de levée de quelques adventices après une récolte d’été

Pour les adventices dont la levée est plus tardive, le faux-semis sera moins efficace, à moins de bénéficier de conditions climatiques favorables et de décaler la date de semis (cas d’une céréale). Attention, le décalage de la date de semis peut altérer le potentiel de la culture, cette technique sera donc à réserver aux parcelles les plus sales.

D’autres espèces levant toute l’année, comme le pâturin annuel, le séneçon et la stellaire, pourront également être détruits par des faux-semis d’automne.

Un faux-semis, même bien réussi, ne peut faire lever qu’une faible proportion du stock semencier. La réduction significative de la pression d’enherbement nécessitera donc des interventions répétées dans l’interculture, et à l’échelle de la rotation.

Un impératif, travailler seulement les premiers centimètres

La réussite d’un faux-semis nécessite un travail très superficiel du sol : de 2 à 5 cm maximum. Lorsque plusieurs faux-semis sont réalisés, il est impératif de toujours respecter cette profondeur. C’est à cette condition, et avec un minimum d’humidité dans le sol, qu’on parviendra à provoquer la levée d’un maximum d’adventices.

Figure 2 : Levées de ray-grass dans l’interculture, en fonction du type de déchaumage (essai ARVALIS, Ecardenville 27, 2013-14 et 2014-15)

Un rappuyage de la terre fine avec un rouleau améliorera le contact sol – graine, conservera l’humidité et favorisera les levées. Bien réglés, différents outils de travail du sol (à disques ou à dents, animés ou non) sont utilisables pour atteindre cet objectif.

Détruire les relevés d’adventices et laisser un sol propre avant le semis

Pour détruire les adventices levées, il est recommandé d’attendre trois semaines après le dernier faux-semis pour ré-intervenir avec un outil. Un passage en conditions sèches évitera de nouvelles relevées. La préparation de sol réalisée pour le semis de la culture suivante peut parfois suffire pour détruire les adventices, mais attention au repiquage en technique sans labour. Dans tous les cas, l’objectif sera de laisser un sol propre avant le semis.

Information rédigée en partenariat avec Agrial-Végam, Cecab-Broons, CLAL St Yvi, Ecophyto, Even Agri, Garun-Paysanne, Le Gouessant, Négoce Ouest, réseau AA, Triskalia, CRA Bretagne

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

3 commentaires 22 mars 2019 par VI

Avec tout ces conseils et obligations prodiguées et provenant de toute part,les agriculteurs conventionnels ou bio,ont de de quoi se mètrent à dos même les écolos et les chasseurs. Tous veulent voir de l'herbes,des coquelicots,ravenelles,(chardons?...) pièges à nitrates etc...Donc travail du sol en été,quand tout et sec destruction des nichées cailles,faisans,perdrix etc plus de couvert pour les cacher et les nourrir. Et après ce même monde se plaint de la perte des petits oiseaux et insectes divers.Cherchez l'erreur

05 août 2016 par MOQUET

Bonjour, Votre remarque est tout à fait pertinente. Hélas, notre cadre réglementaire n'est pas à une contradiction près... En Bretagne, nous sommes logés à peu près à la même enseigne : semis CIPAN avant le 10/09 et parfois aussi moisson après le 15/08 dans les zones tardives. L'administration est abonnée à nos messagerie, mais pas sûr que ça suffise pas à faire évoluer les choses. M. Moquet.

05 août 2016 par MILBLED

Est ce que vous pourriez envoyer le tableau de la figure 1 à l'administration ? L'obligation de semer des CIPANS avant le 15/09 nous empêche de faire des faux semis au bon moment. Surtout dans le Nord de la France où la moisson se termine parfois fin août : impossible de faire des faux semis en moins de 2 semaines ...

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10