En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Phytotoxicités herbicides sur blé Messagerie Normandie

Réunir les bonnes conditions pour une efficacité optimale du désherbage et limiter les phytotoxicités

19 novembre 2020

Les céréales les plus précoces présentent aujourd’hui des symptômes de phytotoxicités, résultant d’applications d’herbicides dans des conditions sous-optimales. Voici quelques recommandations pour limiter l’apparition de ces phénomènes.

Afin d’optimiser la réussite des interventions de désherbage, les conditions météorologiques et les techniques d’applications constituent deux leviers incontournables.

Les conditions météorologiques et l’état du sol sont déterminants dans l’efficacité du traitement. Leur importance varie selon le mode d’action du produit. Il est important de réussir à trouver le bon équilibre entre conditions météo d’application optimales et le stade des adventices visées.

Le climat, principal facteur d’expression des phytotoxicités

Herbicides racinaires : garder un œil sur l’humidité du sol

Ni trop sec, ni trop humide ! Le sol doit contenir suffisamment d’eau pour que la substance active d’un herbicide racinaire soit acheminée jusqu’au racine. Néanmoins, un excès d’eau entrainera l’apparition de phytotoxicités. Il est donc important de surveiller les précipitations prévues dans les 15 jours suivant l’application pour s’assurer d’une efficacité et d’une sélectivité maximale.

Attention aux températures annoncées dans les jours suivant l’intervention

En cas de conditions climatiques stressantes, la culture peut perdre sa capacité à détoxifier, et des problèmes de phytotoxicité apparaissent. C’est par exemple le cas avec des herbicides foliaires, comme les sulfonylurées, dont la sélectivité dépend de la capacité du blé à détoxifier. Avec ce type de produit, il convient de traiter par conditions poussantes sur une culture non stressée.

Il est important de traiter lorsque les températures sont inférieures à 25°C et lorsque les écarts de températures entre le jour et la nuit ne dépassent pas 15°C, cela d’autant plus en cas de températures négatives.

Autre condition importante : éviter de traiter lorsqu’une baisse de température est annoncée dans les jours suivants. Par températures négatives, mieux vaut ne pas utiliser de produits foliaires systémiques.

De l’hygrométrie et pas de vent

L’hygrométrie est quant à elle favorable lorsqu’elle dépasse 60 %. Elle limite la volatilisation des gouttelettes et améliore l’hydratation de la surface foliaire. Le vent ne doit pas dépasser 19 km/h sous peine de provoquer une dérive des gouttelettes de pulvérisation. Un vent soutenu peut également dessécher les surfaces foliaires.

D’une manière générale, les conditions climatiques favorables aux traitements phytosanitaires se présentent plutôt le matin : l’hygrométrie dépasse les 60 % depuis plusieurs heures et la cuticule des plantes est perméable (réhydratée) pour absorber le produit grâce aux températures fraîches et à l’hygrométrie de la nuit.

Tableau 1 : Différents facteurs influencent l’efficacité des traitements

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Combiner désherbage chimiques ET mécanique pour une plus grande flexibilité d’intervention

Les stratégies faisant appel à du désherbage d’automne, mécanique et chimique, affichent souvent les meilleures efficacités car elles permettent d’intervenir sur des stades plus jeunes.

Ces stratégies « mixtes » commencent par un passage herbicide complété par un ou plusieurs passages mécaniques. Si le passage d’herbicide est effectué à l’automne, l’efficacité du désherbage mécanique est régulière et élevée, comprise entre 85 et 98 %. Cette stratégie est particulièrement intéressante en cas de présence d’adventices résistantes aux herbicides de sortie d’hiver. En revanche, lorsque le désherbage chimique n’a lieu qu’en sortie d’hiver, l’efficacité finale est inférieure à 70 %.

Figure 1 : Efficacité moyenne de différentes stratégies de désherbage mécanique en céréales d'hiver, en comparaison à du désherbage tout chimique

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

A noter que le nombre de données par stratégies n'est pas identique.

A retenir :

• Prendre en compte les conditions et les techniques d’applications
• Privilégier les traitements le matin, lorsque les températures sont inférieures à 25°C, l’intensité du vent est faible et quand l’hygrométrie dépasse 60 %
• Eviter d’intervenir lorsque l’écart de température entre le jour et la nuit dépasse 15°C
• Privilégier une combinaison de solutions de désherbage chimiques ET mécanique pour une plus grande flexibilité d’intervention

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10